Affaire des Infiltrés : trois mises en examen

Affaire des Infiltrés : trois mises en examen

Affaire des Infiltrés : trois mises en examen

Télécharger en PDF

L’affaire avait fait grand bruit à l’époque. En 2010, France 2 diffusait une nouvelle édition des Infiltrés. Un « journaliste », Matthieu Beurier, avait infiltré le groupe bordelais Dies Irae et la paroisse traditionnelle Saint-Eloi.

Le titre, « à l’extrême droite du père », résume à lui seul le contenu de l’émission, dont le but était de mettre « à jour les liens entre certaines paroisses intégristes et une organisation politique basée en France. Plus surprenant encore, les infiltrés ont enquêté également sur l’une de ces écoles catholiques intégristes privées…proche de cette structure. Chants antisémites, cours d’histoire «revisités»…L’endoctrinement semble commencer dès le plus jeune âge ».

En bref, un beau reportage à charge, pour une émission qui se présente pourtant comme « sans parti pris, ni point de vue partisan », avec dans le viseur, une paroisse et une école catholiques et un groupe politique d’extrême droite.

Le reportage avait été largement contesté et les méthodes de l’émission remises en question. Des montages, certains particulièrement grossiers, avaient été dénoncés.

Aujourd’hui, trois ans après les faits, c’est la Justice qui va s’intéresser à cette affaire, puisque Patrick de Carolis, président de France Télévisions au moment des faits, Hervé Chabalier, dirigeant de CAPA, la société productrice et Matthieu Beurier, l’infiltré, ont été mis en examen pour pour atteinte à la vie privée, publication d’un montage et escroquerie.

David Pujadas, le présentateur de l’émission (il a été remplacé par Marie Drucker depuis) échappe, quant à lui, aux poursuites.

Source : Observatoire de la Christianophobie

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook