A la une
Pour le patron de M6, il y a trop de chaînes

Pour le patron de M6, il y a trop de chaînes

Télécharger en PDF

Ce vendredi 30 août sur France Inter, Nicolas de Tavernost a évoqué la situation publicitaire des chaînes gratuites. Pour le patron de M6, il y a beaucoup trop de chaînes, ce qui fragilise le marché publicitaire.

« Quand on crée 25 chaînes, il faut que les conditions d’exploitation de ces chaînes soient claires, a-t-il dénoncé. Si tout le monde fait la même chose et si tout le monde va sur le gâteau publicitaire, il y aura un désastre. Soit un désastre lent, auquel on peut assister aujourd’hui, avec des programmes de moins en moins intéressants parce qu’il n’y pas de moyens pour les financer, soit un désastre plus rapide, avec des faillites. »

Et ce dernier de se plaindre que « 25 chaînes, comme l’ont voulu les pouvoirs publics, c’est excessif ». Ce dernier aimerait également « que la publicité soit réservée aux chaînes (privées, ndlr) y compris aux nouvelles chaînes de la TNT ».

Concernant la réglementation, Tavernost la juge excessive : « on ne peut pas mettre de cinéma le vendredi soir. On ne peut pas continuer comme ça! Alors on met une série américaine, qui fait encore plus d’audience… ce n’est pas protecteur pour le cinéma. Nous sommes le seul pays à avoir cette rigidité depuis 40 ans, il faut assouplir tout ce système. »

Et ce dernier de conclure : « depuis 5 ans, la publicité ne s’est pas multipliée avec la multiplication des chaînes, au contraire elle s’est un peu contractée avec la concurrence d’Internet. »

Source : podcast France Inter – crédit photo : capture d’écran vidéo France Inter sur Dailymotion

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook