Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le Midi Libre contre Robert Ménard

30 mai 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Le Midi Libre contre Robert Ménard

Le Midi Libre contre Robert Ménard

Le maire de Béziers Robert Ménard avec Boulevard Voltaire et l’hebdomadaire Valeurs Actuelles organisait un colloque dans sa ville les 28 et 29 mai 2016 sur le thème « OZ ta droite ».

Claude Chol­let fon­da­teur de l’Ojim inter­ve­nait lors de la table ronde con­sacrée aux médias, nous y revien­drons. Dans un pre­mier temps il est intéres­sant d’analyser com­ment Le Midi Libre du cou­ple Baylet (Mon­sieur, min­istre de Hol­lande, ex Madame en théorie aux com­man­des du groupe et com­pagne offi­cielle de Lau­rent Fabius notre nou­veau prési­dent du Con­seil Con­sti­tu­tion­nel) annonçait ce col­loque. Rap­pelons que depuis le rachat par le groupe Baylet du Midi Libre le cou­ple dis­pose d’un mono­pole de fait sur la total­ité de la PQR de la nou­velle grande région Midi-Pyrénées Langue­doc Roussillon.

La pre­mière page du same­di 28 porte en titre sur qua­tre colonnes en gras « Béziers, cap­i­tale des extrêmes droites ». Le sous-titre « Qui se cache (1) der­rière les invités du col­loque ini­tié par Robert Ménard ? », en oubliant Valeurs Actuelles au pas­sage. Quand on se cache on a quelque chose à cacher. Ou bien on se cache de quelqu’un. Dans tous les cas on a quelque chose à se reprocher. Le repris de jus­tice n’est pas loin.

Un Sieur Yan­nick Philip­pon­nat est l’auteur du prin­ci­pal compte-ren­du en page M1 et sans doute égale­ment des encadrés non signés. Quelques adjec­tifs don­nent le ton de ses papiers. Droites « décom­plexées, dures, et extrémistes » ou bien « droite extrême, rad­i­cale, iden­ti­taire, islam­o­phobe » qui manie une « idée con­spir­a­tionniste » avec de « sul­fureux invités ». Il manque nauséabond, polémiste et con­tro­ver­sé. Le bon Mon­sieur Philip­pon­nat, car­i­ca­ture de car­i­ca­ture n’a pas peur du ridicule. Mais il y mieux ou pire comme on voudra. Un encadré s’intitule « Polémique Le juge Bil­ger et les camps nazis ». Un encadré alam­biqué et d’une som­bre clarté sur un exposé du juge devant les élèves d’une école privée de jour­nal­isme de Mont­pel­li­er en… novem­bre 2015. Pourquoi ressor­tir cette his­toire ? Réponse : pour le titre et rien d’autre. Accol­er Bil­ger et camps nazis et par con­ta­gion typographique inciter le lecteur pressé à assim­i­l­er Robert Ménard, Philippe Bil­ger et tous les par­tic­i­pants à une obscure polémique autour des camps nazis. Le juge Bil­ger s’en étranglait d’indignation. Un très joli (vous pou­vez imag­in­er un autre qual­i­fi­catif) exem­ple de manip­u­la­tion et de formatage.

(1) C’est nous qui soulignons

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.