Les Gérard de la télévision, 8ème édition

Les Gérard de la télévision, 8ème édition

Télécharger en PDF

Retransmise en direct sur Paris Première, la 8ème cérémonie des « Gérard de la télévision » a distingué, malgré eux, plusieurs personnalités médiatiques.

Inévitable : Sophia Aram, ou plutôt son émission, n’a pas échappé à sa récompense. « Jusqu’ici tout va bien », diffusée sur France 2 puis retirée après un échec cuisant d’audience, a reçu le « Gérard de l’émission dont les concepteurs auraient peut-être dû attendre les audiences avant de lui donner un titre ». Mouloud Achour, animateur de Canal+, repart quant à lui avec deux parpaings d’or pour les Gérard « de l’animateur en solde » et celui du « quota ».

Plus politiquement correct : le JT de Jean-Pierre Pernaut (TF1) a reçu le « Gérard de l’émission qui nous rappelle le bon vieux temps où y avait pas d’iPhone, pas de Facebook, pas de Roms, pas d’Arabes et pas de gays qui vont manifester dans nos rues pour se marier alors que c’est contre-nature ». L’émission de téléréalité « Allô Nabilla », qui espérait surfer sur le buzz, a récolté le « Gérard du projet d’émission jeté aux chiottes par toutes les chaînes, mais apparemment les canalisations débouchent chez NRJ12 ».

Même le « Grand Journal » de Canal+ a été distingué. Ce dernier a reçu le « Gérard de l’émission dont les producteurs se sont dit ‘Bon, ça fait vingt ans qu’on se la joue chaîne cool, chic et transgressive, mais on sait bien qu’en vrai on a un public de gros beaufs comme les autres, alors on y va, on invite Nabilla’ ».

Pour des récompenses plus irrévérencieuses, rendez-vous pour les « Bobards d’or » 2014 organisés par Polémia.

Crédit photo : katorisi via Wikimedia (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook