Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Une adaptation cinéma de 1984 de George Orwell

22 novembre 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Une adaptation cinéma de 1984 de George Orwell

Une adaptation cinéma de 1984 de George Orwell

Qui n’a pas encore lu 1984 d’Orwell ? De préférence dans l’ancienne traduction de Gallimard, bien plus fidèle que la nouvelle. Le premier film reprenant la base du livre date de 1953 et est en lecture libre sur YouTube.

Une arme de propagande

Le film fait par­tie de la série télévisée Stu­dio One de West­ing­house, célèbre dans les années 50, et est claire­ment mar­qué par la guerre froide. Il n’est pas dif­fi­cile de voir der­rière Big Broth­er la fig­ure de Staline, et der­rière le sys­tème de sur­veil­lance le régime communiste.

Un film fidèle à l’original

Le script de William Tem­ple­ton est très fidèle au livre, seul le nom de Gold­stein (peut-être par crainte d’allusion anti­sémite) est changé en celui de Cas­san­dre. Le per­son­nage de Wil­son Smith est joué par Eddie Albert sous la direc­tion de Paul Nick­ell. Eddie Albert, assez oublié main­tenant, a joué dans plus de 100 films et séries télévisées. Le film en noir et blanc s’inscrit dans le cadre de de la série télévisée à suc­cès Stu­dio One, avec un bud­get lim­ité, des décors intérieurs oppres­sants et une économie de moyens qui n’enlève rien à son intérêt.

Un film d’actualité, 2+2=5

Le film est prophé­tique à bien des égards. La ligue anti-sexe avec sa cein­ture rouge rap­pelle les néo-fémin­istes puri­taines con­tem­po­raines. Le quart d’heure de la haine rap­pelle les cam­pagnes en cours con­tre la lib­erté d’opinion. Le télé-écran qui sur­veille tout un cha­cun 24h sur 24, ce sont les réseaux soci­aux des GAFA dénon­cés dans La haine en ligne (Albin Michel) du jour­nal­iste David Doucet.

Le per­son­nage de O’Brien, qui veut « réé­du­quer » Smith, peut être aperçu en 2020 dans bien des rédac­tions et plutôt à leur som­met. La réécri­t­ure de l’histoire c’est celle des médias de grand chemin via la décon­struc­tion indigéniste et décolo­niale. Le but de O’Brien, quand il mon­tre qua­tre doigts à Win­ston Smith, c’est que celui-ci de bonne foi en voie cinq. Il est alors con­forme à la société, le passé est con­stam­ment réécrit et comme le dit le Par­ti Intérieur « qui con­trôle le passé con­trôle l’avenir ». Les médias offi­ciels ne pensent pas autre chose et agis­sent en conséquence.

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.

Marine Turchi

PORTRAIT — Née en 1984, Marine Turchi s’est illus­trée par des débuts promet­teurs dans le jour­nal­isme, avec plusieurs récom­pens­es à la clé. Suite à cette brève ascen­sion, elle a rejoint Médi­a­part, le site fondé par Edwy Plenel en 2008, lors de son lancement.