Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Serge Nedjar : le « général Tapioca » à la tête d’i-Télé

2 juin 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Serge Nedjar : le « général Tapioca » à la tête d’i-Télé

Serge Nedjar : le « général Tapioca » à la tête d’i-Télé

Dans une enquête publiée le 27 mai dernier, Street Press s’intéresse au très discret Serge Nedjar, récemment nommé directeur d’i>Télé.

Pub­lic­i­taire puis jour­nal­iste pour VSD, Ned­jar est entré au groupe Bol­loré en 2005. Depuis, il est un proche du grand patron. Après avoir par­ticipé au lance­ment de Direct 8, il a dirigé, et dirige tou­jours, le quo­ti­di­en Direct Matin. L’oc­ca­sion pour lui de met­tre ses méth­odes en pra­tique au sein d’une rédac­tion.

Ces méth­odes, juste­ment, fonc­tion­nent sur un principe sim­ple. « règle numéro un : ne jamais déplaire à l’actionnaire. Règle numéro deux : ne jamais nuire aux clients et parte­naires de l’empire et si pos­si­ble en assur­er la pro­mo­tion », rap­porte Street Press. Surnom­mé « le général Tapi­o­ca » par ses équipes, Serge Ned­jar « gère son jour­nal comme une brochure de super­marché », estime un ancien jour­nal­iste. Et ce dernier de rap­porter une anec­dote révéla­trice : « L’après-midi, au lieu de se branch­er sur les chaînes d’infos en con­tinu comme le ferait n’importe quel directeur de quo­ti­di­en, il regarde Cyril Hanouna ! »

Au sein de Direct Matin, il par­ticipe à toutes les con­férences de rédac­tion où il « impose ses sujets » et ses « parte­nar­i­ats ». Son préféré : l’Au­tolib, large­ment traité dans le quo­ti­di­en gra­tu­it. Et pour cause : le ser­vice d’au­to­mo­biles élec­triques de la ville de Paris pro­pose des voitures Blue­Car, pro­duites par le groupe Bol­loré.

Une con­san­guinité qui se traduit poli­tique­ment. Favor­able à Nico­las Sarkozy, Ned­jar n’en a pas moins soutenu Anne Hidal­go (PS) dans la course à la mairie de Paris. « On avait pour con­signe de traiter vrai­ment a min­i­ma NKM », se sou­vi­en­nent plusieurs plumes du jour­nal. Les intérêts d’Au­tolib passent avant les sym­pa­thies poli­tiques… En revanche, Ned­jar aurait deux poli­tiques dans le viseur, Arnaud Mon­te­bourg et Ségolène Roy­al. « On m’avait com­mandé un arti­cle à charge con­tre Ségo, alors qu’il n’y avait pas la moin­dre actu », com­mente un ancien jour­nal­iste.

Autre « parte­nar­i­at » récur­rent : Havas, la boîte de com­mu­ni­ca­tion de Vin­cent Bol­loré. « Qua­tre rédac­teurs passés par le titre nous assurent avoir eu entre les mains des mails signés de Havas, avec con­signe d’en faire un arti­cle », rap­porte Street Press. Des méth­odes habituelles et con­fir­mées par toutes les sources, anonymes, du média en ligne.

À not­er que les Unes de Direct Matin sont quo­ti­di­en­nement approu­vées par Vin­cent Bol­loré. « Ned­jar envoie un mail à Bol­loré avec la Une, qui répond “ok” dans la foulée », explique-t-on. Aus­si, « il ne veut aucun nom dans le jour­nal. La seule excep­tion, c’est la brève con­sacrée au saint du jour ! », apprend-t-on.

Arrivé à la tête d’i>Télé, Serge Ned­jar a prévenu les jour­nal­istes : « Je serai l’homme à abat­tre, celui que vous allez détester. » Et pour cause : s’il souhaite rat­trap­er BFMTV, pas ques­tion d’y met­tre les moyens. L’ob­jec­tif suprême est de faire des économies, à com­mencer par le non-renou­velle­ment des CDD et CDU. Ain­si, près de 50 per­son­nes serait men­acées au sein de la chaîne. Faire plus avec moins de moyens, tel sem­ble être la stratégie de celui qui mul­ti­plie les cas­quettes au sein du groupe Bol­loré. Une affaire à suiv­re, sans trop de sus­pens toute­fois…

Voir notre dossier con­sacré à Street Press

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision