Accueil | Portraits | Hervé Chabalier

Hervé Chabalier

Troskyste ? libéral ? libertaire ? Tout cela mais surtout producteur

« Quoi de com­mun entre “Le jour­nal du hard” et “Les infil­trés” ? Quel lien entre des reportages d’“Envoyé spé­cial” et “Braquo”, la dernière série poli­cière de Canal+ ? Entre “Glob­al mag”, le ren­dez-vous d’Arte sur l’environnement, et “L’effet papil­lon”, le mag­a­zine inter­na­tion­al de Canal+ ? Une même volon­té en forme de slo­gan : “Racon­ter le monde à hau­teur d’homme… avec un pas de côté”. Et une même entre­prise, CAPA, qui pro­duit des cen­taines d’heures par an de reportages, doc­u­men­taires ou fic­tions pour les chaînes de télévi­sion, publiques ou privées » « Les nou­veaux défis de l’agence Capa » - Le Monde, 22 novem­bre 2009

Hervé Chabalier est né le 7 septembre 1945 à Langogne (Lozère). De son engagement au sein de la mouvance trotskyste dans les années 1960, le fondateur et président de CAPA, a retenu l’importance de détenir les leviers du pouvoir culturel pour influer sur la société. Avec son agence de presse et de production, ce proche de l’UMP, insuffle une vision « libérale-libertaire » sur le petit écran.

Formation

Tit­u­laire d’une licence d’histoire à la Sor­bonne.

Cen­tre de for­ma­tion des jour­nal­istes (pro­mo 1969).

Parcours professionnel

Après un pas­sage à RTL et l’AFP en 1969, puis au ser­vice de poli­tique intérieure sur la pre­mière chaîne de télévi­sion française, il entre en octo­bre 1972 comme grand reporter au ser­vice « Notre époque » du Nou­v­el Obser­va­teur. Il traite des sujets brûlants : avorte­ment, lib­erté sex­uelle, tox­i­co­manie, la dic­tature des colonels en Grèce, fran­quisme en Espagne. Il pub­lie des enquêtes sur le racisme, la tox­i­co­manie ou la réforme de l’ORTF (1974), dans le cadre des doc­u­ments de la semaine.

1977 : Il rejoint le Matin de Paris. Il y occupe le poste de grand reporter au ser­vice « Événe­ment », pro­mu rédac­teur en chef du Matin mag­a­zine en 1981.

1982 : Il devient rédac­teur en chef du jour­nal de 13 heures d’Antenne 2.

1983 : Pro­duc­teur des mag­a­zines Carte de presse et Dimanche plus

1985 à 1989 : Direc­tion de Syg­ma télévi­sion

1989 : Créa­teur de l’agence de presse et de télévi­sion CAPA (« Cha­balier Asso­ci­at­ed Press Agency »). Il pro­duit de nom­breux reportages, doc­u­men­taires et émis­sions : « 24 Heures », dif­fusée sur Canal++ dans les années 1990, « Ruban rouge » (une émis­sion heb­do­madaire con­sacré au SIDA), « On aura tout lu ! » sur la Cinquième en 2001, « Madame, Mon­sieur, bon­soir » sur France 5 en 2006, qu’il coprésente avec David Pujadas, « Le vrai jour­nal » de Karl Zéro et le mag­a­zine de reportage en caméra cachée « Les Infil­trés » sur France 2. Actuelle­ment, CAPA Presse TV pro­duit : Le Château – Dimanche+, L’Effet Papil­lon, Le Monde dans tous ses états, Le Monde en Marche, Con­so­mag, Glob­al Mag, Envoyé Spé­cial, Des Racines et des Ailes, Les Nou­veaux Explo­rateurs, Enquêtes Crim­inelles, 1€70, Le Jour­nal du Hard, Ondes de Choc, Garde a Vue, C’est Notre His­toire.

CAPA dra­ma (pro­duc­tion de fic­tions et docu-fic­tions) pro­duit ou a pro­duit : Braquo, Tan­go, Âge sen­si­ble, Police Dis­trict, L’école du pou­voir, Le repaire de la Vouiv­re, Reporters, Françoise Dolto, L’ordre du tem­ple solaire, Pas­teur, Les temps changent, Ils voulaient tuer De Gaulle, Françoise Dolto, Sac des hommes de l’ombre, Car­men, Mariage sur­prise, Bac+70, Com­plot d’amateurs, Médecin-chef à la San­té, Gold­man, La République des enfants.

Mem­bre de la com­mis­sion pour une nou­velle télévi­sion publique en 2008, il intè­gre en févri­er 2009, le « Con­seil de la créa­tion artis­tique » ani­mé par Marin Kar­mitz à la demande de Nico­las Sarkozy.

1979 : Prix Albert-Lon­dres

1996 : Prix du Pro­duc­teur français de télévi­sion

2008 : Offici­er de la Légion d’honneur

Parcours militant

Proche de l’UNEF en mai 1968 : « J’ai fait une licence d’histoire, je me sen­tais très con­cerné par les événe­ments de Mai 68 à la Sor­bonne… J’étais proche de l’Unef. » (Source : LesÉchos.fr)

Par­ticipe à la créa­tion des Jeuness­es com­mu­nistes révo­lu­tion­naires : « “fait le coup de poing avec les mecs d’Occident”… Des “écarts” qui lui vau­dront une solide répu­ta­tion aux Ren­seigne­ments généraux… » (Source : L’Express.fr)

Publications

  • Alcoolisme : Le par­ler vrai, le par­ler sim­ple (Édi­tions Robert Laf­font)
  • Un dernier pour la route (Édi­tions Robert Laf­font)

Collaborations

  • Mai 2010 : Par­ticipe à la séance « le ser­vice pub­lic et le web » organ­isée par le Club Galilée.
  • Avril 2009 : Par­ticipe à la journée « Médias et diver­sité sociale » organ­isée par l’Ecole supérieure de jour­nal­isme de Lille (ESJ Lille) et le Bondy Blog.
  • Févri­er 2008 : Mem­bre de la com­mis­sion pour la nou­velle télévi­sion publique présidée par Jean-François Copé.
  • 2008 : Témoigne dans le film « C’est dur d’être aimé par des cons » : « Pour avoir repro­duit les douze car­i­ca­tures danois­es ayant déclenché la colère des musul­mans aux qua­tre coins du monde, Philippe Val, le patron de Char­lie Heb­do, jour­nal satirique français, est assigné en jus­tice. Un procès hors norme que Daniel Lecon­te suit en temps réel. Pour décrypter, avec les acteurs clés, les enjeux poli­tiques inter­na­tionaux, médi­a­tiques et idéologiques. Avec, en images : avo­cats, témoins, médias, con­férences de rédac­tion, man­i­fes­ta­tions de sou­tien. Avec aus­si les pris­es de posi­tions des intel­lectuels et des hommes poli­tiques, les réac­tions de l’accusation et des pays musul­mans. Une réflex­ion sur l’Islam, sur la presse, sur l’état de l’opinion dans la société française mais aus­si une ten­ta­tive de réponse aux défis lancés par l’intégrisme à toutes les démoc­ra­ties. »
  • Novem­bre 2007 : Délégué général du Fes­ti­val européen des 4 écrans. Le fes­ti­val a été fondé en 2007 par Hervé Cha­balier.
  • 2006 : Mem­bre du jury du « Prix inter­na­tion­al de l’enquête CFJ – Groupe Caisse d’Epargne »

Ce qu’il gagne

Il l’a dit

« Dans le jour­nal­isme, on me le reproche d’ailleurs de temps en temps, j’accorde beau­coup d’importance à la trans­mis­sion du savoir. C’était dans mes gènes » « Hervé Cha­balier, Prési­dent-fon­da­teur de l’agence CAPA » - LesÉchos.fr, 11/08/2006

« J’avais reçu de mon passé, en Espagne sous Fran­co et en Afrique aux débuts de la décoloni­sa­tion, deux valeurs fon­da­men­tales : le goût de la lib­erté et le refus de l’asservissement. (…) Le jour­nal­isme me per­me­t­tait, grosso modo, de défendre les valeurs aux­quelles je croy­ais, de défendre la veuve et l’orphelin. (…) Un jour­nal­iste est là pour grat­ter où cela fait mal. » Ibid.

« Aujourd’hui on ne con­naît de l’Italie que les “Berlus­conades”. Toute la médi­ati­sa­tion tourne autour de la per­son­ne du prési­dent du Con­seil, au pou­voir depuis vingt ans. J’ai pris le par­ti de m’intéresser à l’autre Ital­ie, celle qu’on ne con­naît pas, et de mon­tr­er les forces, les mou­ve­ments et les gens qui dés­ap­prou­vent le per­son­nage et sa poli­tique. (…) Des mou­ve­ments de rébel­lion ont émergé un peu partout en Ital­ie et pro­posent des alter­na­tives au sys­tème Berlus­coni. Mais il n’existe pas encore de rassem­ble­ment de ces forces d’opposition. La colère est réelle, mais la rad­i­cal­ité fait peur dans ce pays qui n’a jamais con­nu de révo­lu­tion et a tou­jours pra­tiqué l’art du com­pro­mis. » Source : france5.fr

« Le jour­nal­iste a un rôle impor­tant dans le fonc­tion­nement de la démoc­ra­tie. C’est un for­mi­da­ble priv­ilège de pou­voir être lu, ou enten­du, ou vu par ses conci­toyens. Cela implique des devoirs : le tra­vail, la rigueur, la véri­fi­ca­tion de l’information, l’honnêteté intel­lectuelle. Cela doit être le fonde­ment de notre éthique. Notre méti­er con­siste d’abord à aller chercher l’information puis à la trans­met­tre. C’est basique. Et pour­tant, je ren­con­tre aujourd’hui trop de jeunes attirés avant tout par le mode de vie et le statut social que con­fère notre méti­er : ils n’ont pas de con­vic­tions pro­fes­sion­nelles et ne mesurent pas le ser­vice car­di­nal que le jour­nal­isme rem­plit. Ils n’ont ni l’humilité ni la pas­sion indis­pens­ables. » « Jour­nal­iste un méti­er à réin­ven­ter 60 ans de CFJ ».

Sa nébuleuse

Hervé Kouch­n­er : « Hervé Cha­balier ne cache pas son ami­tié avec Bernard Kouch­n­er » — Le Figaro, 06 avril 2012. En avril 2012, la col­lec­tion « Empreintes » réal­isée par CAPA a dif­fusé un doc­u­men­taire « Kouch­n­er sans fron­tières ». En 2009, nom­mé directeur général délégué du groupe de pro­duc­tion audio­vi­suelle CAPA. À 38 ans, Julien Kouch­n­er se voit con­fi­er par le PDG et fon­da­teur de CAPA, Hervé Cha­balier, la mis­sion d’adapter le groupe aux « nou­veaux enjeux de l’industrie audio­vi­suelle ». Sans que cela soit offi­ciel, Hervé Cha­balier serait mem­bre du club Le Siè­cle.

UMP : Mem­bre de la com­mis­sion pour la nou­velle télévi­sion publique présidée par Jean-François Copé. Il a été fait Offici­er de la Légion d’honneur par Nico­las Sarkozy en 2008.

Ils ont dit

« La jus­tice a tranché: “Compte tenu des liens économiques entre la société CAPA et la société Viven­di, il était com­préhen­si­ble que Philippe Val trou­ve dans cette coïn­ci­dence pour le moins sin­gulière matière à ali­menter sa dénon­ci­a­tion récur­rente de la main­mise des grands groupes indus­triels sur les moyens d’information.” Le 26 mai 1999, Philippe Val sig­nait dans Char­lie Heb­do un édi­to qui relatait la coupe dont il fut l’objet au cours de l’émission Place de la République pro­duite par CAPA, la société de pro­duc­tion d’Hervé Cha­balier. Lors de l’enregistrement, Val s’en pre­nait à « Bouygues, Lagardère, Jean-Marie Messier ». À la dif­fu­sion, le nom de Messier, patron de Viven­di et action­naire de CAPA via Canal++ avait été sup­primé. Coupe qual­i­fiée par Val de « cen­sure ». Mal­gré la pub­li­ca­tion d’un droit de réponse dans l’hebdomadaire satirique, CAPA a attaqué Val pour diffama­tion et a vu hier sa demande rejetée par la pre­mière cham­bre du tri­bunal de grande instance de Paris. » « CAPA perd con­tre « Char­lie ». La société de pro­duc­tion attaquait Val pour diffama­tion. » — Libéra­tion, 26 avril 2000

Crédit pho­to : France Inter, 30 décem­bre 2009

Ce portrait a été financé par les donateurs de l’OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l’Observatoire du jour­nal­isme, c’est con­tribuer au développe­ment d’un out­il indépen­dant, libre­ment acces­si­ble à tous et à votre ser­vice.

Notre site est en effet entière­ment gra­tu­it, nous refu­sons toute pub­lic­ité et toute sub­ven­tion — ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépen­dance. En don­nant 100 € vous financez un por­trait de jour­nal­iste et avec l’avan­tage fis­cal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En don­nant 200 € vous financez un dossier. Vous pou­vez régler par CB, par Pay­Pal, par chèque ou par vire­ment. Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim ! Nous n’avons pas d’autres sources de finance­ment que nos lecteurs, d’avance mer­ci pour votre sou­tien.

9% récolté
Nous avons récolté 185,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux