Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Technikart, la queue de la comète bobos de gauche ?

7 janvier 2019

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Technikart, la queue de la comète bobos de gauche ?

Technikart, la queue de la comète bobos de gauche ?

Le numéro de novembre 2018 de Technikart propose une (jolie) femme blonde dénudée, arborant le drapeau français, sur les épaules, modèle des « Facho-bohèmes ». De quoi avoir été aperçu de loin dans les kiosques des gares. L’OJIM s’est demandé si l’intérieur du magazine présentait autant de joliesse que sa couverture.

Tech­nikart est un vieux mag­a­zine qui autre­fois avait l’air jeune et branché, un peu comme les Inrocks. Tech­nikart a été fondé en 1991 comme mag­a­zine « socio cul­turel » se voulant obser­va­teur et ana­lyste des modes de la société, avec un ton rebelle, décalé etc. Un mag­a­zine de gauche bour­geois bohème clas­sique. Le jour­nal a eu une vie agitée, se déploy­ant sur divers sup­ports, lançant des mag­a­zines asso­ciés, étant par­tie prenante de tel groupe avant de le quit­ter, ten­tant des per­cées en Amérique ou en Chine mais aus­si subis­sant les foudres de lecteurs abon­nés ne le rece­vant pas. Tou­jours presque mort et tou­jours vivant, Tech­nikart a con­nu plusieurs retours, La Nou­velle République titrait ain­si en 2014 : « Après les cen­dres, la renais­sance ». Le men­su­el dis­ait-on était fauché, men­acé par des huissiers, ne ver­sait pas ses salaires… Il est cepen­dant repar­ti en avant sous la direc­tion de Lau­rence Rémi­la, tou­jours au manettes. Ce dernier (Lau­rence est un homme) dis­ait, lors de sa prise de fonc­tion en 2014, tou­jours dans La Nou­velle République, vouloir lut­ter con­tre la ten­dance de la presse à ne pas traiter du fond tout en con­ser­vant un côté « à rebrousse-poil ». Qua­tre ans plus tard en novem­bre 2018, avec une femme dénudée légère­ment vêtue du dra­peau bleu blanc rouge et ce titre « Facho-bohèmes : faut-il avoir peur de l’ultra droite en bas­ket », il est dif­fi­cile d’être con­va­in­cus (en plus la jeune femme porte des con­vers­es).

Facho-Bohèmes ? Qui ? Quoi ?

De qui et de quoi par­le donc Tech­nikart, mag­a­zine qui se veut tou­jours « décalé » mal­gré son rachat en 2016 par le groupe Ateo Finance ? De son petit monde clos très parisien branché, ce même ADN qui avait déclenché une rapi­de polémique en 2012 quand le men­su­el avait réal­isé une « enquête » dans la Creuse, par­lant de « ploucs », « con­san­guins », « viocs et bovins en surnom­bre ». Autant de mots qui écrits sur une ban­de­role de sup­port­ers du Paris SG au sujet de gens du Nord sont tout de suite taxés d’ultra droite. En novem­bre, Tech­nikart voit des « facho-bohèmes » partout. Char­lotte d’Ornellas par exem­ple qui illus­tr­erait « le côté sexy et bobo d’une droite plus dure que jamais ». Il y aurait gros dan­ger car « la ligne entre la fachos­phère et la bobosphère n’a jamais été aus­si ténue… ».

Citer le début du reportage vaut son pesant de jour­nal­isme très parisien :

« Espèce de Fa-bo ! » « Fas­ciste-bohème toi-même ! » « Je ne suis pas pro-Mar­i­on, mais… ». La scène se déroule en ter­rasse, une fin de soirée un peu arrosée à Saint-Ger­main-des-Prés. Un groupe d’amis – le genre qui préfère oubli­er les heures les plus som­bres de notre his­toire récente (l’arrivée au pou­voir du prési­dent Macron) – délire sur l’actu du moment… « Mais où va le monde ?! Si on ne peut même plus louer un ven­tre de Philip­pine tran­quille­ment… » D’autres blagues suiv­ront, pas tou­jours du meilleur goût. Et très rapi­de­ment, je me rends à l’évidence. On a beau en par­ler en rigolant, être entre lecteurs de Libé et des Inrocks (le vote le plus extrémiste de l’assemblée ayant été pour Mélen­chon en 2017 – et unique­ment au pre­mier tour, hein), la récente et déli­rante droiti­sa­tion du pays sem­ble avoir déteint sur cha­cun d’entre nous… suis-je con­damné à voir le nom­bre de mes amis « facho-bohèmes » – un bobo en glisse­ment pro­gres­sif vers les idées d’extrême-droite – explos­er ? Une anec­dote, inimag­in­able il y a quelques années. Fin sep­tem­bre, Michel Houelle­becq se mari­ait en petit comité. Au dîn­er de noces qui suit la céré­monie, chez Lapérouse, une table est réservée aux amis jour­nal­istes. À sa grande sur­prise, Nel­ly Kaprièlian, la red­outée cri­tique livres des Inrocks, se retrou­ve placée à côté de la jeune garde d’un autre mag, l’ultradroitier Valeurs actuelles (un heb­do moyen­nement fan de Chris­tine and the queens). Se plaint-elle de la présence de ses enne­mis idéologiques ? Déguer­pit-elle sur le champ ? Du tout. Une fois les présen­ta­tions faites, Nel­ly et son com­pagnon passeront le dîn­er à dis­cuter, très cour­toise­ment, avec leurs con­frères Geof­froy Leje­une et Char­lotte d’Ornellas. »

Ils sont donc partout ?

Ce qui inquiète Tech­nikart ? Que la jeunesse bobo parisi­enne se mette à trou­ver des qual­ités sur tel ou tel sujet à Zem­mour ou à Mar­i­on Maréchal. Pourquoi ? Le mag­a­zine ne s’interroge pas sur des caus­es qui pour­raient être socié­tales ou poli­tiques, voire con­crètes et ayant trait à la vie des gens, non, la rai­son est toute autre : s’ils ont de l’influence sur les jeunes de gauche, ceux qui seraient, d’après Tech­nikart trop à droite, eh bien, c’est parce qu’ils passent trop dans les médias. « On les entend trop », en somme. Pas de doute, Tech­nikart est quant à lui tou­jours un média de gauche : les idées d’autrui « n’ont jamais autant été médi­atisées », enten­du « trop ». Char­lotte d’Ornellas, Ober­tone, Jacques de Guille­bon, Zem­mour mais aus­si L’Incorrect sont trop présents. Le mag­a­zine, par­lant de « dom­i­na­tion cul­turelle » des « facho-bohèmes », inter­roge Bruno Jeudy, lequel se demande « si nous avons là l’avant-garde de l’arrivée au pou­voir d’une Le Pen ou pas ». Et pour Dominique Reynié, c’est « l’ultra droite des idées qui don­nera le La à la prochaine prési­den­tielle ». Tout cela vis­erait à pré­par­er la prise de pou­voir future de Mar­i­on Maréchal, quelque chose comme une con­quête des « élites parisi­ennes » par les idées, et avec l’aide, entre autres de la « pas­sion­ar­ia », « l’égérie de la généra­tion iden­ti­taire », Char­lotte d’Ornellas et de l’ISSEP, l’Institut lyon­nais de Mar­i­on Maréchal. Les « mini Mau­r­ras » seraient « en ter­rasse » et au ser­vice de Mar­i­on, « tout ça pour ça ? », des gens « vague­ment pen­sant ».

Le mag­a­zine sem­ble crain­dre ce qu’il appelle l’ultra droite (sans jamais expli­quer ce que c’est) et une « alliance entre droite et extrême droite », sans jamais non plus définir ce dernier terme. Cama­rades encore un effort !

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision