Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Lauren Southern, documentariste hérétique

27 novembre 2018

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Lauren Southern, documentariste hérétique

Lauren Southern, documentariste hérétique

Connaissez-vous Lauren Southern ? Le moins que l’on puisse dire, c’est que la documentariste canadienne n’est pas connue en France. Dommage, car son travail mérite qu’on s’y attarde. À condition de s’en tenir à ce qu’elle fait et pas à ce qu’en disent les médias de grand chemin mainstream.

Alors que Michael Moore, le réal­isa­teur améri­cain de doc­u­men­taires engagés, sem­ble en fin de car­rière, réduit à jouer le rôle de sup­port­er du camp démoc­rate (voir ses derniers doc­u­men­taires « Michael Moore in Trum­p­Land » et « Fahren­heit 11/9 »), c’est du Cana­da que les enquêtes orig­i­nales sem­blent désor­mais venir. Autant le dire tout de suite, le choix des sujets de Lau­ren South­ern ne cor­re­spond pas aux canons du poli­tique­ment cor­rect. Ses œuvres ont donc peu de chance d’être à l’affiche des ciné­mas du réseau Art et Essai, qui ont per­mis en son temps à Michael Moore de con­naitre une cer­taine pop­u­lar­ité en France. Tout comme Michael Moore, Lau­ren South­ern ne cache pas ses engage­ments poli­tiques, qui sont sou­vent à l’opposé de ceux du réal­isa­teur de « Bowl­ing for Colom­bine ». Ce qui nous intéresse ici est l’activité pro­fes­sion­nelle de la jeune cana­di­enne, âgée de 23 ans : un jour­nal­isme d’investigation et de con­vic­tion.

Autant le dire tout de suite, le choix des sujets de Lauren Southern ne correspond pas aux canons du politiquement correct.

Le pre­mier livre de Lau­ren South­ern  (non traduit en français) « Com­ment les baby­boomers, l’immigration et l’islam ont foutu en l’air ma généra­tion » a mis en avant des posi­tions à con­tre-courant du dis­cours main­stream, mais aus­si un art con­som­mé de la provo­ca­tion. Si vous ajoutez à cela la dis­tri­b­u­tion de fly­ers tout aus­si provo­ca­teurs, il n’en fal­lait pas plus pour qu’une grande par­tie des com­men­ta­teurs médi­a­tiques la classe à l’extrême, voire l’ultra-droite de l’échiquier poli­tique, ou la qual­i­fie de « supré­maciste » blanche. Au risque de pass­er à côté de ses travaux ultérieurs, qui présen­tent un intérêt cer­tain. Et bien qu’elle se défende de ces qual­i­fi­cat­ifs aus­si encom­brants que car­i­cat­u­raux. Sa qual­i­fi­ca­tion d’ « extrémiste » a ain­si amené cer­tains de ses opposants à l’accuser d’avoir à bord d’un bateau de l’action « Defend Europe » cher­ché à « tor­piller » un bateau d’une O.N.G. ayant à son bord des clan­des­tins (4e minute de la vidéo). Des accu­sa­tions dont L. South­ern attend tou­jours les preuves, en ajoutant qu’elle milite pour le respect des lois sur l’immigration, une immi­gra­tion qui selon elle ne peut être imposée par l’arrivée inces­sante de bateaux chargés de clan­des­tins.

Farmlands : la « réconciliation » en question

Son pre­mier doc­u­men­taire, « Farm­lands », répond à la déf­i­ni­tion qu’elle se fait de son tra­vail : « cou­vrir les événe­ments que les médias main­stream refusent de cou­vrir ». Son enquête en Afrique du Sud sur le sort de blancs sud-africains va à rebours de l’image de tran­si­tion paci­fique et de « réc­on­cil­i­a­tion » entre com­mu­nautés telle qu’elle est présen­tée par les médias main­stream.

Lau­ren South­ern ne cache pas la part de vio­lence de l’histoire sud-africaine. Mais la tran­si­tion vécue par une par­tie de la pop­u­la­tion présen­tée par la doc­u­men­tariste ressem­ble à une ciguë que l’on ferait boire jusqu’à la lie aux blancs. Incendies d’écoles (23 en 2016), aug­men­ta­tion cri­tique du nom­bre de meurtres de blancs, chô­mage en rai­son de la dis­crim­i­na­tion pos­i­tive, expro­pri­a­tions sans indem­ni­sa­tion de fer­miers blancs, émi­gra­tion de mil­liers d’afrikaners, etc. La face cachée de la tran­si­tion en Afrique du Sud n’a pas déchainé les foules en France. Ce doc­u­men­taire, il est vrai non traduit et sans sous-titres, n’a été com­men­té que par quelques médias, notam­ment Breizh Info et la revue de presse Fdes­ouche.

Borderless : premier extrait, premières polémiques

South­ern tra­vaille en ce moment sur un nou­veau doc­u­men­taire con­sacré à la crise migra­toire que con­nais­sent les pays européens. Un pre­mier extrait de Bor­der­less (sans fron­tières) est devenu viral sur les réseaux soci­aux. Il con­cerne un reportage en micro et caméras cachés sur l’Ile de Les­bos en Grèce au sein d’une O.N.G., Advo­cates abroad, dont la mis­sion est de « don­ner une aide juridique et une assis­tance aux réfugiés».  Une organ­i­sa­tion qui aurait selon le site d’information Bre­it­bart con­seil­lé près de 15 000 deman­deurs d’asile depuis 2016.

On y voit et entend la Direc­trice de l’O.N.G. qui affirme au sujet des con­seils don­nés aux futur deman­deurs d’asile : « Il y a des car­ac­téris­tiques pro­pres aux migrants trau­ma­tisés, et on apprend à notre pub­lic à avoir ces car­ac­téris­tiques ». « Nous leur apprenons…comment faire en sorte de garder leurs trau­ma­tismes privés car tous ces agisse­ments sont un par­avent. Je leur dis que c’est du ciné­ma, c’est du théâtre. Pour pass­er à tra­vers cette épreuve, ils doivent jouer un rôle, c’est celui du réfugié trau­ma­tisé parce que les agents de l’EASO (les agents européens en charge de l’instruction des deman­des d’asile NDLR) sont stu­pides (« so fuck­ing stu­pid »), tout ce qu’ils savent est écrit noir sur blanc ».

Réagis­sant au buzz médi­a­tique que la révéla­tion de cette vidéo a causé, Advo­cates abroad répond dans un com­mu­niqué sur son site en affir­mant qu’il s’agit de « com­men­taires informels faits par notre Direc­trice et présen­tés totale­ment en dehors de leur con­texte pour nous dis­créditer aux yeux de l’opinion publique, des insti­tu­tions et des principes que nous ser­vons ».

Le plus éton­nant reste que l’O.N.G. ne réfute pas les pro­pos de sa Direc­trice. Comme d’habitude, peu de médias (à l’exception notable de Valeurs actuelles, RT France, Breizh Info, etc.) ont par­lé de cette vidéo qui va à con­tre-courant du catéchisme pro-migrants habituel. Cha­cun peut se faire son idée en la vision­nant et en lisant la réponse de l’O.N.G. En atten­dant la sor­tie de Bor­der­less… et sa ver­sion française.

Crédit pho­to : DR

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.