Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Avec l’Ojim, aidez à informer sur ceux qui vous informent

12 mai 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Actualité de l'Ojim | Avec l’Ojim, aidez à informer sur ceux qui vous informent

Avec l’Ojim, aidez à informer sur ceux qui vous informent

Claude Chollet

Un mes­sage de Claude Chol­let, prési­dent de l’Ojim

Au moment où la France se déconfine progressivement et dans la difficulté, nous faisons un point provisoire sur nos activités. Depuis le début de la crise sanitaire nous avons consacré en moyenne un article par jour au retentissement médiatique de l’épidémie. C’est bien à une infodémie que nous avons eu affaire : un amoncellement d’articles, d’éditoriaux, de podcasts allant souvent dans le sens de l’émotivité, avec peu d’analyse, le goût du sensationnel au détriment du réel. Les tentatives des pouvoirs publics pour « réguler l’information » par la création d’un véritable ministère de la parole avec l’aide des « décodeurs officiels » de la presse de grand chemin ont échoué. Mais la sinistre loi Avia contre les « discours de haine » reviendra devant le Parlement à la rentrée. Un décryptage des discours officiels est plus que jamais nécessaire.

Si notre traf­ic a beau­coup aug­men­té — cha­cun chez soi hors activ­ité ou en télé­tra­vail a plus de temps pour se con­necter — nos dons se sont effon­drés et ils sont notre seule ressource. Sans pub­lic­ité, sans sub­ven­tion, sans mil­liar­daire der­rière nous, nous dépen­dons unique­ment de nos seuls lecteurs, et ce d’au­tant plus que nous allons au-devant d’un procès suite à une plainte de mon­sieur Ramzi Khi­roun, ancien chauf­feur de Dominique Strauss-Kahn, devenu mem­bre du comité exé­cu­tif et porte-parole du groupe Lagardère.

Alors que les cir­con­stances ren­dent la vie dif­fi­cile économique­ment pour une large par­tie de la pop­u­la­tion, nous ne voulons pas que l’argent soit un obsta­cle pour accéder à nos con­tenus et nous avons pris la déci­sion de main­tenir la gra­tu­ité pour accéder au site.

L’Observatoire du jour­nal­isme (OJIM), c’est plus de 230 por­traits de jour­nal­istes mis à jour régulière­ment, une douzaine de col­lab­o­ra­teurs rémunérés à temps par­tiel, 25 info­gra­phies sur les groupes de médias et enfin plus de 4000 arti­cles libre­ment acces­si­bles avec un moteur de recherche puissant.

Pour ceux qui le peu­vent, si vous voulez que nous puis­sions con­tin­uer à vous « informer sur ceux qui vous infor­ment », rejoignez nos dona­teurs ou si vous en faites déjà par­tie, renou­velez votre don. Avec 50 € vous financez un ou deux arti­cles, avec 100 € vous financez un por­trait, avec 400 € vous financez une info­gra­phie ou une vidéo. Le tout avec un avan­tage fis­cal de 66%.

Je compte sur vous

 

Pour faire vivre l’Observatoire du Journalisme et nous aider c’est ici.

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.