Accueil | Actualités | Médias | Bouygues retire ses publicités sur les médias du groupe d’Alain Weill
Pub­lié le 16 mai 2014 | Éti­quettes : , , , , ,

Bouygues retire ses publicités sur les médias du groupe d’Alain Weill

Une chaîne info supplémentaire sur la TNT serait-elle de trop ? C'est ce que plaide Alain Weill (photo), patron de NextRadioTV, depuis plusieurs mois.

Alors qu'il était auditionné par le CSA ce mardi, celui qui possède BFMTV s'est à nouveau vivement opposé au passage de LCI (groupe Bouygues, TF1) sur la TNT gratuite. « Nous demandons au CSA de confirmer sa décision de fin 2011 », a-t-il réclamé, faisant référence à une décision qui avait estimé que le marché des chaînes d'info n'était pas assez large pour trois acteurs.

« Si on donne une chaîne supplémentaire à TF1, premier acteur du marché, qui a déjà 50% du marché publicitaire et 22% de part d'audience, cela n'est pas conforme à la loi sur le pluralisme », a rappelé M. Weill avant d'évoquer les conséquences sur les autres chaînes, dont la sienne : « Si LCI devient gratuite, BFMTV deviendra déficitaire. Nous aurions trois chaînes pauvres. Et dans les 18 mois nous verrons une fusion entre deux des trois chaînes d'info. »

« Quand à LCI, déficitaire depuis 20 ans, elle perdrait beaucoup plus d'argent qu'aujourd'hui », a martelé le patron de NextRadioTV avant de faire une confidence inédite. Selon lui, Bouygues (maison mère de TF1 et de LCI), a retiré toutes ses publicités des médias de son groupe (RMC et BFMTV) suite à cette mésentente. Un manque à gagner qui « représentait 6% de notre chiffre d'affaires », s'est-il plaint...

Crédit photo : Olivier Ezratty via Wikimedia (cc)

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux