Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
TV5 Monde : on se bouscule au portillon pour succéder à Yves Bigot

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

30 avril 2024

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | TV5 Monde : on se bouscule au portillon pour succéder à Yves Bigot

TV5 Monde : on se bouscule au portillon pour succéder à Yves Bigot

Temps de lecture : 3 minutes

TV5 Monde est peu connu, c’est pourtant une des voix de la France en Afrique avec environ 60 millions de téléspectateurs réguliers, l’immense majorité se situant en Afrique francophone, un joli budget supérieur à 100M€, sans oublier un droit de regard de France Télévisions actionnaire à 49% et premier contributeur financier. Et sans compter les pays africains qui aimeraient avoir plus droit au chapitre pour choisir le futur directeur général et les orientations de la chaîne.

TV5 Monde : un directeur très politique

Ce n’est pas l’ARCOM qui choisit le dirigeant de la chaîne, la déci­sion se trou­ve à l’Élysée et sous le regard atten­tif de Rachi­da Dati, son min­istère de la Cul­ture étant l’autorité de tutelle. Formelle­ment, des représen­tants de Mona­co, de la Bel­gique, de la Suisse, du Québec pren­nent part au vote, mais c’est la France qui donne le bud­get, le poste ne peut échap­per à un Français.

Yves Bigot bien en place, avec le soutien des Africains ?

Yves Big­ot a déjà une riche car­rière der­rière lui : France 4, France 2, France Inter, RTL, la RTBF et aimerait bien se suc­céder à lui-même. En place depuis début 2013, son man­dat s’achève fin 2024.

La France et ses médias n’ont pas bonne presse ou plus bonne presse du tout en Afrique fran­coph­o­ne. RFI chas­sé d’un peu partout, le change­ment de prési­dent au Séné­gal sur le thème de la décoloni­sa­tion, les pos­si­bles change­ments à venir au Tchad ou au Gabon, pour­raient inciter les autorités français­es à partager un peu de la gou­ver­nance de TV5 Monde avec leurs homo­logues africains. C’est ici que Yves Big­ot a une carte à jouer.

Ouvrir le capital aux Africains ?

C’est l’idée d’Yves Big­ot. Il a présen­té le pro­jet d’intégrer au cap­i­tal sept pays africains, le Bénin, le Gabon, le Séné­gal, la Côte d’Ivoire, le Camer­oun, la République démoc­ra­tique du Con­go et le Con­go-Braz­zav­ille. Ces derniers auraient alors pour une mod­ique somme (600K€ par pays et par an) le droit de nom­mer un admin­is­tra­teur tour­nant au con­seil d’administration.

Qui dit siège au con­seil dit égale­ment droit de regard sur les émis­sions et les jour­nal­istes. La démoc­ra­tie à l’africaine étant assez éloignée des stan­dards européens, les jour­nal­istes de TV5 Monde se sont émus et deman­dent des garanties.

Si Yves Big­ot n’est pas renou­velé, d’autres noms cir­cu­lent, trois en par­ti­c­uli­er (source La Let­tre) :

  • Mar­tin Ajdari ancien de Radio France et de France TV.
  • Olivi­er Poivre d’Arvor ex France Cul­ture
  • Arnaud Ngatcha, adjoint à la mairie de Paris, il a l’avantage d’être franco-camerounais.

Yves Big­ot a 67 ans, son âge pour­rait jouer con­tre lui, mais sa con­nais­sance de l’Afrique est un atout au moment où la diplo­matie française est en déroute sur le continent.