Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Bernard Arnault/LVMH injecte 440M€ dans les finances du Parisien

22 février 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Bernard Arnault/LVMH injecte 440M€ dans les finances du Parisien

Bernard Arnault/LVMH injecte 440M€ dans les finances du Parisien

On ne prête qu’aux riches, dit le dicton. Il faut être très riche pour s’offrir un titre de la presse quotidienne nationale pourrait devenir un autre proverbe. Si vous avez un peu moins de 600 millions d’euros de côté, vous pourriez vous offrir Le Parisien/Aujourd’hui en France, un titre national qui dispose d’une bonne influence. Par ici la monnaie et la visite.

Amaury jette l’éponge, Arnault rachète

En 2016, la famille Amau­ry décide de se recen­tr­er sur L’Équipe et ses activ­ités (Tour de France, chaîne télé, etc). Et vend pour un peu moins de 90M d’euros la total­ité des activ­ités du groupe Le Parisien : jour­nal, immo­bili­er, dis­tri­b­u­tion, web. À peine instal­lé, LVMH opti­mise la tré­sorerie du jour­nal en l’envoyant bronz­er sous le soleil de sa fil­iale finan­cière belge. Avec un intérêt fis­cal évi­dent.

Vous n’auriez pas 80M€ ?

Vous devez les avoir ! Cette somme (un peu faible, recon­nais­sons le) vous per­me­t­tra de regon­fler en décem­bre 2018 la tré­sorerie du titre que vous avez racheté un peu plus de deux ans plus tôt. Si tout se passe bien (ou pas trop mal), vous devriez éponger les pertes de 2018 (non con­nues en févri­er 2019) et celles de 2019, l’année en cours. Plus sans doute quelques investisse­ments dans le numérique

Passez par la case départ et versez 440M€

Con­traire­ment au Monop­oly, vous ne touchez pas quelque chose en repas­sant par la case départ. Vous remet­tez au pot. C’est la Let­tre A du 15 févri­er 2019 qui nous l’apprend. UFIPAR, une des hold­ings du groupe LVMH est le véhicule financier qui pos­sède Le Parisien. Cette hold­ing vient de se livr­er à ce que l’on appelle une « opéra­tion accordéon ». Pour faire sim­ple, vous aug­mentez le cap­i­tal en injec­tant une somme qui cor­re­spond aux pertes antérieures, puis vous réduisez le cap­i­tal d’autant, les pertes sont alors apurées. C’est ce qu’a fait UFIPAR aug­men­tant le cap­i­tal de 440M€, le por­tant de 520M€ à 960M€ puis le réduisant d’autant, la dette est apurée.

Pourquoi tant d’argent

LVMH est dans le trio de tête des aides directes à la presse pour la péri­ode 2012/2017 avec la coquette somme de 65 mil­lions d’euros. Ce qui cor­ro­bore notre pre­mier dic­ton, on ne prête (et sub­ven­tionne) qu’aux rich­es. Mais si on fait le total, 90M de rachat+ 80M en trésorerie+440M pour apur­er les pertes, cela fait quelques 610M€. Comme les espoirs de prof­its sont mai­gres, la morale de l’histoire est claire : si Bernard Arnault investit des sommes impor­tantes dans les médias ce n’est pas pour dégager un prof­it mais pour gag­n­er en influ­ence. Une influ­ence qui lui per­met de défendre à la fois son empire économique et de se faire quelques ami­tiés utiles en poli­tique. À ne pas oubli­er quand vous lisez Le Parisien ou Les Échos.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.

Stéphane Kenech

PORTRAIT — Stéphane Kenech, ou l’histoire d’un jour­nal­iste d’images rêvant de s’ac­com­plir dans le reportage de guerre et d’in­ves­ti­ga­tion. Dans cette voca­tion en devenir, il se pas­sionne pour la Syrie au tra­vers de deux caus­es : le retour des dji­hadistes en France et la lutte con­tre le régime syrien. Par­fois au risque d’y oubli­er la déon­tolo­gie et de met­tre en dan­ger ceux qui lui font con­fi­ance.