Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Après Google, Twitter annonce un renforcement de la censure

16 septembre 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Après Google, Twitter annonce un renforcement de la censure

Après Google, Twitter annonce un renforcement de la censure

Alors que Google déclare ouvertement contrôler les commentaires autour des « évènements sensibles », Twitter à son tour veut sélectionner les « bons messages » et éliminer les « messages qui sapent la confiance dans les élections ». Devinez pour qui et contre qui ?

Modération et censure

Ah la mod­éra­tion ! Et les mod­éra­teurs ! Si vous recevez un mes­sage de Face­book ou YouTube ou Twit­ter dis­ant que votre prose/image/commentaire « n’est pas con­forme aux règles de notre com­mu­nauté » c’est que vous avez eu affaire à un mod­éra­teur (humain ou dig­i­tal). La mod­éra­tion c’est le petit nom, le cache-sexe de la bonne vieille cen­sure avec des ciseaux qui ne sont plus de métal mais sous forme d’algorithmes.

Un système anti Trump

Le 10 sep­tem­bre 2020 Twit­ter annonçait avec le sourire de « nou­velles règles de mod­éra­tion ». Pourquoi ? Pour pro­téger le bon peu­ple ignare des « mes­sages trompeurs » qui pour­raient l’induire en erreur et le con­duire par exem­ple à se tromper de bul­letin de vote.

Le réseau social est très pré­cis dans sa for­mu­la­tion. Seront sup­primés (vous êtes alors un « agent trompeur », vous devien­drez muet avec un bâil­lon dig­i­tal) ou précédés de la men­tion « trompeur » (vous n’êtes peut-être pas un vilain agent trompeur mais on vous aver­tit et on met en garde) cer­tains types de messages :

« les infor­ma­tions fauss­es ou trompeuses qui créent une con­fu­sion sur les lois régis­sant un proces­sus démoc­ra­tique », les « affir­ma­tions con­testa­bles qui sapent la con­fi­ance dans le proces­sus [élec­toral], comme les infor­ma­tions sur la [fraude élec­torale] » ; et les « affir­ma­tions trompeuses sur les résul­tats d’un proces­sus démoc­ra­tique (…), comme les reven­di­ca­tions de vic­toire avant que les résul­tats n’aient été cer­ti­fiés, ou les inci­ta­tions à des com­porte­ments illé­gaux qui empêcheraient une pas­sa­tion de pou­voir pacifique »

Bigre ! Vous allez être bien pro­tégés et en par­ti­c­uli­er les citoyens améri­cains à la veille de leur scrutin de novem­bre. Twit­ter a déjà com­mencé à lim­iter la dif­fu­sion de cer­tains mes­sages de Trump. Cela ne vous rap­pelle rien ? Noam Chom­sky appelle cela « la fab­ri­ca­tion du con­sen­te­ment ». Pour vous met­tre à l’abri des (per­vers­es) ten­ta­tions l’État pro­fond (ou ses pro­longe­ments) vous met dans une bulle. Dans cette bulle ne pour­ront par­venir que les « bons mes­sages » estampil­lés « con­formes aux règles de notre com­mu­nauté ». Dans ces con­di­tions pourquoi encore vot­er ? Pourquoi, en effet.

Voir notre arti­cle de mai 2020 : Trump con­tre Twitter

Voir aus­si notre analyse du 13 sep­tem­bre 2020 sur la cam­pagne élec­torale en cours aux États-Unis.

Derniers portraits ajoutés

Jean-Pierre Pernaut

PORTRAIT — Il est le jour­nal­iste le plus détesté de la bobocratie médi­a­tique parisi­enne (Les Inrocks, Libéra­tion, etc…) mais son « Jour­nal de 13 heures » est le plus suivi du PAF (près de 7 mil­lions de per­son­nes quotidiennement).

Jean-Michel Décugis

Jean-Michel Décugis est surtout con­nu pour ses bévues jour­nal­is­tiques, ali­men­tant en infox/fake news les médias pour lesquels il travaille.

Claude Perdriel

PORTRAIT — Claude Per­driel, décrit partout comme un amoureux de la presse, est surtout un homme d’af­faires con­va­in­cu de ses idéaux de gauche pour lesquels il a bâti un empire d’in­flu­ence grâce à l’ar­gent des sani­broyeurs qu’il a inventé.

Laurence Haïm

PORTRAITS — Née le 14 novem­bre 1966 à Paris, Lau­rence Haïm est jour­nal­iste poli­tique à l’in­ter­na­tion­al. En 2017, elle devient pour quelques mois porte-parole de La République en Marche.

Samuel Gontier

Jour­nal­iste chez Téléra­ma, blogueur et désor­mais auteur, Samuel Gon­tier s’applique con­scien­cieuse­ment à dénich­er le “faschisme” (pronon­ci­a­tion a l’Italienne), l’Islamophobie et le racisme, SURTOUT là où ils ne sont pas.