Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Aides à la presse 2012/2017 : les grands groupes trustent les aides

31 janvier 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Aides à la presse 2012/2017 : les grands groupes trustent les aides

Aides à la presse 2012/2017 : les grands groupes trustent les aides

Les aides à la presse constituent un maquis presque inextricable : TVA à 2,1%, tarifs postaux, aides au portage, aides au pluralisme, fonds stratégique de développement etc… Benjamin Dormann, dans son indispensable Ils ont acheté la presse (Jean Picollec éd.), les évaluait à plus de deux milliards d’euros en 2013. La Lettre A du 29 janvier 2019 fait un point sur les principaux bénéficiaires de 2012 à 2017.

Dassault, Arnault et Niel/Pigasse en tête

Bien enten­du ce ne sont pas feu Serge Das­sault ou Bernard Arnault ou le cou­ple médias Xavier Niel/Mathieu Pigasse qui ont empoché les aides sur ces six années, ce sont les médias qu’ils con­trô­lent.

  • Médaille d’or : Le Figaro (68,1 M€)
  • Médaille d’argent : Le Parisien/Aujourd’hui en France (64,7 M€)
  • Médaille de bronze : Le Monde (64,5 M€)

Un pre­mier acces­sit pour Ouest-France (49 M€), un deux­ième pour Libéra­tion (47 M€), un troisième pour Bayard/La Croix (43 M€), un dernier pour L’Humanité (30 M€). Ces trente mil­lions d’euros n’auront pas suf­fi au quo­ti­di­en com­mu­niste qui est en redresse­ment judi­ci­aire.

En 2017 Bernard Arnault rafle la mise

Pour la dernière année con­nue (2017), le groupe médias de Bernard Arnault empoche 13,7 M€ devant Sipa/Ouest France (8,9 M€), le groupe Crédit Mutuel et ses neuf titres régionaux (6,5 M€), Le Figaro (6,2 M€), le groupe SFR médias dont nous vous par­lions récem­ment (Libération/ L’Express, 6,1 M€), Le Monde (6 M€) et L’Opinion (2,3 M€).

L’Opinion, journal des grandes fortunes

Le quo­ti­di­en économique représente un cas à part. Financé de manière par­ti­c­ulière­ment opaque par de grandes for­tunes (Arnault encore lui, famille Bet­ten­court, famille Bich, Claude Per­driel) et de grandes entre­pris­es (News­corp, Galeries Lafayette) ses ventes restent très mar­ginales par rap­port aux Échos. La société éditrice vient de lever en 2018 2,6 M€ auprès de ses action­naires. Mieux, le quo­ti­di­en dirigé par Nico­las Beytout annonce une nou­velle aug­men­ta­tion de cap­i­tal de 10 M€. Une aug­men­ta­tion qui voit la mon­tée au cap­i­tal de Rupert Mur­doch et de ses alliés. Au total, le jour­nal aura levé près de 25 M€ pour une dif­fu­sion sans doute mar­ginale mais qui per­met à ses action­naires de dis­pos­er d’une voix dans le con­cert médi­a­tique.

Une pos­ture finale­ment peu dif­férente des entre­pre­neurs qui domi­nent les médias. Leur investisse­ment dans les médias ne représente qu’une part très min­ime de leur activ­ité glob­ale. Abon­dam­ment sub­ven­tion­nés, ils peu­vent se per­me­t­tre des pertes qui sou­vent remon­tent dans les hold­ings et dimin­u­ent ain­si l’impôt sur les sociétés. Un mécan­isme déjà étudié par Jean Stern dans son ouvrage Les patrons de la presse nationale (La fab­rique éd.). Comme dis­ait ma grand-mère on ne prête qu’aux rich­es.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : première audience le 7 octobre 2020

L’Observatoire du journalisme (OJIM), créé en 2012 par Claude Chollet et quelques amis, rentre dans sa neuvième année d’existence. En 230 portraits publiés, 30 infographies et plus de 4500 articles nous n’avions eu — jusqu’à présent — aucune plainte en justice. À la suite d’un article de 2018 où nous parlions du groupe Lagardère et de manière incidente sur deux lignes du porte-parole du groupe, Monsieur Ramzi Khiroun, ce dernier a porté plainte pour « injures publiques ». La première audience est fixée au 7 octobre 2020 à 13h30. Lire la suite

 

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.