Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Midi libre : la bonne affaire de Baylet
Midi libre : la bonne affaire de Baylet

28 juin 2015

Temps de lecture : < 1 minute

Accueil | Veille médias | Midi libre : la bonne affaire de Baylet

Midi libre : la bonne affaire de Baylet

Midi libre : la bonne affaire de Baylet

La vente des Journaux du midi, éditeur des quotidiens Midi libre (Montpelliers), L’Indépendant (Perpignan) et Centre presse Aveyron (Rodez) a été officiellement signée jeudi 25 juin. Pour 15 petits millions d’euros, le propriétaire de La Dépêche du midi, Jean-Michel Baylet, met la main sur le groupe, ce qui va lui permettre au passage de restructurer son propre empire de presse.

Le prési­dent du Par­ti rad­i­cal de gauche (PRG) est un meilleur expert en busi­ness qu’en poli­tique. Si les rad­i­caux de gauche viv­o­tent au plan nation­al, son groupe région­al prospère à bon compte. Con­cer­nant le prix de la trans­ac­tion tout d’abord, il fait une excel­lente affaire. Les Jour­naux du midi avaient été ven­dus en 2007 par leur précé­dent pro­prié­taire, Le groupe Le Monde, pour près de 90 mil­lions d’eu­ros. Restruc­turés après un plan social d’une cen­taine d’emplois en 2013–2014, les trois quo­ti­di­ens ne per­dent plus d’ar­gent. Ils ont même été béné­fi­ci­aires d’1,5 mil­lion d’eu­ros pour 130 mil­lions d’eu­ros de chiffre d’affaires.

Calquée sur la future grande région Langue­doc-Rous­sil­lon-Midi-Pyrénées, la zone de dif­fu­sion de l’empire Baylet s’é­tend désor­mais de Périgueux à Per­pig­nan. Il est à la tête de cinq quo­ti­di­ens et d’une dizaine d’heb­do­madaires. Le chiffre d’af­faires de l’ensem­ble avoisin­era les 300 mil­lions d’eu­ros en 2015. La Dépêche va pou­voir par ailleurs démul­ti­pli­er ses offres com­mer­ciales et mutu­alis­er ses coûts. Alors que L’Au­torité de la con­cur­rence n’a validé le dossier de reprise qu’à cer­taines con­di­tions, notam­ment ne pas fusion­ner d’édi­tions de jour­naux con­cur­rents, les coupes prévues dans les effec­tifs con­cern­eraient env­i­ron 350 postes. Des guichets de départs devraient être ouverts à la ren­trée. Les Jour­naux du midi, avec 1050 salariés actuelle­ment, seront les plus impactés. Mais La Dépêche (800 salariés) per­dra égale­ment une cen­taine d’emplois à plus ou moins courte échéance.

Voir aussi  Jean-Michel Baylet le cumulard du Sud-Ouest

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Élie Guckert

Né le 25 sep­tem­bre 1992 à Lax­ou, fils et petit-fils d’ingénieurs, Élie Guck­ert est le reje­ton d’une famille engagée à gauche dans un départe­ment, la Meuse, tra­di­tion­nelle­ment ancré à droite.

Natacha Polony

PORTRAIT — Nat­acha Polony est née le 15 avril 1975. D’origine polon­aise, elle enseigne de 1999 à 2000 dans un lycée d’Epinay-sur-Seine avant d’en démis­sion­ner. Elle n’a pas accep­té les réformes de Jack Lang trans­for­mant « l’enseignement de la lit­téra­ture en une démarche utilitariste ».

Edward Snowden

PORTRAIT — À l’o­rig­ine des infor­ma­tions qui ont provo­qué une crise poli­tique et diplo­ma­tique d’am­pleur inter­na­tionale, Edward Snow­den, jeune infor­mati­cien et ancien employé de la NSA, est le citoyen mon­di­al qui a dom­iné la scène médi­a­tique de ces dernières années.

Guillaume Roquette

PORTRAIT — La nom­i­na­tion de Guil­laume Roquette à la tête de la rédac­tion du Figaro mag­a­zine est le couron­nement d’un par­cours dis­cret mais sans faute. Elle est aus­si le signe d’un dur­cisse­ment de la presse de « droite » du à l’al­ter­nance, avec le pas­sage du directeur de la rédac­tion de Valeurs actuelles au Figaro magazine.

Julian Assange

PORTRAIT — Avant Edward Snow­den, avant Bradley Man­ning, il y avait Julian Assange. Ancien infor­mati­cien et hack­er, fon­da­teur de la plate­forme Wik­iLeaks, Julian Assange s’est attiré les foudres du gou­verne­ment améri­cain lorsqu’il a mis en lumière les dessous de la guerre d’Irak.