Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Trump remonte : la campagne dans les médias américains

13 septembre 2020

Temps de lecture : 7 minutes
Accueil | Veille médias | Trump remonte : la campagne dans les médias américains

Trump remonte : la campagne dans les médias américains

Alors que Donald Trump est classé définitivement du côté satanique pour les médias français de grand chemin, qu’en est-il outre-Atlantique? De notre correspondant sur place.

Jeffrey Goldberg, pétard mouillé

Com­mençons par l’écume des vagues, cet inutile qui nour­rit la dernière ligne droite de toute course prési­den­tielle : la bombe médi­a­tique, gardée en réserve le plus tard pos­si­ble pour faire le max­i­mum de dégâts lorsque l’adversaire monte dans les sondages. Ain­si de l’article de Jef­frey Gold­berg paru dans The Atlantic le 3 sep­tem­bre 2020, repris et ampli­fié le lende­main par Politi­co. Bref, Gold­berg, apparem­ment admi­ra­teur de feu le séna­teur McCain qui haïs­sait Trump, accuse Trump d’avoir annulé la vis­ite d’un cimetière en France parce que peu lui impor­tait, selon « la source », de se déplac­er pour une bande de « loosers » et de « suck­ers » (poires, gogos, cocus) à savoir les sol­dats améri­cains morts en 1918. Et Trump aurait ajouté, en colère, que les États-Unis n’auraient jamais dû inter­venir dans la pre­mière guerre mon­di­ale, s’interrogeant publique­ment : « qui étaient les bons, qui étaient les mau­vais? ».

La « nou­velle » a ensuite été reprise telle quelle par Le Monde le 6 sep­tem­bre, accolée à une autre présen­tant Trump comme con­va­in­cu qu’il y avait désor­mais un enne­mi de l’intérieur aux États-Unis. Il par­lait de la chien­lit urbaine. Le jour­nal titrait « Prési­dent Trump, an IV : l’ennemi intérieur ». Pas­sons sur le fait que ce même 6 sep­tem­bre, le par­rain de la guerre d’Irak John Bolton, pour­tant adver­saire résolu de Trump, infir­mait cette « nou­velle » dans l’émission de Martha McCal­lum sur Fox News (« j’étais là. Le voy­age au cimetière d’Aisne-Marne a été annulé à cause du mau­vais temps. L’hélicoptère ne pou­vait pas vol­er de façon sécu­ri­taire. Jamais Trump n’a insulté nos sol­dats »). Pas­sons encore sur le fait qu’à ce jour dix-neuf fonc­tion­naires ont repris la posi­tion de Bolton. Bref, Gold­berg a dû s’expliquer.

Qui est l’ennemi?

Ne pas­sons pas sur le fait que Trump, l’ancien pop­uliste devenu con­ser­va­teur, se trompe d’ennemi intérieur en piochant dans les repous­soirs éculés du social­isme ou du marx­isme oubliant que son adver­saire objec­tif est l’ultra-libéralisme cap­i­tal­iste : cela ne lui don­nera pas une vic­toire suff­isante pour absorber la manip­u­la­tion pos­si­ble de mil­lions de votes à dis­tance pro­mue par ses adver­saires, une grande par­tie des Etats ayant con­ver­ti la procé­dure excep­tion­nelle du vote par cor­re­spon­dance en procé­dure ordi­naire, automa­tique, mer­ci COVID!

Et recon­nais­sons que le Monde, déposi­taire des Écri­t­ures Saintes, a eu rai­son sans le savoir : il y a bien un enne­mi de l’intérieur aux États-Unis. Ce n’est pas Trump qui voit des enne­mis intérieurs partout, c’est le pou­voir de l’Etat pro­fond qui voit en Trump l’ennemi intérieur. Un pou­voir qui avait immé­di­ate­ment com­pris que Trump n’était pas une sim­ple anom­alie, et qu’il avait ouvert une boite de Pan­dore qui risquait de lui sur­vivre : le phénix pop­uliste.

Quant aux médias, ils ne com­pren­nent que trop bien pourquoi (ils ont fait Trump!) l’olibrius avait réus­si à s’insérer dans la choré­gra­phie bien orchestrée et respectable d’un show lucratif qui inter­vient tous les qua­tre ans, l’élection prési­den­tielle. En bons exé­cu­tants, ils ne font que leur tra­vail. On leur dit hier de pro­mou­voir (directe­ment et plus sou­vent indi­recte­ment) Trump, ils le font. On leur dit aujourd’hui de démolir Trump. Ils le font. Mais, pressen­tent-ils seule­ment que le pou­voir change, que de nou­veaux patrons appa­rais­sent, et que ces derniers finis­sent tou­jours par chang­er de servi­teurs? Les médias de grand chemin réalisent-ils qu’il pour­raient être un jour obsolètes?

Le patron du patron ?

La ques­tion n’est donc pas de savoir qui sera le nou­veau patron de la Mai­son Blanche, mais qui sera le patron du patron, l’État pro­fond ou un com­posé dif­férent.

Les médias, eux-mêmes en cours de con­cen­tra­tion finan­cière, avaient dor­mi dans le même lit que l’armée pen­dant les guer­res en Irak (on dis­ait que les médias étaient offi­cielle­ment « embed­ded ») leur enchâsse­ment, depuis Trump, s’est fixé sur l’État per­ma­nent, dit « pro­fond », lui-même enchâssé dans la caste des titans de l’après-guerre : le com­plexe mil­i­taro-indus­triel.

Pen­dant qua­tre ans les médias, troupes aux­il­i­aires, ont soutenu les divi­sions blind­ées. Autrement dit les agences de ren­seigne­ment qui espéraient met­tre un terme à l’expérience Trump selon un mod­èle bien rodé depuis l’époque Juan Perón : sor­tie d’un doc­u­ment « offi­ciel » venu de nulle part (un rap­port, un livre etc.), explo­sion médi­a­tique, out­rage général­isé, sup­port­ers ébran­lés, com­mis­sions d’enquête, limo­geage. Bref une orches­tra­tion don­nant l’apparence de la légal­ité. Durant cette phase « légale », Trump a eu droit à Muller, qui a fait dur­er l’affaire suff­isam­ment pour que Trump perde la Cham­bre des représen­tants en 2018, et donc se trou­ve empêtré dans une vraie-fausse procé­dure d’impeachment, jusqu’à son acquit­te­ment par le Sénat le 5 févri­er… après Wuhan.

Pas encore anéan­ti par la peur de mourir, le peu­ple améri­cain n’avait pas suivi, voy­ant dans ces affaires de bass­es manœu­vres du « Swamp » (le marécage de Wash­ing­ton).

Crainte du désordre

Les argu­ments du com­plexe mil­i­taro-indus­triel épuisés, il a fal­lu pass­er à la coali­tion antifas-BLM-grandes entre­pris­es de pro­duits de grande con­som­ma­tion, matérielle ou cul­turelle, tous favor­ables aux fron­tières ouvertes (ce qui explique que le Min­istre de la Jus­tice, William Barr, par­le main­tenant de remon­ter les pistes du finance­ment des désor­dres afin de déter­min­er si actes crim­inels il y a eu). L’objectif de cette phase « pseu­do-légale » (le droit de man­i­fester masquant des infrac­tions vio­lentes au code pénal) est de pro­jeter à l’égard de Trump une impres­sion de fin de règne, d’incompétence ges­tion­naire. Mais aus­si de sub­tile­ment « faire peur au bour­geois » en exerçant un chan­tage sur l’électeur : si tu votes Trump, ça va empir­er. Kamala Har­ris (can­di­date à la vice-prési­dence de Biden, très proche d’Obama) allant jusqu’à dire qu’il s’agit d’un mou­ve­ment qui doit con­tin­uer

Donc médi­a­tique­ment, on vend à la pop­u­la­tion l’image d’un prési­dent qui n’est pas clair dans sa rela­tion avec les Russ­es (on com­mence à dire que ces derniers manip­u­lent Black Lives Mat­ter, et les agences de ren­seigne­ment recom­men­cent à dire que les Russ­es veu­lent Trump cepen­dant que les chi­nois « préfèr­eraient » Biden). Un Prési­dent qui ne con­trôle pas le chaos de la rue, et qui par son com­porte­ment cli­vant provo­quera une vague révo­lu­tion­naire s’il est réélu.

Ce genre d’attaques a ten­dance à ne pas fonc­tion­ner. Car la base trumpi­enne (class­es moyennes et por­tions crois­santes du pro­lé­tari­at, blanc, noir et his­panique), a ten­dance à rester com­bat­tive… en temps nor­mal.

L’ordre sanitaire et son exploitation

Aus­si, pour faire tomber Trump, le trait de génie a été de pass­er dans « l’anormal », de l’ordre con­sti­tu­tion­nel à l’ordre san­i­taire, le bébé de l’übercapitalisme tech­nétron­ique. Donc don­ner à Trump l’occasion de se ren­dre ridicule, utilis­er la pandémie pour pani­quer la pop­u­la­tion, et « détru­ire » l’électorat trump­iste en fer­mant l’économie, donc ruinant les class­es moyennes, ne serait-ce que le temps suff­isant pour élim­in­er Trump à la prési­den­tielle. Cette stratégie visant à fab­ri­quer des électeurs mal­heureux par le fou­et de la pandémie a été d’entrée détec­tée par https://www.ojim.fr/etats-unis-tucker-carlson-le-journaliste-de-fox-news-a-suivre-ou-a-abattre-seconde-partie/ Tuck­er Carl­son. Si l’on y ajoute l’impossibilité san­i­taire de faire des ral­lyes (force de Trump), ou la préc­itée dis­tor­sion des lois sur le vote par cor­re­spon­dance (qui seront gérés par les par­tis) tout en sup­p­ri­mant un nom­bre con­sid­érable de bureaux de votes (à cause du COVID, bien sûr), la tâche de Trump se com­plique.

Trump, homme de télé-réal­ité qui com­mençait seule­ment à com­pren­dre com­ment nav­iguer dans le sys­tème wash­ing­tonien, a été giflé par la pandémie qui l’a trans­posé sans préavis en ter­ra incog­ni­ta : inter­a­gir avec les 50 Etats du pays, et avec la bureau­cratie san­i­taire.

Pour ce qui est des Etats, la sagesse poli­tique eût voulu qu’il prenne ses dis­tances avec ces derniers, se con­tentant d’être un appor­teur de ser­vices. Et surtout il lui fal­lait ven­dre aux électeurs un mes­sage sim­ple : c’est dans les Etats démoc­rates qu’il y a le plus ou de crise économique, ou de mor­tal­ité du COVID, ou de vio­lences urbaines. Électeurs de ces états, votez donc pour le change­ment, « drain the Swamp »! Son nar­cis­sisme naturel l’a poussé au con­traire à se met­tre en avant, de fac­to subis­sant le feu pour des erreurs ou fautes qu’il n’avait pas com­mis­es. Il a servi de para­ton­nerre aux Etats, et a passé son temps à réa­gir plutôt qu’à atta­quer.

Sur la bureau­cratie san­i­taire, il est tombé dans la fon­drière. il n’a jamais maitrisé le mes­sage. La sagesse eût été de créer un groupe inter­na­tion­al de réflex­ion indépen­dant, avec de vrais médecins de ter­rain plutôt que les habituelles stars d’état-major con­t­a­m­inées par les grands groupes phar­ma­ceu­tiques ou les fon­da­tions « tech­nétron­iques » qui, indépen­dam­ment de leurs biais poli­tiques, n’avaient de cesse que de pro­téger leur vivi­er de patients pour leurs mul­ti­ples essais clin­iques. D’où la méfi­ance de l’establishment à l’égard des pro­duits à usage pré­coce vieux et pas chers qui auraient pu directe­ment réduire le flux de cas graves, vivi­er des essais clin­iques.

Promesses imprudentes

Plus grave encore, Trump a accrédité et propagé la thèse selon laque­lle le virus est ter­ri­ble­ment dan­gereux et qu’il l’éradiquerait. Il a poussé sur un dépistage mas­sif alors que l’on sait qu’il faut plutôt sim­ple­ment se con­cen­tr­er sur les pop­u­la­tions à risque et les pro­téger par la dis­tan­ci­a­tion sociale ou le con­fine­ment micro-géré, tout en lais­sant tra­vailler les autres. Trump a donc con­tribué lui-même à propager la peur et à l’inconfort psy­chologique de ses pro­pres électeurs. En out­re, il fait des promess­es qua­si-inten­ables : des traite­ments et vac­cins avant son élec­tion! Il n’est pas sur­prenant que Kamala Har­ris dén­i­gre déjà le « vac­cin Trump ».

Gagnant sur le vote direct, perdant par correspondance ?

En dépit des insuff­i­sances du per­son­nage, il n’est plus exclu que Trump soit « élu » le 3 novem­bre au soir. Mais il n’est pas exclu non plus que Trump perde, quelques jours, voire quelques semaines après, avec le dépouille­ment tardif de plusieurs dizaines de mil­lions de bul­letins (vote par cor­re­spon­dance). Les deux cam­pagnes ont d’ailleurs nom­mé plusieurs cen­taines d’avocats dans cette per­spec­tive. Avec du recul, et en con­clu­sion, on con­state que le COVID-19 n’a pas détru­it Trump, qui se rétablit comme il le fit avec le « Rus­si­a­gate », mais pen­dant un temps a désori­en­té ses électeurs, qui sem­blent peu à peu se res­saisir.

Dernière obser­va­tion : en quelques mois tout a fonc­tion­né comme si le pays avait été remis à un syn­dic de fail­lite en charge de sa restruc­tura­tion selon un nou­veau mod­èle économique et social. Le COVID-19 a ain­si fait mieux que Gre­ta, et mieux qu’aucune explo­sion de bulle finan­cière ne l’aurait fait. Dev­enue san­i­taire, la grande crise économique est dev­enue accept­able, voire souhaitée par la pop­u­la­tion. Par le jeu des migra­tions, on avait déjà procédé à un trans­fert de pro­lé­tari­at. Depuis, les géants de la tech­nétron­ique ont mis le tur­bo : ils ont con­tin­ué de s’enrichir pen­dant la crise, les secteurs des PME et du petit com­merce sont vit­ri­fiès. C’est une nou­velle redis­tri­b­u­tion des cartes, l’avènement d’une nou­velle élite, ain­si que l’a pub­lié l’Institut Illi­ade dans une inter­view qui laisse à sug­gér­er que, plané­taire­ment, de nou­veaux patrons sont en train de rem­plac­er les anciens.

En refu­sant de con­tr­er le nou­v­el über­cap­i­tal­isme tech­nétron­ique qui pour­tant le cen­sure vicieuse­ment, Trump prend le risque de pass­er pour un vul­gaire con­ser­va­teur et de per­dre. Mais qui sommes-nous pour tout prédire? Rien n’est joué, à suiv­re…

Voir ici notre chronique du mois de juil­let 2020 sur l’élection prési­den­tielle améri­caine.

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : première audience le 7 octobre 2020

L’Observatoire du journalisme (OJIM), créé en 2012 par Claude Chollet et quelques amis, rentre dans sa neuvième année d’existence. En 230 portraits publiés, 30 infographies et plus de 4500 articles nous n’avions eu — jusqu’à présent — aucune plainte en justice. À la suite d’un article de 2018 où nous parlions du groupe Lagardère et de manière incidente sur deux lignes du porte-parole du groupe, Monsieur Ramzi Khiroun, ce dernier a porté plainte pour « injures publiques ». La première audience est fixée au 7 octobre 2020 à 13h30. Lire la suite

 

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.