Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Hervé Chabalier

20 avril 2020

Temps de lecture : 8 minutes
Accueil | Portraits | Hervé Chabalier

Hervé Chabalier

Troskyste ? libéral ? libertaire ? Tout cela mais surtout producteur

« Quoi de com­mun entre “Le jour­nal du hard” et “Les infil­trés” ? Quel lien entre des reportages d’“Envoyé spé­cial” et “Braquo”, la dernière série poli­cière de Canal+ ? Entre “Glob­al mag”, le ren­dez-vous d’Arte sur l’en­vi­ron­nement, et “L’ef­fet papil­lon”, le mag­a­zine inter­na­tion­al de Canal+ ? Une même volon­té en forme de slo­gan : “Racon­ter le monde à hau­teur d’homme… avec un pas de côté”. Et une même entre­prise, CAPA, qui pro­duit des cen­taines d’heures par an de reportages, doc­u­men­taires ou fic­tions pour les chaînes de télévi­sion, publiques ou privées » « Les nou­veaux défis de l’a­gence Capa » - Le Monde, 22 novem­bre 2009

Hervé Chabalier est né de parents enseignants le 7 septembre 1945 à Langogne (Lozère). De son engagement au sein de la mouvance trotskyste dans les années 1960, le fondateur et président de CAPA, a retenu l’importance de détenir les leviers du pouvoir culturel pour influer sur la société. Avec son agence de presse et de production, ce proche de l’UMP, insuffle une vision « libérale-libertaire » sur le petit écran.

Formation

Tit­u­laire d’une licence d’his­toire à la Sorbonne.

Cen­tre de for­ma­tion des jour­nal­istes (pro­mo 1969).

Parcours professionnel

Après un pas­sage à RTL et l’AFP en 1969, puis au ser­vice de poli­tique intérieure sur la pre­mière chaîne de télévi­sion française, il entre en octo­bre 1972 comme grand reporter au ser­vice « Notre époque » du Nou­v­el Obser­va­teur. Il traite des sujets brûlants : avorte­ment, lib­erté sex­uelle, tox­i­co­manie, la dic­tature des colonels en Grèce, fran­quisme en Espagne. Il pub­lie des enquêtes sur le racisme, la tox­i­co­manie ou la réforme de l’ORTF (1974), dans le cadre des doc­u­ments de la semaine.

1977

Il rejoint le Matin de Paris. Il y occupe le poste de grand reporter au ser­vice « Événe­ment », pro­mu rédac­teur en chef du Matin mag­a­zine en 1981.

1979

Prix Albert-Lon­dres

1982

Il devient rédac­teur en chef du jour­nal de 13 heures d’Antenne 2.

1983

Pro­duc­teur des mag­a­zines Carte de presse et Dimanche plus

1985 à 1989

Direc­tion de Syg­ma télévision

1989

Créa­teur de l’a­gence de presse et de télévi­sion CAPA (« Cha­balier Asso­ci­at­ed Press Agency »). Il pro­duit de nom­breux reportages, doc­u­men­taires et émis­sions : « 24 Heures », dif­fusée sur Canal+ dans les années 1990, « Ruban rouge » (une émis­sion heb­do­madaire con­sacré au SIDA), « On aura tout lu ! » sur la Cinquième en 2001, « Madame, Mon­sieur, bon­soir » sur France 5 en 2006, qu’il coprésente avec David Pujadas, « Le vrai jour­nal » de Karl Zéro et le mag­a­zine de reportage en caméra cachée « Les Infil­trés » sur France 2. Actuelle­ment, CAPA Presse TV pro­duit : Le Château – Dimanche+, L’Effet Papil­lon, Le Monde dans tous ses états, Le Monde en Marche, Con­so­mag, Glob­al Mag, Envoyé Spé­cial, Des Racines et des Ailes, Les Nou­veaux Explo­rateurs, Enquêtes Crim­inelles, 1€70, Le Jour­nal du Hard, Ondes de Choc, Garde a Vue, C’est Notre Histoire.

CAPA dra­ma (pro­duc­tion de fic­tions et docu-fic­tions) pro­duit ou a pro­duit : Braquo, Tan­go, Âge sen­si­ble, Police Dis­trict, L’école du pou­voir, Le repaire de la Vouiv­re, Reporters, Françoise Dolto, L’ordre du tem­ple solaire, Pas­teur, Les temps changent, Ils voulaient tuer De Gaulle, Françoise Dolto, Sac des hommes de l’ombre, Car­men, Mariage sur­prise, Bac+70, Com­plot d’amateurs, Médecin-chef à la San­té, Gold­man, La République des enfants.

Mem­bre de la com­mis­sion pour une nou­velle télévi­sion publique en 2008, il intè­gre en févri­er 2009, le « Con­seil de la créa­tion artis­tique » ani­mé par Marin Kar­mitz à la demande de Nico­las Sarkozy.

1996

Prix du Pro­duc­teur français de télévision

2008

Offici­er de la Légion d’honneur

2009

Un reportage sur la pédophilie réal­isé par CAPA est dif­fusé lors de l’émission d’investigation “Les Infil­trés” sur France 2. Le principe du pro­gramme est de tourn­er en caméra cachée. Fait raris­sime, la dif­fu­sion du reportage mène à l’arrestation de 23 per­son­nes. Une par­tie de la pro­fes­sion s’émeut d’une telle con­nivence et déplore que des jour­nal­istes puis­sent servir d’indicateurs de police.

2010

L’homme d’affaires Fab­rice Larue, déten­teur de Newen, la fil­iale de pro­duc­tion de TF1 rachète 60% de CAPA.

2013

Reprenant les mêmes méth­odes, CAPA a réal­isé une enquête sur un cer­cle catholique tra­di­tion­nal­iste girondin fondé par un ancien mem­bre du Front Nation­al, À l’extrême droite du père, qui est dif­fusée en 2010. On y voit des paroissiens, notam­ment des enfants, profér­er et chanter des dis­cours anti­sémites et racistes. Trois ans plus tard, Hervé Cha­balier, David Pujadas et son jour­nal­iste Matthieu Beur­ri­er sont mis en exa­m­en pour atteinte à la vie privée, pub­li­ca­tion d’un mon­tage et escro­querie pour avoir fait usage d’une fausse qual­ité dans le but d’obtenir des pro­pos et des images. À l’issue du procès en diffama­tion qui se tient en 2014, le tri­bunal cor­rec­tion­nel de Paris relaxe les jour­nal­istes, recon­nais­sant leur « bonne foi ».

2013–2017

Cha­balier ani­me le Grand Débat sur Europe 1 chaque dimanche de 18h30 à 20 heures entre 2013 et 2015. Par la suite, il tient une chronique au cours de la mati­nale de la sta­tion inti­t­ulée L’œil d’Hervé Cha­balier entre 2015 et 2017.

Parcours militant

Proche de l’UNEF en mai 1968 : « J’ai fait une licence d’his­toire, je me sen­tais très con­cerné par les événe­ments de Mai 68 à la Sor­bonne… J’é­tais proche de l’Unef. » (Source : LesÉchos.fr)

Par­ticipe à la créa­tion des Jeuness­es com­mu­nistes révo­lu­tion­naires : « “fait le coup de poing avec les mecs d’Oc­ci­dent”… Des “écarts” qui lui vau­dront une solide répu­ta­tion aux Ren­seigne­ments généraux… » (Source : L’Express.fr)

Publications

  • Alcoolisme : Le par­ler vrai, le par­ler sim­ple (Édi­tions Robert Laf­font), 2011
  • Un dernier pour la route (Édi­tions Robert Laf­font), 2006

Collaborations

  • Mai 2010 : Par­ticipe à la séance « le ser­vice pub­lic et le web » organ­isée par le Club Galilée.
  • Sep­tem­bre 2009 : Sor­tie sur les écrans de l’adaptation de son livre Le dernier pour la route avec François Cluzet dans son pro­pre rôle.
  • Avril 2009 : Par­ticipe à la journée « Médias et diver­sité sociale » organ­isée par l’Ecole supérieure de jour­nal­isme de Lille (ESJ Lille) et le Bondy Blog.
  • Févri­er 2008 : Mem­bre de la com­mis­sion pour la nou­velle télévi­sion publique présidée par Jean-François Copé.
  • 2008 : Témoigne dans le film « C’est dur d’être aimé par des cons » : « Pour avoir repro­duit les douze car­i­ca­tures danois­es ayant déclenché la colère des musul­mans aux qua­tre coins du monde, Philippe Val, le patron de Char­lie Heb­do, jour­nal satirique français, est assigné en jus­tice. Un procès hors norme que Daniel Lecon­te suit en temps réel. Pour décrypter, avec les acteurs clés, les enjeux poli­tiques inter­na­tionaux, médi­a­tiques et idéologiques. Avec, en images : avo­cats, témoins, médias, con­férences de rédac­tion, man­i­fes­ta­tions de sou­tien. Avec aus­si les pris­es de posi­tions des intel­lectuels et des hommes poli­tiques, les réac­tions de l’ac­cu­sa­tion et des pays musul­mans. Une réflex­ion sur l’Is­lam, sur la presse, sur l’é­tat de l’opin­ion dans la société française mais aus­si une ten­ta­tive de réponse aux défis lancés par l’in­té­grisme à toutes les démoc­ra­ties. »
  • Novem­bre 2007 : Délégué général du Fes­ti­val européen des 4 écrans. Le fes­ti­val a été fondé en 2007 par Hervé Chabalier.
  • 2006 : Mem­bre du jury du « Prix inter­na­tion­al de l’enquête CFJ – Groupe Caisse d’Epargne »

Ce qu’il gagne

Non ren­seigné.

Il l’a dit

« Dans le jour­nal­isme, on me le reproche d’ailleurs de temps en temps, j’ac­corde beau­coup d’im­por­tance à la trans­mis­sion du savoir. C’é­tait dans mes gènes » « Hervé Cha­balier, Prési­dent-fon­da­teur de l’a­gence CAPA » - LesÉchos.fr, 11/08/2006

« J’avais reçu de mon passé, en Espagne sous Fran­co et en Afrique aux débuts de la décoloni­sa­tion, deux valeurs fon­da­men­tales : le goût de la lib­erté et le refus de l’asservisse­ment. (…) Le jour­nal­isme me per­me­t­tait, grosso modo, de défendre les valeurs aux­quelles je croy­ais, de défendre la veuve et l’or­phe­lin. (…) Un jour­nal­iste est là pour grat­ter où cela fait mal. » Ibid.

« Aujourd’hui on ne con­naît de l’Italie que les “Berlus­conades”. Toute la médi­ati­sa­tion tourne autour de la per­son­ne du prési­dent du Con­seil, au pou­voir depuis vingt ans. J’ai pris le par­ti de m’intéresser à l’autre Ital­ie, celle qu’on ne con­naît pas, et de mon­tr­er les forces, les mou­ve­ments et les gens qui dés­ap­prou­vent le per­son­nage et sa poli­tique. (…) Des mou­ve­ments de rébel­lion ont émergé un peu partout en Ital­ie et pro­posent des alter­na­tives au sys­tème Berlus­coni. Mais il n’existe pas encore de rassem­ble­ment de ces forces d’opposition. La colère est réelle, mais la rad­i­cal­ité fait peur dans ce pays qui n’a jamais con­nu de révo­lu­tion et a tou­jours pra­tiqué l’art du com­pro­mis. » Source : france5.fr

« Le jour­nal­iste a un rôle impor­tant dans le fonc­tion­nement de la démoc­ra­tie. C’est un for­mi­da­ble priv­ilège de pou­voir être lu, ou enten­du, ou vu par ses conci­toyens. Cela implique des devoirs : le tra­vail, la rigueur, la véri­fi­ca­tion de l’information, l’honnêteté intel­lectuelle. Cela doit être le fonde­ment de notre éthique. Notre méti­er con­siste d’abord à aller chercher l’information puis à la trans­met­tre. C’est basique. Et pour­tant, je ren­con­tre aujourd’hui trop de jeunes attirés avant tout par le mode de vie et le statut social que con­fère notre méti­er : ils n’ont pas de con­vic­tions pro­fes­sion­nelles et ne mesurent pas le ser­vice car­di­nal que le jour­nal­isme rem­plit. Ils n’ont ni l’humilité ni la pas­sion indis­pens­ables. » « Jour­nal­iste un méti­er à réin­ven­ter 60 ans de CFJ ».

Au sujet de l’euthanasie : « Oui, mais il se trou­ve que nous sommes dans un état laïque, je dis bien “laïque” et c’est notre droit de citoyen et d’hu­main de décider com­ment et quand on veut quit­ter ce bas monde. D’ailleurs la bataille pour le sui­cide assisté, qui est légale dans plusieurs pays européens va s’im­pos­er très vite. Vous savez ma maxime “je n’ai pas de cer­ti­tude mais j’ai une opin­ion” Notre corps, notre âme nous appar­ti­en­nent et dans cette affaire, ce sont les indi­vidus et pas les poli­tiques, les patients et pas les médecins ou les reli­gions qui doivent être le cen­tre du prob­lème. », Europe 1, 29 novem­bre 2014.

Sa nébuleuse

Hervé Kouch­n­er : « Hervé Cha­balier ne cache pas son ami­tié avec Bernard Kouch­n­er » — Le Figaro, 06 avril 2012. En avril 2012, la col­lec­tion « Empreintes » réal­isée par CAPA a dif­fusé un doc­u­men­taire « Kouch­n­er sans fron­tières ». En 2009, nom­mé directeur général délégué du groupe de pro­duc­tion audio­vi­suelle CAPA. À 38 ans, Julien Kouch­n­er se voit con­fi­er par le PDG et fon­da­teur de CAPA, Hervé Cha­balier, la mis­sion d’adapter le groupe aux « nou­veaux enjeux de l’industrie audio­vi­suelle ». Sans que cela soit offi­ciel, Hervé Cha­balier serait mem­bre du club Le Siè­cle.

UMP : Mem­bre de la com­mis­sion pour la nou­velle télévi­sion publique présidée par Jean-François Copé. Il a été fait Offici­er de la Légion d’honneur par Nico­las Sarkozy en 2008.

Ils ont dit

« La jus­tice a tranché: “Compte tenu des liens économiques entre la société CAPA et la société Viven­di, il était com­préhen­si­ble que Philippe Val trou­ve dans cette coïn­ci­dence pour le moins sin­gulière matière à ali­menter sa dénon­ci­a­tion récur­rente de la main­mise des grands groupes indus­triels sur les moyens d’in­for­ma­tion.” Le 26 mai 1999, Philippe Val sig­nait dans Char­lie Heb­do un édi­to qui relatait la coupe dont il fut l’ob­jet au cours de l’émis­sion Place de la République pro­duite par CAPA, la société de pro­duc­tion d’Hervé Cha­balier. Lors de l’en­reg­istrement, Val s’en pre­nait à « Bouygues, Lagardère, Jean-Marie Messier ». À la dif­fu­sion, le nom de Messier, patron de Viven­di et action­naire de CAPA via Canal+ avait été sup­primé. Coupe qual­i­fiée par Val de « cen­sure ». Mal­gré la pub­li­ca­tion d’un droit de réponse dans l’heb­do­madaire satirique, CAPA a attaqué Val pour diffama­tion et a vu hier sa demande rejetée par la pre­mière cham­bre du tri­bunal de grande instance de Paris. » « CAPA perd con­tre « Char­lie ». La société de pro­duc­tion attaquait Val pour diffama­tion. » — Libéra­tion, 26 avril 2000

Au sujet du reportage sur la pédophilie : « Le SNJ avait demandé à la direc­tion de France 2, le 22 octo­bre 2008, de renon­cer à ce pro­jet, car il por­tait en lui toutes les dérives pos­si­bles. Il n’était pas digne du ser­vice pub­lic. Quand l’information devient spec­ta­cle, on perd l’authenticité du jour­nal­isme. La direc­tion du ser­vice pub­lic a décidé d’ignorer ces aver­tisse­ments et ces ques­tions et de laiss­er l’agence Capa mon­ter seule au front. Les expli­ca­tions de cette dernière sont assez pitoy­ables et celles d’Hervé Cha­balier sont bien loin de sa tri­bune dans Le Monde du 26 mars 2008, où il procla­mait son attache­ment à la pro­tec­tion des sources au nom de la lib­erté d’expression, pierre angu­laire de la démoc­ra­tie, et trou­vait inen­vis­age­able qu’une autorité judi­ci­aire puisse oblig­er un jour­nal­iste à révéler ses sources. Nous étions alors d’accord. », Dominique Pral­adié, secré­taire général du SNJ, Valeurs Actuelles, 15 avril 2010.

Crédit pho­to : France Inter, 30 décem­bre 2009

Voir aussi

Related Posts

None found

L'Ojim fait sa rentrée

Bonjour à tous, après quelques semaines de vacances au cours desquelles nous avons sélectionné les meilleurs articles du premier semestre, nous reprenons le cours normal de nos parutions. Bonne rentrée pour certains d'entre vous, bonne fin de vacances pour les autres et bonne lecture pour tous.