Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Charlie croule sous les aides tout en « vomissant » certains soutiens
Publié le 

13 janvier 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Charlie croule sous les aides tout en « vomissant » certains soutiens

Charlie croule sous les aides tout en « vomissant » certains soutiens

Si suite aux attentats commis contre l’hebdomadaire, tout le monde ou presque est aujourd’hui « Charlie », Charlie, lui, n’a pas manqué l’occasion de « vomir » ses cibles traditionnelles que sont le pape, Poutine ou encore l’extrême-droite…

Same­di dans la presse, le dessi­na­teur néer­landais Willem a déclaré : « Nous avons beau­coup de nou­veaux amis, comme le pape, la reine Eliz­a­beth ou Pou­tine : ça me fait bien rire. » Car de leur sou­tien, voire de leur com­pas­sion, Willem s’en passerait bien, surtout ceux de Marine Le Pen qui selon lui « est ravie lorsque les islamistes se met­tent à tir­er un peu partout ».

Geert Wilders, le chef de file de l’ex­trême-droite néer­landaise, n’est lui non plus pas le bien­v­enue au banc de la sol­i­dar­ité. « Nous vom­is­sons sur tous ces gens qui, subite­ment, dis­ent être nos amis », a‑t-il lancé. Le sou­tien mon­di­al ? Même rejet. « Ils n’ont jamais vu Char­lie Heb­do », explique-t-il avant de tem­pér­er : « Si les gens man­i­fes­tent pour défendre le libre mot, c’est naturelle­ment une bonne chose. »

Willem, de son vrai nom Bernard Holtrop, est un dessi­na­teur satirique rési­dant en France. À 73 ans, il pub­lie dans Char­lie Heb­do mais égale­ment dans Libéra­tion. Il était dans le train entre Lori­ent et Paris lorsqu’il a appris la nou­velle de l’at­taque. « Je ne viens jamais aux réu­nions de rédac­tion car je n’aime pas ça », con­fie-t-il. Une habi­tude qui lui a sans doute sauvé la vie.

Quoi qu’il en soit, le sou­tien plané­taire à Char­lie Heb­do n’est pas que moral, il est égale­ment financier. Depuis le drame, les aides pleu­vent de partout à mesure que les abon­nements s’en­v­o­lent. En deux jours, Char­lie a plus que dou­blé son nom­bre d’abon­nés, pas­sant de 10 000 à 26 000. Et ce sans même que le mag­a­zine n’ait con­servé de lien sur son site.

Via­Presse, site qui gère les abon­nements de l’heb­do­madaire, a con­fié au Figaro avoir reçu plus de 200 000 vis­ites sur la page con­sacrée à ce dernier. Habituelle­ment, Char­lie Heb­do n’en­reg­istre que 300 abon­nés sup­plé­men­taires… par an ! Même les insti­tu­tions s’y met­tent. Ain­si la Banque publique d’in­vestisse­ment a décidé de pren­dre 50 abon­nements tout comme le Min­istère de la Cul­ture et la Caisse des dépôts.

De son côté le Syn­di­cat de la presse quo­ti­di­enne nationale a organ­isé une col­lecte de dons défis­cal­isés via le site JaideCharlie.fr, mis en place pour l’oc­ca­sion. Le fonds Presse et Plu­ral­isme, qui y par­ticipe, va égale­ment apporter dans l’im­mé­di­at un don de 200 000 euros pour aider à la sor­tie du prochain numéro. La fil­iale de la dis­tri­b­u­tion de la presse a quant à elle choisi de ne pas prélever de com­mis­sion sur le numéro en ques­tion.

Même le Guardian, quo­ti­di­en bri­tan­nique, a décidé de vers­er 100 000 livres ster­ling à Char­lie Heb­do. Pour finir, en plus de ses 50 abon­nements, le Min­istère de la Cul­ture va déblo­quer un mil­lion d’eu­ros pour aider l’heb­do­madaire satirique – le tout, bien-sûr, avec l’ar­gent du con­tribuable, même si celui-ci est à vom­ir. Le min­istère va égale­ment « chang­er les textes » pour que le jour­nal puisse béné­fici­er « d’aides struc­turelles » aux­quelles il n’a pour le moment pas le droit, n’é­tant pas recon­nu comme une pub­li­ca­tion « d’in­for­ma­tion poli­tique et générale ».

On se sou­vient qu’en novem­bre, le mag­a­zine fai­sait appel à ses lecteurs en affir­mant être en dan­ger de dis­pari­tion. Désor­mais, il sem­ble être à l’abri pour un bon moment…

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

Éric Naulleau

PORTRAIT — Éric Naul­leau, la gauche qui agace la gauche. « Moi, je suis con­sid­éré par la gauche comme un enne­mi. Elle me com­bat. C’est ain­si. Mais Naul­leau, lui, est con­sid­éré comme un traître ! Et c’est bien pire… » Éric Zem­mour, Valeurs Actuelles, 2012.

Nicolas Truong

PORTRAIT — Né en 1967, Nico­las Truong dirige les pages « Idées-Débats » du Monde. Il ne fait guère preuve d’honnêteté idéologique, ni ne fait mys­tère de ses pen­chants intel­lectuels pous­sant très loin à gauche le bou­chon de ses idées.

Pascal Praud

PORTRAIT — Loin d’être l’homologue français de Tuck­er Carl­son ou de Sean Han­ni­ty comme le fan­tasme la presse de gauche, Pas­cal Praud prof­ite d’un cli­mat poli­tique trou­blé et d’une cen­sure gran­dis­sante pour endoss­er le rôle des “porte-parole des Mar­cel au bistrot” et faire grimper les audi­ences.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision