Accueil | Actualités | Médias | Midi libre : la bonne affaire de Baylet
Pub­lié le 28 juin 2015 | Éti­quettes : ,

Midi libre : la bonne affaire de Baylet

La vente des Journaux du midi, éditeur des quotidiens Midi libre (Montpelliers), L'Indépendant (Perpignan) et Centre presse Aveyron (Rodez) a été officiellement signée jeudi 25 juin. Pour 15 petits millions d'euros, le propriétaire de La Dépêche du midi, Jean-Michel Baylet, met la main sur le groupe, ce qui va lui permettre au passage de restructurer son propre empire de presse.

Le président du Parti radical de gauche (PRG) est un meilleur expert en business qu'en politique. Si les radicaux de gauche vivotent au plan national, son groupe régional prospère à bon compte. Concernant le prix de la transaction tout d'abord, il fait une excellente affaire. Les Journaux du midi avaient été vendus en 2007 par leur précédent propriétaire, Le groupe Le Monde, pour près de 90 millions d'euros. Restructurés après un plan social d'une centaine d'emplois en 2013-2014, les trois quotidiens ne perdent plus d'argent. Ils ont même été bénéficiaires d'1,5 million d'euros pour 130 millions d'euros de chiffre d'affaires.

Calquée sur la future grande région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, la zone de diffusion de l'empire Baylet s'étend désormais de Périgueux à Perpignan. Il est à la tête de cinq quotidiens et d'une dizaine d'hebdomadaires. Le chiffre d'affaires de l'ensemble avoisinera les 300 millions d'euros en 2015. La Dépêche va pouvoir par ailleurs démultiplier ses offres commerciales et mutualiser ses coûts. Alors que L'Autorité de la concurrence n'a validé le dossier de reprise qu'à certaines conditions, notamment ne pas fusionner d'éditions de journaux concurrents, les coupes prévues dans les effectifs concerneraient environ 350 postes. Des guichets de départs devraient être ouverts à la rentrée. Les Journaux du midi, avec 1050 salariés actuellement, seront les plus impactés. Mais La Dépêche (800 salariés) perdra également une centaine d'emplois à plus ou moins courte échéance.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

19% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 375,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux