Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Coronavirus : de la théorie “complotiste” à l’hypothèse présidentielle

22 avril 2020

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Coronavirus : de la théorie “complotiste” à l’hypothèse présidentielle

Coronavirus : de la théorie “complotiste” à l’hypothèse présidentielle

Quand une théorie « complotiste des médias d’extrême droite » devient une hypothèse du Président de la République : il y a encore quelques jours, début avril 2020, émettre d’autres hypothèses que la transmission du coronavirus d’un pangolin à l’homme relevait du complotisme. Depuis que le Président Macron a récemment fait part de ses doutes à ce sujet au Financial Times, de nombreux médias, comme un banc de poissons disciplinés, ne considèrent plus cette hypothèse comme farfelue.

Peu après le début de la prop­a­ga­tion du coro­n­avirus, divers­es hypothès­es sur son orig­ine ont cir­culé. Pour quelle rai­son une expli­ca­tion a‑t-elle pris l’ascendant sur d’autres ? Nul ne le sait.

La trans­mis­sion ini­tiale du coro­n­avirus à l’homme n’a pas béné­fi­cié de la traça­bil­ité de la chaine de con­t­a­m­i­na­tion qui est pro­gres­sive­ment mise en place. On ne peut donc a pri­ori écarter aucune hypothèse. Pour­tant, dès le début de la pandémie, remet­tre en cause la théorie de la trans­mis­sion du coro­n­avirus à l’homme par un pan­golin ou une chauve-souris été con­sid­éré comme far­felu, voire rel­e­vant du com­plo­tisme.

Les médias : « l’extrême droite en embuscade »

La lec­ture de cer­tains arti­cles des médias de grand chemin parus à ce sujet il y a seule­ment quelques semaines est riche d’enseignement :

- « L’étrange obses­sion d’un quart des français pour la thèse du virus créé en lab­o­ra­toire », titraient les Décodeurs du Monde le 31 mars. Le quo­ti­di­en vespéral se lançait dans de longues et graves con­sid­éra­tions sur l’égarement d’une par­tie des Français, sans doute en proie à un choc émo­tion­nel intense affec­tant leur lucid­ité.

- Le 27 févri­er, le quo­ti­di­en région­al La Dépêche con­sacrait un arti­cle aux « huit fake news sur le coro­n­avirus ». Par­mi celles-ci, bien évidem­ment, la thèse de la fab­ri­ca­tion du virus dans l’institut de virolo­gie de Wuhan venant notam­ment d’un « média d’extrême droite améri­cain Zero hedge ».

- Bille en tête, la rubrique « Œil sur le front » de Libéra­tion ten­tait de répon­dre dans un arti­cle du 30 mars à la ques­tion : « Pourquoi les électeurs du RN croient que le coro­n­avirus a été inven­té en lab­o­ra­toire ». Étude de la fon­da­tion Jean Jau­rès à l’appui, le quo­ti­di­en fondé par Jean-Paul Sartre expli­quait « com­ment l’extrême droite flat­te les réflex­es con­spir­a­tionnistes de ses sym­pa­thisants ».

Aucun doute ne pou­vait être émis face à une ver­sion des faits qua­si­ment présen­tée comme offi­cielle.

Une autre hypothèse n’est citée que dans de rares médias

La trans­mis­sion du coro­n­avirus d’un pan­golin à l’homme a très vite été adop­tée par les médias de grand chemin comme l’hypothèse unique de l’origine de la pandémie. Les voix dis­cor­dantes ont été rares.
On peut une nou­velle fois saluer notam­ment André Bercoff sur Sud Radio qui assez tôt dans son émis­sion quo­ti­di­enne n’a pas tourné en déri­sion l’hypothèse de l’origine de la prop­a­ga­tion du virus d’un lab­o­ra­toire chi­nois.

Valeurs Actuelles illus­trait le 9 mars la plus grande lib­erté édi­to­ri­ale de le presse anglo-sax­onne, dont assez tôt cer­tains titres, dont le Dai­ly Mail, n’écartaient pas une fuite du virus du lab­o­ra­toire P4 de Wuhan en Chine. L’hebdomadaire cite égale­ment une tri­bune dans le Wash­ing­ton Post accrédi­tant la thèse de la fuite acci­den­telle du lab­o­ra­toire écrite par un « jour­nal­iste réputé et très intro­duit auprès des ren­seigne­ments améri­cains ».

Après avoir con­cerné qua­si unique­ment des médias alter­nat­ifs (« d’extrême droite »), ce sont donc ensuite des médias plus con­ven­tion­nels qui se sont emparés de l’hypothèse, par­mi d’autres, de la fuite du virus d’un lab­o­ra­toire chi­nois.

Les gouvernements anglais et américain en renfort, le banc de poissons des médias de grand chemin à l’unisson

Comme le souligne France Info le 17 avril, les gou­verne­ments anglais et améri­cains ont récem­ment demandé au gou­verne­ment chi­nois de s’expliquer sur l’origine de l’apparition du virus. N’écoutant que son courage ou plus sûre­ment pour ne pas rester à la traine, le Prési­dent de la République française déclarait le 16 avril au Finan­cial Times à pro­pos de la Chine : « claire­ment des choses se sont pro­duites que nous ne savons pas ». Il pour­suiv­ait en cri­ti­quant l’absence de lib­erté d’expression en Chine.

Alors que de nom­breux médias n’avaient pas de mots assez durs pour dénon­cer la théorie « com­plo­tiste » d’un virus venant d’un lab­o­ra­toire, la déc­la­ra­tion du Prési­dent de la République le 16 avril sem­ble avoir don­né une autori­sa­tion tacite pour explor­er d’autres pistes que la trans­mis­sion ani­mal-homme. C’est alors un véri­ta­ble fes­ti­val :

  • Le Point titre le 18 avril sur « l’infection d’un employé de lab­o­ra­toire de Wuhan est plus prob­a­ble » et donne la parole à un micro­bi­ol­o­giste qui développe cette thèse.
  • « Ce lab­o­ra­toire P4 de Wuhan est au cœur des accu­sa­tions améri­caines con­tre la Chine » titre le Huff­post le 17 avril.
  • Pour ne pas opér­er un virage à 90°, Libéra­tion affirme que « rumeurs et polémiques enflent autour de l’origine du virus ». Le jour­nal­iste n’emploie pas le mot de « com­plot » mais évoque des « spécu­la­tions ». Il pré­cise que ni Yahoo News ni Fox News n’évoquent une fab­ri­ca­tion du virus dans un lab­o­ra­toire de Wuhan, mais plutôt la pos­si­bil­ité d’une fuite acci­den­telle.
  • Le Figaro s’interroge le 17 avril sur « les mys­tères du lab­o­ra­toire de Wuhan ».
  • La Char­ente libre con­sacre un arti­cle au « labo P4 de Wuhan, (qui) tra­vaille sur des sources dan­gereuses ».

Les exem­ples d’articles sont nom­breux à illus­tr­er la prise en con­sid­éra­tion de l’hypothèse, par­mi d’autres, d’une orig­ine du coro­n­avirus d’un lab­o­ra­toire de Wuhan en Chine.

Il aura donc fal­lu que des chefs d’État don­nent du crédit à cette hypothèse pour qu’elle ne soit plus taxée de con­spir­a­tionniste. Un nou­v­el exem­ple du con­formisme de nom­breux médias qui n’explorent des pistes d’investigation qu’une fois un cer­ti­fi­cat d’honorabilité délivré. Nous sug­gérons à cer­tains hon­or­ables jour­nal­istes de tir­er prof­it du con­fine­ment pour relire les écrits de George Orwell à pro­pos du Min­istère de la vérité. Un vaste sujet de réflex­ion…

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision