Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Midi libre : la bonne affaire de Baylet

28 juin 2015

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Midi libre : la bonne affaire de Baylet

Midi libre : la bonne affaire de Baylet

La vente des Journaux du midi, éditeur des quotidiens Midi libre (Montpelliers), L’Indépendant (Perpignan) et Centre presse Aveyron (Rodez) a été officiellement signée jeudi 25 juin. Pour 15 petits millions d’euros, le propriétaire de La Dépêche du midi, Jean-Michel Baylet, met la main sur le groupe, ce qui va lui permettre au passage de restructurer son propre empire de presse.

Le prési­dent du Par­ti rad­i­cal de gauche (PRG) est un meilleur expert en busi­ness qu’en poli­tique. Si les rad­i­caux de gauche viv­o­tent au plan nation­al, son groupe région­al prospère à bon compte. Con­cer­nant le prix de la trans­ac­tion tout d’abord, il fait une excel­lente affaire. Les Jour­naux du midi avaient été ven­dus en 2007 par leur précé­dent pro­prié­taire, Le groupe Le Monde, pour près de 90 mil­lions d’eu­ros. Restruc­turés après un plan social d’une cen­taine d’emplois en 2013–2014, les trois quo­ti­di­ens ne per­dent plus d’ar­gent. Ils ont même été béné­fi­ci­aires d’1,5 mil­lion d’eu­ros pour 130 mil­lions d’eu­ros de chiffre d’affaires.

Calquée sur la future grande région Langue­doc-Rous­sil­lon-Midi-Pyrénées, la zone de dif­fu­sion de l’empire Baylet s’é­tend désor­mais de Périgueux à Per­pig­nan. Il est à la tête de cinq quo­ti­di­ens et d’une dizaine d’heb­do­madaires. Le chiffre d’af­faires de l’ensem­ble avoisin­era les 300 mil­lions d’eu­ros en 2015. La Dépêche va pou­voir par ailleurs démul­ti­pli­er ses offres com­mer­ciales et mutu­alis­er ses coûts. Alors que L’Au­torité de la con­cur­rence n’a validé le dossier de reprise qu’à cer­taines con­di­tions, notam­ment ne pas fusion­ner d’édi­tions de jour­naux con­cur­rents, les coupes prévues dans les effec­tifs con­cern­eraient env­i­ron 350 postes. Des guichets de départs devraient être ouverts à la ren­trée. Les Jour­naux du midi, avec 1050 salariés actuelle­ment, seront les plus impactés. Mais La Dépêche (800 salariés) per­dra égale­ment une cen­taine d’emplois à plus ou moins courte échéance.

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.