Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Caroline de Haas, petites protections entre amis dans les principales rédactions parisiennes ?

5 décembre 2019

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Caroline de Haas, petites protections entre amis dans les principales rédactions parisiennes ?

Caroline de Haas, petites protections entre amis dans les principales rédactions parisiennes ?

Dès que l’on jette un œil ici où là, apparaissent de petits privilèges entre amis libéraux libertaires dans les médias. Dernier exemple en date, Caroline de Haas.

Vous enten­drez peu par­ler de cette nou­velle « affaire Car­o­line de Haas ». Elle a pour­tant été révélée par Le Point dès juin 2019, sans écho par­ti­c­uli­er, rap­pelée par Le Canard Enchaîné le 20 novem­bre 2019 — un jour­nal déclencheur d’affaires que les médias con­venus aiment bien suiv­re habituelle­ment. Pour cette nou­velle « affaire », seul Valeurs Actuelles réag­it le 28 novem­bre.

Il y a « affaire » et « affaire »

Très en deçà des réac­tions médi­a­tiques mas­sives con­tre le philosophe Alain Finkielkraut suite à son alter­ca­tion avec la même Car­o­line de Haas. Cette dernière est partout, agres­sive, provo­ca­trice, sou­vent vio­lente, que l’on pense à ce tweet par exem­ple :

« Car­o­line De Haas @carolinedehaas
Ceux qui me dis­ent que les agres­sions sex­uelles en Alle­magne sont dues à l’ar­rivée des migrants : allez dévers­er votre merde raciste ailleurs. »

Face à Finkielkraut, l’affaire por­tait sur la « cul­ture du viol » et l’ironie de Finkielkraut, ironie à laque­lle la mil­i­tante de Haas ne com­pre­nait goutte. Une preuve de la « pen­sée » de Car­o­line de Haas ? En févri­er 2018, elle déclarait à L’Obs en févri­er 2018 : puisqu’« il est admis qu’une femme sur deux a été vic­time de viol, d’a­gres­sion ou de har­cèle­ment », la con­clu­sion logique est qu’« un homme sur deux ou sur trois est un agresseur. » Clair comme une brochure de la gauche rad­i­cale inter­sec­tion­nelle.

L’altercation : dans une émis­sion dif­fusée mer­cre­di 13 novem­bre 2019 sur LCI, le philosophe Alain Finkielkraut a voulu iro­nis­er sur la car­i­ca­ture qui serait faite de lui, en déclarant : « Je dis aux hommes : “Vio­lez les femmes !” D’ailleurs, je vio­le la mienne tous les soirs. » Car­o­line de Haas a pris cela au sérieux et nom­bre de médias ont eu du mal à ne pas se jeter sur la proie Finkielkraut, lequel a le mal­heur de ne pas être par­ti­c­ulière­ment islam­ophile et de béné­fici­er de lieux d’expression médi­a­tiques. Deux défauts majeurs pour un mâle blanc hétéro­sex­uel de plus de 50 ans.

Caroline contre l’Islam, tout contre

Nom­bre de médias ont donc embrayé pour défendre la pau­vre Car­o­line, mil­i­tante de ce fémin­isme inter­sec­tion­nel, rad­i­cal, préférant un fémin­isme racisé entre femmes ; inca­pable d’imaginer qu’un migrant puisse s’en pren­dre sex­uelle­ment à une femme, croy­ant qu’en Afrique, où jamais elle n’a vécu, le com­porte­ment vis-à-vis des femmes con­fine au respect le plus absolu. Car­o­line de Haas est mem­bre du col­lec­tif Nous Toutes et co-organ­isatrice de la récente man­i­fes­ta­tion, le 23 novem­bre, con­tre les vio­lences faites aux femmes.

Rap­pelons que lors de cette man­i­fes­ta­tion une minorité de femmes arbo­raient des pan­car­tes posant le prob­lème de la sit­u­a­tion de la femme au sein de l’islam, et des vio­lences physiques et psy­chologiques subies dans ce cas. Elles ont été virées manu mil­i­tari, sans même un mot de com­pas­sion par exem­ple à l’égard des femmes kur­des vio­lées en masse, réduites en esclavage au Proche-Ori­ent par des amis proches d’autres amoureux des réu­nions fémin­istes racisées, cer­tains des marcheurs con­tre l’islamophobie. Un petit milieu. 

Caroline fait des ménages

La nou­velle mais dis­crète « affaire Car­o­line de Haas ». De quoi s’agit-il ? Pleine de con­vic­tion, moral­isatrice présente dans tous les stu­dios et sur tous les plateaux, prête à tout instant à rap­pel­er le bien et le mal, Car­o­line de Haas n’en oublie pas qu’elle a des poches, comme nom­bre de ses com­pères libéraux lib­er­taires issus de l’ancienne lignée de la gauche caviar lignée Fabius/ Lang, et qu’il faut bien les rem­plir. D’après Le Canard Enchaîné, madame la mil­i­tante et sa morale auraient des liens pour le moins ambi­gus avec le groupe médi­a­tique Le Monde (cela peut aider). Lors de la man­i­fes­ta­tion con­tre les vio­lences faites aux femmes, Car­o­line de Haas lâche comme si de rien n’était devant tous les micros qu’elle « se félicite d’être abon­née au Monde », jour­nal qui selon elle réalise de sacrées enquêtes.

Ce qu’elle ne dit pas ? Car­o­line de Haas est rémunérée pour des « for­ma­tions con­tre les vio­lences sex­istes et sex­uelles au tra­vail » (Le Canard Enchaîné), for­ma­tion qu’elle donne en par­ti­c­uli­er au sein de la rédac­tion du quo­ti­di­en Le Monde. Ain­si, celle qui voulait il y a quelques années faire élargir les trot­toirs de la porte de La Chapelle pour que les femmes ne frô­lent plus malen­con­treuse­ment les migrants, lesquels ne pour­raient en aucune façon leur met­tre à l’insu de leur plein gré la main aux fess­es, n’hésite pas à élargir son champ d’action per­son­nel et son porte-mon­naie. D’ailleurs, elle pro­duit les mêmes presta­tions à L’Obs, Médi­a­part, TV5 Monde. La société com­mer­ciale de bonne parole fémin­iste inter­sec­tion­nelle (fusion de deux entre­pris­es – Egaé de Car­o­line de Haas et Autrement Con­seil, fondé par la « spé­cial­iste des ques­tions de genre » Pauline Chab­bert), a atteint en 2018 un chiffre d’affaires respectable de 500 000 euros. Le fémin­isme et la bonne con­science, cela rap­porte.

Mais il y a mieux.

La société Egaé entre au gouvernement

Pour gag­n­er sa vie, il faut aller là où il y a des sous. Dans les médias potes cela aide sérieuse­ment. Pour la carte de vis­ite bien enten­du mais pas seule­ment. Egaé forme les mem­bres de La Croix Rouge inter­na­tionale, mais aus­si du min­istère du tra­vail, du min­istère de la san­té, des ser­vices du pre­mier min­istre (2019). C’est donc avec de l’argent pub­lic que des for­ma­tions de sept heures « sur l’égalité entre les femmes et les hommes, la diver­sité et la lutte con­tre les dis­crim­i­na­tions auprès des encadrant.e.s, des RH et des agent.e.s » sont achetées, le tout sur fond d’écriture inclu­sive.

Encore mieux ? A l’origine, ce n’était pas une action entre­pre­neuri­ale : après l’élec­tion prési­den­tielle de 2012 et la créa­tion d’un min­istère des Droits des femmes au sein du gou­verne­ment Ayrault, Car­o­line de Haas avait été nom­mée con­seil­lère chargée des rela­tions avec les asso­ci­a­tions et de la lutte con­tre les vio­lences faites aux femmes au sein du cab­i­net de Najat Val­laud-Belka­cem. Elle était chargée d’animer des séances de sen­si­bil­i­sa­tion sur les ques­tions d’é­gal­ité hommes-femmes pour les min­istres du gou­verne­ment.

Autant dire que le mélange des gen­res a fonc­tion­né à mer­veille, comme dans la mobylette de papy. Les ten­ants com­plo­tistes de l’idéologie libérale lib­er­taire diront sans doute que tout cela n’est que fan­tasme des grand.e.s méchant.e.s loups.louve.s de l’extrêm.e droit.e mais enfin le doute com­mence à point­er le bout de son n.Haas.e.

Sur le même sujet

Related Posts

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).