Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Attentat à Conflans-Sainte-Honorine : tout ça pour ça !
Attentat à Conflans-Sainte-Honorine : tout ça pour ça !

19 octobre 2020

Temps de lecture : 5 minutes

Accueil | Veille médias | Attentat à Conflans-Sainte-Honorine : tout ça pour ça !

Attentat à Conflans-Sainte-Honorine : tout ça pour ça !

Attentat à Conflans-Sainte-Honorine : tout ça pour ça !

Vendredi 16 octobre 2020, un professeur d’un collège à Conflans-Sainte-Honorine a été décapité par un islamiste. Selon les premières informations, l’auteur de l’attentat aurait voulu « punir » le professeur pour avoir montré à ses élèves une caricature de Mahomet publiée dans un numéro de Charlie hebdo. Retour sur cette énième « réplique » de la publication initiale des caricatures de Mahomet.

Charlie hebdo, une vieille histoire de bouffeurs de curés… et d’imams

L’attentat de ven­dre­di ne peut se com­pren­dre qu’en le replaçant dans un con­texte plus large que le seul geste hor­ri­ble de l’islamiste qui a décapité un pro­fesseur d’un col­lège des Yvelines.

Le jour­nal satirique Char­lie heb­do s’inscrit dans une longue tra­di­tion française d’humour pail­lard et anti­cléri­cal. Une tra­di­tion dont Rabelais n’est pas le moin­dre des piliers. On peut ne pas appréci­er les représen­ta­tions de prêtres sodomisés ou pra­ti­quant la fel­la­tion, mais c’est aus­si cela, la lib­erté d’expression.

L’avènement d’internet et des réseaux soci­aux a rad­i­cale­ment changé la donne depuis la créa­tion du jour­nal. Alors que dans les années 1970, le lec­torat de Char­lie heb­do était lim­ité à quelques post-soix­ante huitards, le réseau inter­net a démul­ti­plié son audi­ence. Une car­i­ca­ture pub­liée par un jour­nal peut désor­mais, en dépit d’un relatif faible tirage, faire le tour de la terre.

Cette pos­si­bil­ité de médi­ati­sa­tion con­juguée à la rad­i­cal­i­sa­tion de nom­breux musul­mans sont à l’origine des attaques et men­aces dont ont été vic­times les jour­nal­istes de Char­lie heb­do depuis plusieurs années. La reprise des car­i­ca­tures de Mahomet, ini­tiale­ment pub­liées en 2005 dans le jour­nal danois Jyl­lands-Posten, a signé le début de l’exposition médi­a­tique de Char­lie heb­do et des pre­mières intim­i­da­tions. Elles se sont traduites par l’incendie des locaux du jour­nal, des men­aces, un procès, des tri­bunes de dénon­ci­a­tion, jusqu’aux atten­tats en 2015 qui ont décimé la rédaction.

L’insolence est toujours là, la légèreté en moins

Cha­cun s’interrogeait au lende­main des atten­tats com­mis en 2015 si le jour­nal allait se relever d’un tel car­nage, d’un tel choc frontal entre deux con­cep­tions de la lib­erté d’expression et de l’humour. Ou plutôt d’un tel choc de la part d’individus déni­ant tout droit à la lib­erté d’expression et à l’humour au sujet de leur « prophète ». Courageuse­ment, les sur­vivants de l’équipe du jour­nal, bien­tôt rejoints par de nou­velles plumes, ont repris le flam­beau. Ils n’ont pas renon­cé à leur humour imper­ti­nent et par­fois salace.

Voir aussi  Quand Éric Le Boucher (L’Opinion) fait sienne la pensée décoloniale

Mais la légèreté n’est plus là. Après la cou­ver­ture post atten­tat représen­tant le prophète Mahomet affir­mant : « tout est par­don­né », l’odeur de la poudre était encore présente. Les mécréants étant châtiés, il n’y a pas eu de con­séquences. Mais point trop n’en fallait.

La cou­ver­ture du 2 sep­tem­bre 2020 repro­duisant les car­i­ca­tures du Jyl­lands-Posten a réac­tivé l’exposition médi­a­tique du jour­nal. Des man­i­fes­ta­tions de protes­ta­tion con­tre cette représen­ta­tion du prophète ont été organ­isées dans des pays musul­mans, comme au Pak­istan. Les fron­tières français­es n’existant plus depuis longtemps, c’est un Pak­istanais instal­lé en France grâce à notre très généreux sys­tème social qui a voulu venger ce qu’il con­sid­ère comme une offense, en attaquant il y a quelques jours vio­lem­ment au couteau deux vic­times à prox­im­ité des anciens locaux de Char­lie heb­do.

Un humour crispé

Par la force des événe­ments, les temps ont changé. Le cli­mat de légèreté qui pré­valait il y a quelques décen­nies a dis­paru. L’humour grivois a lais­sé la place à un humour mil­i­tant plein d’appréhension. Faut-il dans ces con­di­tions con­tin­uer à porter l’étendard de la lib­erté, alors que cela entraine un enchaine­ment inin­ter­rompu de repré­sailles toutes aus­si vio­lentes les unes que les autres ? Seuls quelques indi­vidus se dressent pour affirmer : nous ne céderons pas, nous ne pra­ti­querons pas l’autocensure. Con­traire­ment au pro­fesseur du col­lège de Con­flans-Sainte-Hon­orine, de très nom­breux pro­fesseurs y ont renon­cé, comme le soulig­nait Valeurs actuelles le 2 septembre.

Les Français refusent de passer à autre chose

L’hebdomadaire Le Point a inter­viewé dans son édi­tion du 13 août 2020 le directeur de la rédac­tion du Jyl­lands-Posten, le jour­nal qui a pub­lié ini­tiale­ment les car­i­ca­tures de Mahomet. Jacob Nybroe y affirme avoir tourné la page et ne plus traiter « de ces choses-là ». « ça pour­ra paraitre lâche, mais on ne peut pas assumer tout seul » affirme-t-il en conclusion.

Il sem­ble qu’en France, cer­tains ne veu­lent pas pass­er à autre chose et se soumet­tre aux islamistes. Le pro­fesseur de Con­flans-Sainte-Hon­orine fai­sait par­tie de ces indi­vidus qui refusent la soumis­sion. De ceux qui con­tin­u­ent de croire que l’école est un lieu où les croy­ances peu­vent être con­fron­tées à d’autres idées et être bous­culées par le savoir. C’en était vis­i­ble­ment trop pour cer­tains par­ents d’élèves qui ont par­ticipé au lyn­chage du pro­fesseur sur les réseaux sociaux.

Voir aussi  Didier Lemaire, le professeur de Trappes dont certains journalistes ne voulaient pas entendre parler

Un climat délétère dans la cité

Les médias nous four­nissent des détails édi­fi­ants sur les cir­con­stances qui ont con­duit à cet atten­tat tragique :

- Le fait que selon Le Figaro, un « bruit de blas­phème » courant dans la cité suff­ise à jeter l’opprobre sur le pro­fesseur. Ce qui témoigne qu’une loi non écrite existe dans cer­taines cités de l’immigration.

- La dénon­ci­a­tion du pro­fesseur sur les réseaux soci­aux, notam­ment sur le site d’une mosquée d’Ile-de-France. Ce qui illus­tre que l’école n’est plus le sanc­tu­aire du savoir mais subit les coups de boutoirs des islamistes et devient un enjeu de pouvoir.

- La livrai­son en pâture de l’adresse du pro­fesseur et la demande de sa démis­sion par des par­ents d’élèves.

- L’inertie de l’administration qui n’a pas veil­lé à assur­er la sécu­rité du pro­fesseur alors qu’elle con­nais­sait la sit­u­a­tion. Pire, selon le Point, l’administration envis­ageait de sanc­tion­ner… l’enseignant !

- L’auteur de l’attentat était un jeune « réfugié » Tchéchène de 18 ans con­nu pour des faits de droit com­mun. Ce qui n’a pas empêché qu’un carte de séjour de 10 ans lui soit délivrée en mars 2020 selon Actu.fr

L’euphémisation toujours et encore

Mais ne comp­tons pas sur les médias de grand chemin pour relater cet atten­tat dans toute sa cru­auté et les cir­con­stances abjectes qui y ont abouti. En 2017, l’égorgement de deux jeunes femmes en gare de Saint-Charles à Mar­seille par un islamiste était « un atten­tat à l’arme blanche » selon L’Express. L’euphémisation, le choix de mots affadis­sant la réal­ité, est tou­jours la règle en 2020.

La suc­cur­sale de la bien pen­sance, le New York Times insiste le jour de l’attentat sur… la mort de l’agresseur. Le titre ini­tial de l’article du jour­nal inti­t­ulé « la police française tire et tue un homme après une attaque fatale dans la rue », repris notam­ment par Hin­di­anews, est vite rem­placé par : « la police française tue un homme qui a décapité un pro­fesseur dans une rue ». Mal­gré la mod­i­fi­ca­tion du titre, l’islamiste est tou­jours la pre­mière vic­time que présente le jour­nal américain.

Voir aussi  Agression d’Éric Zemmour : une très lente réaction médiatique

Le ser­vice pub­lic de l’information a égale­ment été assez pusil­lanime dans la cou­ver­ture immé­di­ate de l’attentat. « Pas d’huile sur le feu » et « pas d’amalgame » sont de sortie.

Un député de l’Essonne, Fran­cis Chouat, a écouté France info peu de temps après l’attentat. Sa réac­tion sur Twit­ter est sans appel :

« @franceinfo qui ose deman­der à une enseignante si elle estime que le pro­fesseur DÉCAPITÉ avait eu rai­son de par­ler car­i­ca­tures. La réponse est telle­ment évi­dente!!! #Con­flans­Sain­te­Honorine #ter­ror­isme #Islamisme ».

Claude Poster­nak con­state que

« 8 heures après les faits, @franceinter pre­mière radio publique de France n’a tou­jours pas annon­cé sur son fil Twit­ter la décap­i­ta­tion d’un enseignant par un ter­ror­iste islamiste ».

Un décapiteur « de Moscou »

L’origine de l’agresseur est rapi­de­ment révélée : il est orig­i­naire de Moscou, nous apprend BFMTV. On attend tou­jours vaine­ment plus d’informations sur l’importance de l’islamisme dans la com­mu­nauté tchétchène à laque­lle apparte­nait le ter­ror­iste, tout comme des expli­ca­tions sur le fait que les deman­des d’asile des tchétchènes sont de plus en plus fréquem­ment accep­tées par l’administration française. Venir se réfugi­er en France pour y agress­er des mécréants, voilà qui sem­ble de plus en plus fréquent ces derniers temps.

Mais on n’avait pas tout vu ni tout enten­du. Sur M6, la députée de la cir­con­scrip­tion par­le de « mau­vaise idée » et de « mal­adresse » de la part du pro­fesseur qui a don­né la per­mis­sion à des élèves musul­mans de sor­tir de la classe s’ils étaient choqués par l’évocation « du prophète  Mahomet ».

Alors, quand le prési­dent de la République affirme le soir de l’attentat devant une nuée de jour­nal­istes au sujet des islamistes, « ils ne passeront pas », per­son­ne n’est là pour lui répon­dre : ils sont déjà là. Et votre poli­tique et celle de vos prédécesseurs y sont pour beaucoup.

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Élie Guckert

Né le 25 sep­tem­bre 1992 à Lax­ou, fils et petit-fils d’ingénieurs, Élie Guck­ert est le reje­ton d’une famille engagée à gauche dans un départe­ment, la Meuse, tra­di­tion­nelle­ment ancré à droite.

Natacha Polony

PORTRAIT — Nat­acha Polony est née le 15 avril 1975. D’origine polon­aise, elle enseigne de 1999 à 2000 dans un lycée d’Epinay-sur-Seine avant d’en démis­sion­ner. Elle n’a pas accep­té les réformes de Jack Lang trans­for­mant « l’enseignement de la lit­téra­ture en une démarche utilitariste ».

Edward Snowden

PORTRAIT — À l’o­rig­ine des infor­ma­tions qui ont provo­qué une crise poli­tique et diplo­ma­tique d’am­pleur inter­na­tionale, Edward Snow­den, jeune infor­mati­cien et ancien employé de la NSA, est le citoyen mon­di­al qui a dom­iné la scène médi­a­tique de ces dernières années.

Guillaume Roquette

PORTRAIT — La nom­i­na­tion de Guil­laume Roquette à la tête de la rédac­tion du Figaro mag­a­zine est le couron­nement d’un par­cours dis­cret mais sans faute. Elle est aus­si le signe d’un dur­cisse­ment de la presse de « droite » du à l’al­ter­nance, avec le pas­sage du directeur de la rédac­tion de Valeurs actuelles au Figaro magazine.

Julian Assange

PORTRAIT — Avant Edward Snow­den, avant Bradley Man­ning, il y avait Julian Assange. Ancien infor­mati­cien et hack­er, fon­da­teur de la plate­forme Wik­iLeaks, Julian Assange s’est attiré les foudres du gou­verne­ment améri­cain lorsqu’il a mis en lumière les dessous de la guerre d’Irak.