Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Baylet maître chez lui, rachète toutes les parts du Midi Libre
Baylet maître chez lui, rachète toutes les parts du Midi Libre

28 novembre 2020

Temps de lecture : < 1 minute

Accueil | Veille médias | Baylet maître chez lui, rachète toutes les parts du Midi Libre

Baylet maître chez lui, rachète toutes les parts du Midi Libre

Baylet maître chez lui, rachète toutes les parts du Midi Libre

Jean-Michel Baylet avait fait une bonne affaire en 2015 en rachetant la majorité des parts du groupe d’édition du Sud-Ouest (Midi Libre, L’Indépendant de Perpignan, Centre presse de l’Aveyron). Il complète son emplette en rachetant les parts manquantes.

Un joli rachat

Les Jour­naux du midi avaient été ven­dus en 2007 par leur précé­dent pro­prié­taire, le groupe Le Monde, pour près de 90 mil­lions d’euros. Restruc­turés après un plan social d’une cen­taine d’emplois en 2013–2014, les trois quo­ti­di­ens étaient même été béné­fi­ci­aires d’1,5 mil­lion d’euros pour 130 mil­lions d’euros de chiffre d’affaires. Pour 15M€, Baylet com­plé­tait son empire de La Dépêche du Midi calqué sur la grande région Langue­doc-Rous­sil­lon-Midi-Pyrénées ; la zone de dif­fu­sion de l’empire Baylet s’étendait alors de Périgueux à Per­pig­nan avec cinq quo­ti­di­ens et d’une dizaine d’hebdomadaires.

Un Midi pas si libre

Le jour­nal a mené une guerre de tranchées con­stante con­tre Robert Ménard depuis que celui-ci a con­quis la mairie de Béziers, manip­u­la­tions et for­matages en tous gen­res. Manœu­vres adja­centes lors de munic­i­pales à Mont­pel­li­er avec un sondage bidon. Baylet le cumu­la­rd de la presse a ses têtes.

Rachat complet en 2020

En 2015 le groupe Cen­tre France-La Mon­tagne act­if en Auvergne avait pris une par­tic­i­pa­tion de 7% pour envis­ager des syn­er­gies entre les groupes notam­ment sur le plan des achats. Les syn­er­gies ont sans doute été insuff­isantes puisque Baylet rachète la total­ité des parts, notam­ment pour des raisons fis­cales (source Let­tre A). Il avait empoché au pas­sage en 2018/2019 une jolie sub­ven­tion de plus de 3M€ pour mod­erniser son imprimerie tout en dimin­u­ant très forte­ment le nom­bre de salariés du Livre. Comme quoi, même si on est accusé d’implication dans une affaire de vio­lences sur une femme, on échappe à la furie MeToo. De bonnes rela­tions peu­vent par­fois être utiles.

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Nicolas Demorand

PORTRAIT — Nico­las Demor­and a débuté sa car­rière comme enseignant en lycée pro­fes­sion­nel (Cer­gy) et en class­es pré­para­toires, avant de choisir la voie du jour­nal­isme, en com­mençant comme cri­tique gas­tronomique au Gault&Millau et comme pigiste aux Inrockuptibles.

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.

Gaël Brustier

PORTRAIT — Poli­to­logue né en 1978, Gaël Brusti­er a longtemps lou­voyé entre plusieurs chapelles de la gauche sou­verain­iste, dans l’e­spoir de rénover une sociale-démoc­ra­tie acquise au néolibéralisme.

François-Régis Hutin

PORTRAIT — Tout en para­doxe, ce patron de presse a régné sans partage sur un empire de presse placé en sit­u­a­tion qua­si-monop­o­lis­tique sur le grand Ouest. Il s’est éteint le 10 décem­bre 2017 à Rennes.