Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Après Google, Twitter annonce un renforcement de la censure

16 septembre 2020

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Après Google, Twitter annonce un renforcement de la censure

Après Google, Twitter annonce un renforcement de la censure

Accueil | Veille médias | Après Google, Twitter annonce un renforcement de la censure

Après Google, Twitter annonce un renforcement de la censure

16 septembre 2020

Alors que Google déclare ouvertement contrôler les commentaires autour des « évènements sensibles », Twitter à son tour veut sélectionner les « bons messages » et éliminer les « messages qui sapent la confiance dans les élections ». Devinez pour qui et contre qui ?

Modération et censure

Ah la mod­éra­tion ! Et les mod­éra­teurs ! Si vous recevez un mes­sage de Face­book ou YouTube ou Twit­ter dis­ant que votre prose/image/commentaire « n’est pas con­forme aux règles de notre com­mu­nauté » c’est que vous avez eu affaire à un mod­éra­teur (humain ou dig­i­tal). La mod­éra­tion c’est le petit nom, le cache-sexe de la bonne vieille cen­sure avec des ciseaux qui ne sont plus de métal mais sous forme d’algorithmes.

Un système anti Trump

Le 10 sep­tem­bre 2020 Twit­ter annonçait avec le sourire de « nou­velles règles de mod­éra­tion ». Pourquoi ? Pour pro­téger le bon peu­ple ignare des « mes­sages trompeurs » qui pour­raient l’induire en erreur et le con­duire par exem­ple à se tromper de bul­letin de vote.

Le réseau social est très pré­cis dans sa for­mu­la­tion. Seront sup­primés (vous êtes alors un « agent trompeur », vous devien­drez muet avec un bâil­lon dig­i­tal) ou précédés de la men­tion « trompeur » (vous n’êtes peut-être pas un vilain agent trompeur mais on vous aver­tit et on met en garde) cer­tains types de messages :

« les infor­ma­tions fauss­es ou trompeuses qui créent une con­fu­sion sur les lois régis­sant un proces­sus démoc­ra­tique », les « affir­ma­tions con­testa­bles qui sapent la con­fi­ance dans le proces­sus [élec­toral], comme les infor­ma­tions sur la [fraude élec­torale] » ; et les « affir­ma­tions trompeuses sur les résul­tats d’un proces­sus démoc­ra­tique (…), comme les reven­di­ca­tions de vic­toire avant que les résul­tats n’aient été cer­ti­fiés, ou les inci­ta­tions à des com­porte­ments illé­gaux qui empêcheraient une pas­sa­tion de pou­voir pacifique »

Bigre ! Vous allez être bien pro­tégés et en par­ti­c­uli­er les citoyens améri­cains à la veille de leur scrutin de novem­bre. Twit­ter a déjà com­mencé à lim­iter la dif­fu­sion de cer­tains mes­sages de Trump. Cela ne vous rap­pelle rien ? Noam Chom­sky appelle cela « la fab­ri­ca­tion du con­sen­te­ment ». Pour vous met­tre à l’abri des (per­vers­es) ten­ta­tions l’État pro­fond (ou ses pro­longe­ments) vous met dans une bulle. Dans cette bulle ne pour­ront par­venir que les « bons mes­sages » estampil­lés « con­formes aux règles de notre com­mu­nauté ». Dans ces con­di­tions pourquoi encore vot­er ? Pourquoi, en effet.

Voir notre arti­cle de mai 2020 : Trump con­tre Twitter

Voir aus­si notre analyse du 13 sep­tem­bre 2020 sur la cam­pagne élec­torale en cours aux États-Unis.

Mots-clefs : , ,

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés