Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Avec Sérillon, la communication, c’est maintenant !
Avec Sérillon, la communication, c’est maintenant !

9 janvier 2013

Temps de lecture : < 1 minute

Accueil | Veille médias | Avec Sérillon, la communication, c’est maintenant !

Avec Sérillon, la communication, c’est maintenant !

Avec Sérillon, la communication, c’est maintenant !

La rumeur existait depuis le mois de novembre. C’est officiel depuis quelques jours : Claude Sérillon, ancien présentateur du JT de France 2, a été nommé conseiller en communication auprès du Président de la République, François Hollande.

Il est vrai qu’après six mois de cafouil­lages, la com­mu­ni­ca­tion prési­den­tielle avait bien besoin de ren­fort. C’est donc un ancien jour­nal­iste, qui va « aider le prési­dent de la République à don­ner une image plus claire de sa com­mu­ni­ca­tion » selon Jean-Christophe Cam­badélis, député social­iste et can­di­dat mal­heureux au poste de pre­mier secré­taire du parti.

Selon Le Monde, Claude Séril­lon ne devrait d’ailleurs pas être en con­tact direct avec les médias. « Son périmètre est […] assez vague. Il sera chargé de la com­mu­ni­ca­tion, mais aus­si de la stratégie et de la coor­di­na­tion avec Matignon. » Pour Le Point, Claude Ser­il­lon aura égale­ment comme mis­sion de rabi­bocher François Hol­lande et les médias, rap­pelant que « dernière­ment, les directeurs des rédac­tions de France Inter, France Info, RTL et Europe 1 ont protesté, car leurs jour­nal­istes avaient été tenus à l’é­cart de la vis­ite de François Hol­lande à Rungis ».

Du pain sur la planche, donc, pour Claude Séril­lon, d’au­tant plus que cette nom­i­na­tion est large­ment com­men­tée… et déjà con­testée. Ain­si, le spé­cial­iste médias de L’Ex­press, Renaud Rev­el, estime que « les jour­nal­istes sont sou­vent les moins bien placés pour occu­per de telles fonc­tions », évo­quant même un « curieux mélange des gen­res ».

Spin doc­tor ? Sim­ple con­seiller en com­mu­ni­ca­tion ? « Mon­sieur anti-couac », comme le bap­tise déjà Le Point ?

A suiv­re.

Source : Le Monde — Crédit pho­to : Claude Séril­lon inter­ro­geant François Hol­lande — cap­ture d’écran BFMTV

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Nicolas Demorand

PORTRAIT — Nico­las Demor­and a débuté sa car­rière comme enseignant en lycée pro­fes­sion­nel (Cer­gy) et en class­es pré­para­toires, avant de choisir la voie du jour­nal­isme, en com­mençant comme cri­tique gas­tronomique au Gault&Millau et comme pigiste aux Inrockuptibles.

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.

Gaël Brustier

PORTRAIT — Poli­to­logue né en 1978, Gaël Brusti­er a longtemps lou­voyé entre plusieurs chapelles de la gauche sou­verain­iste, dans l’e­spoir de rénover une sociale-démoc­ra­tie acquise au néolibéralisme.

François-Régis Hutin

PORTRAIT — Tout en para­doxe, ce patron de presse a régné sans partage sur un empire de presse placé en sit­u­a­tion qua­si-monop­o­lis­tique sur le grand Ouest. Il s’est éteint le 10 décem­bre 2017 à Rennes.