ACRIMED : la paille et la poutre
Quand Ouest-France reconnaît « filtrer » l'information

[Rediffusion] Quand Ouest-France reconnaît « filtrer » l’information

Télécharger en PDF

[Rediffusion – article publié initialement le 29/09/2016]

Au détour d’un article anodin où il était question de taper sur la « fachosphère », Thierry Richard, journaliste à Ouest-France, a révélé par inadvertance l’existence d’un « filtre » des médias traditionnels, rapporte Le Salon Beige.

Revenant sur La Fachosphère, le dernier livre de Dominique Albertini et David Doucet, le journaliste estime que grâce à internet, « l’extrême-droite la plus radicale, autrefois marginale, est sortie du bois » pour diffuser sa « propagande au grand jour ». Ainsi, sur la toile, se retrouvent les « identitaires, maurassiens, néofascistes et islamophobes ».

Mais pourquoi sont-ils si présents sur internet ? Pour Thierry Richard, c’est tout simplement parce qu’il s’agit pour eux du seul « moyen de contourner le filtre des médias traditionnels ». Il existerait donc un filtre destiné à réduire au silence toutes les opinions qui ne vont pas dans le sens du vent.

Évidemment, ce constat n’est pas nouveau. Mais le lire ainsi sous la plume décontractée d’un journaliste appartenant à cette même caste des « médias traditionnels » est plus que savoureux. Non content de jouir ainsi d’une exposition médiatique réservée à la parole admise, Thierry Richard conclut son article en déplorant que les initiatives peinent à voir le jour pour contrer cette parole honnie.

Comme si, même enfermé à double tour dans sa cellule, on en viendrait à s’interroger sur la nécessité de donner encore sa nourriture quotidienne à un prisonnier politique. Nous n’en sommes pas encore là, mais presque.

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook