Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Julian Assange : les États-Unis veulent sa mort

7 décembre 2018

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Julian Assange : les États-Unis veulent sa mort

Julian Assange : les États-Unis veulent sa mort

Il y a quelques jours, nous répercutions l’appel au secours de la mère de Julian Assange, réfugié depuis 2012 à l’ambassade d’Équateur à Londres. Des nouvelles très récentes permettent de constater une aggravation de sa situation qui pourrait conduire au pire.

Révélation d’une inculpation américaine

Nul ne savait avant le 16 novem­bre 2018 si Assange était véri­ta­ble­ment inculpé aux États-Unis. Un pro­cureur de l’État de Vir­ginie, suite à une erreur admin­is­tra­tive, a levé le voile. Le pro­cureur explique que l’inculpation doit rester secrète, même si cela porte atteinte aux droits de la défense « L’acte d’accusation, les déc­la­ra­tions sous ser­ment venant l’appuyer, le man­dat d’arrêt, ain­si que la présente motion et le pro­jet d’injonction doivent rester secrets jusqu’à ce qu’Assange soit appréhendé (…), et qu’il ne puisse donc plus se sous­traire à l’arrestation et à l’extradition. »

Le secret n’est qu’à moitié levé. Si l’inculpation existe, on n’en con­naît pas les motifs, la date, les cir­con­stances. Après la défaite d’Hi­lary Clin­ton en 2016, les démoc­rates attribuent une par­tie de leur décon­fi­ture aux révéla­tions de Wik­ileaks sur la can­di­date et veu­lent le scalp du fon­da­teur de Wik­ileaks.

Mais ce n’est pas mieux du côté répub­li­cain. Le directeur de la CIA, Mike Pom­peo (devenu chef de la diplo­matie de Trump), par­le de Wik­iLeaks comme d’un « ser­vice de ren­seigne­ment non éta­tique fréquem­ment assisté par des acteurs éta­tiques comme la Russie » et le min­istre de la jus­tice, affirme que la cap­ture de M. Assange reste une pri­or­ité. Mieux, le pro­cureur spé­cial Robert Mueller, chargé d’enquêter sur l’ingérence de la Russie dans les élec­tions de 2016 inculpe des citoyens russ­es pour avoir util­isé des doc­u­ments Wik­ileaks. Il y a un con­sen­sus améri­cain pour avoir la peau d’Assange.

Prise de distance de l’Équateur

Le prési­dent équa­to­rien Cor­rea, qui avait pro­tégé Assange, est bat­tu en mai 2017 par Lenin Moreno qui prend ses dis­tances avec celui que l’on doit qual­i­fi­er de détenu. Il essaie de faire exfil­tr­er Assange en le nom­mant diplo­mate mais la jus­tice bri­tan­nique, aux ordres du grand frère améri­cain, refuse son statut diplo­ma­tique et con­firme son arresta­tion s’il pose le pied dehors. Assange, attaquant plusieurs États étrangers (l’Espagne en sou­tenant les indépen­dan­tistes cata­lans, l’Allemagne en com­para­nt Merkel et Hitler), met la diplo­matie équa­to­ri­enne à rude épreuve. Les Équa­to­riens, mal à l’aise avec ses pris­es de posi­tion, lui coupent alors toute liai­son avec l’extérieur et inter­dis­ent toute vis­ite sauf celles de ses avo­cats.

Vers une disparition physique ou l’extradition

Avec quelques péripéties, un accord frag­ile est ensuite trou­vé : Assange retrou­ve une com­mu­ni­ca­tion inter­net mais devra s’interdire d’attaquer un État étranger. Il pour­ra recevoir des vis­ites fil­trées et encadrées. Cet accord ne sera pas signé par Assange mais sera plus ou moins respec­té. Par ailleurs l’ambassade ne pren­dra plus ses frais à sa charge.

Pire, l’Équateur se réserve le droit de le faire hos­pi­talis­er à Lon­dres si son état le demande. Hos­pi­tal­i­sa­tion = arresta­tion par la police bri­tan­nique = extra­di­tion aux États-Unis = min­i­ma prison à vie ou peine de mort. Imag­inez que vous êtes enfer­mé dans une pièce exigüe de quelques mètres car­rés pen­dant plus de 2.200 jours, sans jamais sor­tir, sans pren­dre l’air, sans famille ni amis, dans quel état seriez-vous ? Assange est malade physique­ment et psy­chologique­ment. Il reste à l’ambassade ? Il s’affaiblit petit à petit. Il est hos­pi­tal­isé ? Bon­jour les pro­cureurs améri­cains.

Comme le note son suc­cesseur à la tête de Wik­ileaks, l’islandais Kristinn Hrafns­son, après une vis­ite à l’ambassade : ses con­di­tions se sont dur­cies de manière telle qu’Assange est véri­ta­ble­ment dans une prison avec des gar­di­ens équa­to­riens devenus hos­tiles. Il ajoute « Ils veu­lent bris­er Assange, le détru­ire ». Qui est ce Ils ? L’État pro­fond améri­cain, sec­ondé par les ser­vices bri­tan­niques aux ordres et nolens volens l’Équateur, un très petit État qui peut subir de mul­ti­ples pres­sions. La France s’honorerait à accorder l’asile poli­tique à Julian Assange.
Crédit pho­to : Can­cillería del Ecuador via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.