Accueil | Actualités | Médias | Christophe Barbier invite Renaud Dély à respecter son travail
Pub­lié le 27 novembre 2012 | Éti­quettes : , , , , ,

Christophe Barbier invite Renaud Dély à respecter son travail

Le débat fait rage sur Newsring, le site de Frédéric Taddeï consacré justement à la libre opposition des opinions. Alors que Renaud Dély du Nouvel Observateur avait critiqué la une de L’Express consacrée à l’immigration, Christophe Barbier a tenu à lui répondre.

Car le directeur de la rédaction de l’Obs n’y est pas allé par quatre chemins à propos de son confrère et concurrent : « il ne faut pas confondre l’intérêt commercial avec un naufrage dans une sorte de populisme dangereux, illustré par certaines unes récentes, qui vont jusqu’à flirter avec la xénophobie en stigmatisant une communauté prise comme bouc-émissaire. » Et ce dernier de dénoncer « un calcul à courte vue : quand vous faites une couverture provocatrice, et que cette une ne correspond pas au contenu du journal, cela se retourne immanquablement contre les auteurs de ce tour de passe-passe. Il ne faut pas prendre les lecteurs pour des imbéciles. Vous pouvez tromper une fois le lecteur, mais vous ne le roulerez pas dix fois, il finira par ne plus acheter votre magazine ». Selon Renaud Dély, il ne faut pas chercher à copier la presse trash, sinon quoi cela risquerait de « nuire à la crédibilité de votre titre » tout en attisant « les mauvaises passions du pays ».

Christophe Barbier, interrogé par Newsring, a défendu ses positions, estimant que « ce que dit Renaud Dély est faux. Ce qui excite la xénophobie, c’est cette presse parisienne – dont Le Nouvel Obs est une bonne illustration – qui dit aux gens qu’il n’y a pas de problème. Il y a dans la bien-pensance germanopratine, celle des bobos parisiens, une forme d’arrogance qui provoque la xénophobie de "la France d’en bas". En posant le problème, en montrant qu’on entend ce qu’elle dit ("il y a trop d’immigrés"), et en répondant pédagogiquement, on apporte une réponse plus efficace à la xénophobie, bien plus qu’en prenant des postures morales ».

Coup pour coup, le patron de L’Express ne manque pas de rappeler que le Nouvel Obs « a récemment fait sa une avec une croix gammée. Ils savent bien que cela peut faire frissonner dans notre pays, et ils en jouent. Ils ont d’ailleurs bien vendu ce numéro... Je ne vais pas leur dire qu’ils flattent le néonazisme en mettant une croix gammée à la une, alors que la croix gammée est interdite d’exposition! Ils ont fait un travail journalistique, avec un visuel cru. Ils ont bien fait leur travail, mais il faut qu’ils respectent le travail de leurs confrères ».

Crédit photo : Manuguf via Wikimédia Commons (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux