Royal, « l'emmerdeuse » : insulte ou compliment ?

Royal, « l’emmerdeuse » : insulte ou compliment ?

Télécharger en PDF

« L’emmerdeuse » : compliment ou insulte ? La Une de L’Express fait réagir jusqu’au sommet de l’État. Interrogé à ce sujet par Jean-Jacques Bourdin, Manuel Valls s’est avoué choqué. « Je ne suis pas sûr qu’on retrouve cette même Une à l’égard d’un homme, d’un responsable public » a déclaré le premier ministre, ajoutant même « c’est dégradant. C’est dégradant pour notre vie politique ».

Faux répond Christophe Barbier, dans une vidéo et un éditorial mis en ligne moins de deux heures après la fin de l’émission : « une couverture titrée « L’emmerdeur » a été consacrée à François Bayrou par Le Point. Quant à Marianne, la liste des qualificatifs employés à l’égard de Nicolas Sarkozy relègue « L’emmerdeuse » au rang de mot doux… L’Express n’a pas ménagé François Hollande en le qualifiant de « Monsieur Faible », ni son prédécesseur en se demandant, toujours en Une, « pourquoi il suscite la haine », ni les femmes de droite, telle Christine Lagarde, interpellée en octobre 2007 sous le vocable « potiche ou fortiche ? ».

Pour le patron de L’Express, « traiter quelqu’un d' »emmerdeur », c’est lui reconnaître une certaine efficacité, certes agaçante, mais qui ne peut laisser indifférent ». Conclusion de sa plaidoirie en défense : « ne peut-on sortir de la vie politico-médiatique aseptisée, sclérosée, et parler parfois avec la franchise roborative, la rudesse authentique des Français de la rue ? »

Au vu du parcours de Christophe Barbier, archétype du journaliste du système, « pur spécimen de libéral-libertaire », on est en droit de douter de sa sincérité… Quant au « Français de la rue » évoqué, il est fort possible, que sa « franchise » soit, quant à elle, un peu plus « roborative » que celle du patron de L’Express

Source : L’Express

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer ! Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication.
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait.
En donnant 200 euros vous financez un dossier.
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.
Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook