Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Une adaptation cinéma de 1984 de George Orwell

22 novembre 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Une adaptation cinéma de 1984 de George Orwell

Une adaptation cinéma de 1984 de George Orwell

Qui n’a pas encore lu 1984 d’Orwell ? De préférence dans l’ancienne traduction de Gallimard, bien plus fidèle que la nouvelle. Le premier film reprenant la base du livre date de 1953 et est en lecture libre sur YouTube.

Une arme de propagande

Le film fait par­tie de la série télévisée Stu­dio One de West­ing­house, célèbre dans les années 50, et est claire­ment mar­qué par la guerre froide. Il n’est pas dif­fi­cile de voir der­rière Big Broth­er la fig­ure de Staline, et der­rière le sys­tème de sur­veil­lance le régime communiste.

Un film fidèle à l’original

Le script de William Tem­ple­ton est très fidèle au livre, seul le nom de Gold­stein (peut-être par crainte d’allusion anti­sémite) est changé en celui de Cas­san­dre. Le per­son­nage de Wil­son Smith est joué par Eddie Albert sous la direc­tion de Paul Nick­ell. Eddie Albert, assez oublié main­tenant, a joué dans plus de 100 films et séries télévisées. Le film en noir et blanc s’inscrit dans le cadre de de la série télévisée à suc­cès Stu­dio One, avec un bud­get lim­ité, des décors intérieurs oppres­sants et une économie de moyens qui n’enlève rien à son intérêt.

Un film d’actualité, 2+2=5

Le film est prophé­tique à bien des égards. La ligue anti-sexe avec sa cein­ture rouge rap­pelle les néo-fémin­istes puri­taines con­tem­po­raines. Le quart d’heure de la haine rap­pelle les cam­pagnes en cours con­tre la lib­erté d’opinion. Le télé-écran qui sur­veille tout un cha­cun 24h sur 24, ce sont les réseaux soci­aux des GAFA dénon­cés dans La haine en ligne (Albin Michel) du jour­nal­iste David Doucet.

Le per­son­nage de O’Brien, qui veut « réé­du­quer » Smith, peut être aperçu en 2020 dans bien des rédac­tions et plutôt à leur som­met. La réécri­t­ure de l’histoire c’est celle des médias de grand chemin via la décon­struc­tion indigéniste et décolo­niale. Le but de O’Brien, quand il mon­tre qua­tre doigts à Win­ston Smith, c’est que celui-ci de bonne foi en voie cinq. Il est alors con­forme à la société, le passé est con­stam­ment réécrit et comme le dit le Par­ti Intérieur « qui con­trôle le passé con­trôle l’avenir ». Les médias offi­ciels ne pensent pas autre chose et agis­sent en conséquence.

Derniers portraits ajoutés

Claude Askolovitch

PORTRAIT — Claude Askolovitch débute sa car­rière à Sci­ences et Vie Économie puis entre à RFO avant d’être engagé au Matin de Paris. Fin 1987, il rejoint Europe 1 puis devient reporter à l’EDJ et à Marianne.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Élisabeth Laborde

PORTRAIT — Anci­enne attachée de presse de Matthieu Pigasse, auquel elle doit sa mobil­ité pro­fes­sion­nelle ful­gu­rante, Élis­a­beth Labor­de est l’archétype de la « dircom » fémin­iste et bobo qui veut remod­el­er le monde de l’entreprise à son l’aune des mantras pro­gres­sistes contemporains.

Pascal Praud

PORTRAIT — Loin d’être l’homologue français de Tuck­er Carl­son ou de Sean Han­ni­ty comme le fan­tasme la presse de gauche, Pas­cal Praud prof­ite d’un cli­mat poli­tique trou­blé et d’une cen­sure gran­dis­sante pour endoss­er le rôle des “porte-parole des Mar­cel au bistrot” et faire grimper les audiences.

Glenn Greenwald

PORTRAIT — Ancien avo­cat d’af­faires, par la suite spé­cial­isé dans les lit­iges civiques et con­sti­tu­tion­nels, Glenn Green­wald est depuis près de 20 ans entière­ment dédié à la défense lit­térale et intran­sigeante de la con­sti­tu­tion améri­caine et de ses garanties en matière de lib­ertés individuelles.