A la une
Haziza fait un doigt aux manifestants anti-mariage gay

Une deuxième pétition en ligne contre Frédéric Haziza

Télécharger en PDF

Accusé de partialité et de manquement à l’éthique journaliste (notamment à la suite du « doigt d’honneur » qu’il avait adressé à des manifestants contre le mariage homosexuel), Frédéric Haziza se voit brocardé et contesté depuis plusieurs mois sur internet et les réseaux sociaux, notamment par divers mouvement comme « Égalité et Réconciliation » dirigé par Alain Soral.

C’est d’ailleurs sur le site de cette association qu’avait été mise en ligne, cet été, une première pétition réclamant le renvoi du journaliste de La Chaîne Parlementaire (LCP), avant d’être retirée. Une deuxième pétition a été remise en ligne mercredi dernier et compte déjà plus de 5 000 signatures.

Le journaliste se dit victime d’une « cabale d’extrême droite » suscité par son refus ferme et permanent d’inviter Alain Soral dans ses émissions, malgré les sollicitations répétées de son attachée de presse. « J’ai répondu que j’étais pour la liberté d’expression mais dans certaines limites. Ainsi, je leur ai signifié que je me refusais à inviter quelqu’un comme Soral, qui tient des propos racistes et antisémites, et loue la mémoire de ceux qui ont envoyé mon grand-père dans les camps », avait-il notamment expliqué pour justifier son refus. D’autre part, selon le Journal du Dimanche, le journaliste se serait fait menacer par un garde du corps de Dieudonné qui, en marge du procès qui oppose celui-ci à la présidente de SOS Racisme Cindy Léoni, lui aurait dit « Attention Haziza, tais-toi, tu sais ce que nous les Noirs, on peut faire à ta femme ».

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook