Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
David Doucet
Mis à jour le

15 février 2019

Temps de lecture : 8 minutes

David Doucet

Entre observation critique et dogmatique de la « réacosphère »

Intérêt académique pour les milieux nationaux-identitaires, curiosité journalistique pour le Front National : David Doucet est devenu, depuis quelques années, l’un des observateurs les plus avisés de ce qu’il appelle la « réacosphère ».

Ce vaste ensem­ble médi­a­tique, très hétérogène, ne fait que rarement l’ob­jet d’in­ves­ti­ga­tions sérieuses, si ce n’est pour le désign­er comme une nébuleuse extrémiste : la « fachos­phère », terme que le jour­nal­iste aux Inrocks affirme ne jamais employ­er.

S’il peine mal­heureuse­ment par­fois à se dépar­tir des élé­ments de lan­gage dog­ma­tiques visant à qual­i­fi­er ce que d’autres appel­lent, eux, la « réin­fos­phère », David Doucet parvient néan­moins à en dress­er un panora­ma se rap­prochant de ce que l’on est en droit d’at­ten­dre d’une pra­tique jour­nal­is­tique sérieuse et nuancée.

Out­re l’u­nivers des médias alter­nat­ifs et de la poli­tique, David Doucet écrit aus­si régulière­ment sur la musique, en par­ti­c­uli­er l’ac­tu­al­ité de l’in­dus­trie du rap, ain­si que sur les cul­tures numériques, le sport ou encore la téléréal­ité.

Formation

Il obtient une licence d’his­toire à l’U­ni­ver­sité Paris IV Sor­bonne en 2006. Il pour­suit dans ce domaine en enta­mant un Mas­ter d’His­toire dans la même uni­ver­sité. Par la suite, il obtient un Mas­ter de Com­mu­ni­ca­tion à l’IN­SEEC. David Doucet a com­mencé une thèse sur le traite­ment médi­a­tique du Front Nation­al dans la presse française à l’U­ni­ver­sité Pan­théon Assas. Elle est néan­moins restée inachevée, l’au­teur ayant préféré se con­sacr­er à la co-écri­t­ure du livre His­toire du FN, pub­lié aux édi­tions Tal­landi­er en sep­tem­bre 2013.

Parcours professionnel

Depuis 2010, il est jour­nal­iste au ser­vice actu­al­ités des Inrocks. Une large par­tie de ses arti­cles porte sur le Front Nation­al, les mou­ve­ments iden­ti­taires, et les milieux sou­verain­istes. En 2011, il effectue un court pas­sage sur le « pure play­er » Slate. D’oc­to­bre 2013 à jan­vi­er 2014, il est chroniqueur sur Le Mouv. Dans son émis­sion « J’ai stalké l’his­torique de… », il va à la ren­con­tre de per­son­nal­ités poli­tiques, d’artistes ou d’in­tel­lectuels pour les inter­roger sur leur rap­port au web. Par la suite, il par­ticipe à l’émis­sion « Touche pas à mon poke » sur la même antenne, qu’il ani­me aux côtés de Vin­cent Glad.

Le 1er sep­tem­bre 2016, David Doucet est nom­mé rédac­teur en chef du mag­a­zine et du site des Inrock­upt­ibles.

En févri­er 2019 il recon­naît avoir été mem­bre pen­dant deux ans de la « Ligue du LOL », groupe Face­book de jour­nal­istes créé par Vin­cent Glad en 2009 et qui est accusé de cyber­har­cèle­ment ciblé sur Twit­ter, notam­ment envers des femmes. Les Inrocks le met­tent à pied puis enta­ment son licen­ciement pour faute grave – bien que judi­ci­aire­ment, les faits soient pre­scrits. Son ami Vin­cent Glad est aus­si mis à pied – lui voit sa col­lab­o­ra­tion sur le site Brain sus­pendue.

Faits notoires

En août 2011, il pub­lie un arti­cle sur Slate où il prend la défense du blog Fdes­ouche (qual­i­fié de «proche de l’ex­trême-droite»), en cri­ti­quant ses con­frères édi­to­ri­al­istes qui tis­sent un lien entre ce site et la tuerie d’Oslo, per­pétrée par Anders Breivik. Il y pro­duit par ailleurs une analyse impar­tiale et étayée du site et des raisons de son suc­cès.

À la fin de l’an­née 2012, il pub­lie un arti­cle dans les Inrocks où il affirme que des per­son­nal­ités d’ex­trême-droite se font de plus en plus présentes dans les médias, notam­ment sur inter­net. Il cite à ce titre des sites comme Boule­vard Voltaire ou Atlanti­co, qui offrent des tri­bunes à Jean-Yves le Gal­lou, Bernard Lugan, Pierre Hillard ou encore Gilles-William Gold­nadel ou Jean-Paul Gouréwitch. Des per­son­nal­ités venant d’horizons poli­tiques fort dif­férents, voire con­tra­dic­toires, ce qui n’empêchait pas Doucet d’estimer que « l’extrême-droite » fai­sait de « l’entrisme sur des sites d’infos », comme le fai­sait remar­quer l’Ojim.

Début 2013, il pub­lie dans la revue Charles un entre­tien avec Pierre Sidos, fon­da­teur d’Oc­ci­dent, se récla­mant du fas­cisme, et respon­s­able de l’at­ten­tat du Petit-Cla­mart con­tre le général De Gaulle du 22 août 1962. Doucet est le seul jour­nal­iste auquel Pierre Sidos ait accep­té de se con­fi­er.

Il est égale­ment l’un des seuls jour­nal­istes à ren­dre compte de la céré­monie des Bobards d’or, organ­isée par la Fon­da­tion Polémia en mars 2014, et qui prime les jour­nal­istes les plus mal­hon­nêtes selon elle.

Enfin, le 29 jan­vi­er 2014, il s’en prend à Car­o­line Fourest dans un arti­cle étayé visant à con­tredire l’es­say­iste et jour­nal­iste omniprésente dans les médias français, qui venait alors de verte­ment cri­ti­quer l’émis­sion de télévi­sion Ce soir ou jamais de Frédéric Tad­deï.

Parcours militant

Non ren­seigné

Sa nébuleuse

Non ren­seigné

Publications

His­toire du Front Nation­al (avec Dominique Alber­ti­ni), édi­tions Tal­landi­er, 2013.

Ce qu’il gagne

1800 euros par mois.

Il l’a dit

« Cette libéra­tion de la parole m’a surtout fait pren­dre con­science que je comp­tais par­mi les bour­reaux. Durant cette péri­ode, j’ai en effet réal­isé deux can­u­lars télé­phoniques dont celui racon­té courageuse­ment par Flo­rence Por­cel, où je me fai­sais pass­er pour un recru­teur de la télé, con­fir­mait-il. Je mesure aujour­d’hui la dégueu­lasserie de ces actes et je n’ai pas d’ex­cus­es pour cela », Twit­ter, 10/02/2019.

« Il y a une cri­tique à l’ex­trême-gauche des médias, je ne vois pas pourquoi il n’y en aurait pas à l’ex­trême-droite, je pense que l’abus de cri­tique ne nuit pas. […] Le prob­lème de l’ex­trême-droite, c’est qu’ils ont l’im­pres­sion que les jour­nal­istes obéis­sent, répon­dent, à des objec­tifs cap­i­tal­is­tiques, etc., mais ça, c’est une vision un peu com­plo­tiste des médias. Au sein des médias vous avez des gens de gauche, des gens de droite, des gens du cen­tre. Moi, je n’ai pas l’im­pres­sion d’ap­partenir à une caté­gorie poli­tique, il m’est arrivé de défendre Fdes­ouche qui a été injuste­ment pris pour cible au moment de l’af­faire Breivik. […] Je n’aime pas juger les gens morale­ment, j’es­saye de faire mon tra­vail de manière neu­tre, d’ailleurs j’ai arrêté de vot­er, juste­ment parce que j’es­time que la fonc­tion de jour­nal­iste doit être une sorte de fonc­tion sac­er­do­tale »,entre­tien à TV Lib­ertés, 16 mai 2014.

« Aujour­d’hui il y a un dis­crédit (des médias, NDLR) vis à vis de l’opin­ion publique, c’est évi­dent. Cela prou­ve qu’on doit se remet­tre en ques­tion, accepter la cri­tique. Moi, j’ai une fois été cri­tiqué par l’Ojim parce qu’ils esti­maient que j’avais fait un arti­cle un peu réduc­teur, j’ai répon­du sur Twit­ter qu’­ef­fec­tive­ment, l’ar­ti­cle était un peu réduc­teur. Il faut savoir se remet­tre en ques­tion », entre­tien à TV Lib­ertés, 16 mai 2014.

«Je tra­vaille dans un jour­nal qui s’ap­pelle les Inrock­upt­ibles, et qui a comme action­naire Matthieu Pigasse. Ca fait trois ans que je suis aux Inrocks, je n’ai jamais vu Matthieu Pigasse, il n’est jamais venu à la rédac­tion, je peux vous l’as­sur­er, il n’a jamais don­né de direc­tives. […] Cette vision fan­tas­mée qui con­siste à dire que les action­naires ou les ban­quiers utilis­eraient les médias à des fins poli­tiques, ce n’est pas for­cé­ment vrai »,ibid.

« On peut être mil­i­tant antifas­ciste et appartenir aux Anony­mous. Infor­mati­cien, engagé poli­tique­ment depuis qu’il est lycéen, Gaë­tan, 33 ans, est égale­ment l’un des mem­bres du col­lec­tif Fafwatch ; lancé en 2011, ce site inter­net s’est fait con­naître en dif­fu­sant les cor­re­spon­dances privées de mil­i­tants d’extrême-droite […] En plus d’être un hack­er, Gaë­tan se révèle surtout un excel­lent “stalk­er” […] Des cor­re­spon­dances des mem­bres de L’œuvre français­es et des pho­tos les mon­trant aller en pèleri­nage sur la tombe du maréchal Pétain sur l’île d’Yeu sont ain­si pub­liées sur plusieurs sites antifas­cistes et font ensuite l’objet d’un arti­cle dans L’Humanité », Les Inrocks, 16 avril 2012.

«C’est ter­ri­ble à dire, mais les ani­ma­teurs du site Fdes­ouche font par­tie des meilleurs jour­nal­istes de liens de France. Leur pra­tique de ce type de jour­nal­isme, tant van­té par les théoriciens de la pro­fes­sion mais jamais vrai­ment mis en place en France, est d’une pré­ci­sion et d’une exhaus­tiv­ité éton­nantes, si l’on met à part le biais idéologique.

Leur cou­ver­ture de l’af­faire DSK en liens, vidéos et sons ren­voie par exem­ple toute la presse dans les cordes. Fdes­ouche a com­pris mieux que per­son­ne que le web est vaste, que le meilleur se trou­ve tou­jours ailleurs et que pour la pre­mière fois, Inter­net per­met aux jour­nal­istes d’indi­quer pré­cisé­ment leurs sources, lais­sant au lecteur la pos­si­bil­ité de jauger lui-même la per­ti­nence de ces dernières », Slate, 3 août 2011.

«La presse procède avec Fdes­ouche comme Fdes­ouche procède avec elle : en isolant dans ces arti­cles ‘“vu sur Fdes­ouche” les pires pas­sages, les médias ne font que car­i­ca­tur­er la pen­sée dévelop­pée, sans jamais chercher à la décor­ti­quer ou à la com­pren­dre. Fdes­ouche et la réa­cosphère sont ghet­toïsés, rejetés aux marges de l’In­ter­net, comme, dans la vraie vie, les immi­grés qu’ils vilipen­dent. La cen­sure des com­men­taires des sites de presse joue le rôle d’un périphérique de la bien-pen­sance », Slate, 3 août 2011.

« Con­sid­éré par cer­taines asso­ci­a­tions comme une allu­sion au salut nazi, la quenelle est dev­enue un geste pop sym­bol­isant une forme d’insoumission au “sys­tème” poli­tique et médi­a­tique », Les Inrocks, 4 décem­bre 2012.

Ils l’ont dit

« Le Jour­nal au lieu d’être un sac­er­doce est devenu un moyen pour les par­tis ; de moyen, il s’est fait com­merce ; et comme tous les com­merces, il est sans foi ni loi. Tout jour­nal est […] une bou­tique où l’on vend au pub­lic des paroles de la couleur dont il les veut. […] Un jour­nal n’est plus fait pour éclair­er, mais pour flat­ter les opin­ions. Ain­si, tous les jour­naux seront dans un temps don­né lâch­es, hyp­ocrites, infâmes, menteurs, assas­sins ; ils tueront les idées, les sys­tèmes, les hommes, et fleuriront par cela même », Balzac — Illu­sions per­dues (1837–1843).

« Le jour­nal­isme — à quelques hon­or­ables excep­tions près — a cessé depuis longtemps d’être un méti­er (avec ses tech­niques et ses règles) pour devenir une sim­ple manière de percevoir le monde (ou plus exacte­ment d’ad­hér­er à son cours sup­posé “naturel”). Il est donc inutile d’imag­in­er que les pro­fes­sion­nels des médias men­ti­raient con­sciem­ment (sauf, bien sûr, dans le domaine réservé de l’é­conomie où seuls des spin doc­tors sont autorisés à offici­er, éventuelle­ment aidés par deux ou trois crétins sincères) ni même qu’ils devraient tra­vailler à tout moment sous l’œil d’un quel­conque Big Broth­er. A par­tir du moment où ils ont été sélec­tion­nés sur leur pro­fil (le néo­jour­nal­iste doit être “ouvert”, “citoyen” et même capa­ble d’une cer­taine autodéri­sion), ils ten­dent en effet à dire et à faire tout ce que le sys­tème attend d’eux »,Jean-Claude Michéa, La Dou­ble Pen­sée, 2008.

Au sujet du fait que David Doucet qual­i­fie TV Lib­ertés et l’O­jim de médias d’ex­trême-droite : « C’est son (David Doucet, NDLR) point de vue, c’est son vocab­u­laire, pour ma part je con­sid­ère que le mot extrême-droite est un mot de polémique, un mot dia­bolisant, ce n’est pas un mot objec­tif […] On con­sid­ère que c’est un mot qui ne cor­re­spond pas à la réal­ité, puisqu’en fait les gens dont on pré­tend qu’ils ont des idées d’ex­trême-droite sont en fait des gens pas plus extrémistes que quiconque, mais qui sont des dis­si­dents par rap­port à la pen­sée dom­i­nante », Jean-Yves Le Gal­lou, 16 mai 2014, TV Lib­ertés.

« Je crois que David Doucet était venu, lors de la dis­pari­tion de Dominique Ven­ner, il avait suivi la céré­monie d’hom­mage qui avait eu lieu. Il avait pré­paré un papi­er sur Dominique Ven­ner. Je crois que le papi­er n’est pas paru. Tout sim­ple­ment parce qu’il ne devait pas être dans la ligne édi­to­ri­ale des Inrocks », Jean-Yves Le Gal­lou, ibid.

« L’ar­ti­cle de Check­news a fait l’ef­fet d’une bombe médi­a­tique dans le milieu du jour­nal­isme parisien : la “ligue du LOL”, groupe Face­book privé lancé à la fin des années 2000 par Vin­cent Glad, s’est ren­due respon­s­able, depuis près de 10 ans, de nom­breux faits de har­cèle­ment, de pro­pos racistes et misog­y­nes », L’Express, 11/02/2019.

«La décou­verte que des mem­bres de la rédac­tion des Inrock­upt­ibles ont appartenu à ce groupe a provo­qué un vrai choc dans notre jour­nal », la rédac­tion des Inrock­upt­ibles au sujet de la ligue du LOL, dans un com­mu­niqué cosigné par Élis­a­beth Labor­de, direc­trice de la pub­li­ca­tion et Jean-Marc Lalanne, directeur de la rédac­tion.

« Rien ne va plus dans le camp du Bien. Depuis quelques jours, un scan­dale visant le petit monde de la presse branchée, bien-pen­sante et so cool, des Inrocks à Libé en pas­sant par Téléra­ma, Slate ou le Tag Par­fait, jette une lumière pour le moins inat­ten­due sur les agisse­ments de cer­tains de ses mem­bres que l’on aurait pour­tant juré habités des pen­sées les plus pro­gres­sistes et tolérantes », Causeur, 12/02/2019.

« L’affaire, par ailleurs sor­dide, prend un tour franche­ment amu­sant lorsqu’on s’aperçoit que cer­tains loups de la meute se sont, comme le si bien-pen­sant rédac­teur en chef des Inrocks David Doucet, spé­cial­isés dans les leçons de morale et le décor­ticage des méfaits réels ou sup­posés du Front nation­al. Ce n’est pas une nou­veauté, depuis Tartuffe, que de s’apercevoir que les Tartuffe en tout genre et don­neurs de leçon, dis­tilleurs de morale, sont en général les plus mal placés pour le faire, mais il y a tou­jours quelque chose de savoureux à les pren­dre la main dans le pot de con­fi­ture », ibid.

« David Doucet, en l’occurrence, s’est fait un point d’honneur (si l’on peut dire) à pour­fendre de façon sys­té­ma­tique la « fachos­phère », con­tre laque­lle il s’anime avec fer­veur et régu­lar­ité, mobil­isant toute l’énergie intacte de sa mora­line de com­péti­tion. Ain­si a‑t-il pub­lié en 2016 un ouvrage inti­t­ulé La fachos­phère, com­ment l’extrême droite rem­porte la bataille du Net. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il s’agit d’un avis de con­nais­seur en matière de bataille du Net », ibid.

Crédit pho­to : cap­ture d’écran vidéo TV Lib­ertés via Youtube

Voir aussi

Related Posts

None found

Coronavirus et confinement dans les médias

Le coronavirus est légitimement au centre des analyses des médias. Comment certains essaient-ils encore d'édulcorer les faits ? Comment d'autres sont-ils rattrapés par le principe de réalité ?

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision