Accueil | Actualités | Médias | Charlie croule sous les aides tout en « vomissant » certains soutiens
Pub­lié le 13 janvier 2015 | Éti­quettes :

Charlie croule sous les aides tout en « vomissant » certains soutiens

Si suite aux attentats commis contre l'hebdomadaire, tout le monde ou presque est aujourd’hui « Charlie », Charlie, lui, n'a pas manqué l'occasion de « vomir » ses cibles traditionnelles que sont le pape, Poutine ou encore l'extrême-droite…

Samedi dans la presse, le dessinateur néerlandais Willem a déclaré : « Nous avons beaucoup de nouveaux amis, comme le pape, la reine Elizabeth ou Poutine : ça me fait bien rire. » Car de leur soutien, voire de leur compassion, Willem s'en passerait bien, surtout ceux de Marine Le Pen qui selon lui « est ravie lorsque les islamistes se mettent à tirer un peu partout ».

Geert Wilders, le chef de file de l'extrême-droite néerlandaise, n'est lui non plus pas le bienvenue au banc de la solidarité. « Nous vomissons sur tous ces gens qui, subitement, disent être nos amis », a-t-il lancé. Le soutien mondial ? Même rejet. « Ils n'ont jamais vu Charlie Hebdo », explique-t-il avant de tempérer : « Si les gens manifestent pour défendre le libre mot, c'est naturellement une bonne chose. »

Willem, de son vrai nom Bernard Holtrop, est un dessinateur satirique résidant en France. À 73 ans, il publie dans Charlie Hebdo mais également dans Libération. Il était dans le train entre Lorient et Paris lorsqu'il a appris la nouvelle de l'attaque. « Je ne viens jamais aux réunions de rédaction car je n'aime pas ça », confie-t-il. Une habitude qui lui a sans doute sauvé la vie.

Quoi qu'il en soit, le soutien planétaire à Charlie Hebdo n'est pas que moral, il est également financier. Depuis le drame, les aides pleuvent de partout à mesure que les abonnements s'envolent. En deux jours, Charlie a plus que doublé son nombre d'abonnés, passant de 10 000 à 26 000. Et ce sans même que le magazine n'ait conservé de lien sur son site.

ViaPresse, site qui gère les abonnements de l'hebdomadaire, a confié au Figaro avoir reçu plus de 200 000 visites sur la page consacrée à ce dernier. Habituellement, Charlie Hebdo n'enregistre que 300 abonnés supplémentaires... par an ! Même les institutions s'y mettent. Ainsi la Banque publique d'investissement a décidé de prendre 50 abonnements tout comme le Ministère de la Culture et la Caisse des dépôts.

De son côté le Syndicat de la presse quotidienne nationale a organisé une collecte de dons défiscalisés via le site JaideCharlie.fr, mis en place pour l'occasion. Le fonds Presse et Pluralisme, qui y participe, va également apporter dans l'immédiat un don de 200 000 euros pour aider à la sortie du prochain numéro. La filiale de la distribution de la presse a quant à elle choisi de ne pas prélever de commission sur le numéro en question.

Même le Guardian, quotidien britannique, a décidé de verser 100 000 livres sterling à Charlie Hebdo. Pour finir, en plus de ses 50 abonnements, le Ministère de la Culture va débloquer un million d'euros pour aider l'hebdomadaire satirique – le tout, bien-sûr, avec l'argent du contribuable, même si celui-ci est à vomir. Le ministère va également « changer les textes » pour que le journal puisse bénéficier « d'aides structurelles » auxquelles il n'a pour le moment pas le droit, n'étant pas reconnu comme une publication « d'information politique et générale ».

On se souvient qu'en novembre, le magazine faisait appel à ses lecteurs en affirmant être en danger de disparition. Désormais, il semble être à l'abri pour un bon moment...

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This