Accueil | Actualités | Médias | Ségolène Royal et Isabelle Attard envisagent de se reconvertir… dans le journalisme
Pub­lié le 27 juin 2017 | Éti­quettes : , ,

Ségolène Royal et Isabelle Attard envisagent de se reconvertir… dans le journalisme

Il fut un temps où les politiciens mis au rebut par leurs électeurs ou l'Histoire passaient rapidement le concours d'avocat – voire s'en passaient entre 2012 et 2013 suite à un décret pris pour permettre le recasage express des députés, sénateurs et ministres de la Sarkozie.

Maintenant, certains, ou plutôt certaines se tournent vers le journalisme, ce qui peut inspirer certaines considérations sur la probité des uns et des autres, surtout après que la presse française dans son ensemble ait fait campagne sans aucune retenue, un an durant, pour Macron (voir notre dossier).

Ségolène observatrice

Ainsi Ségolène Royal, qui a rendu le 17 mai les clés de l'Ecologie à Nicolas Hulot, ne sera pas ministre sous Macron. Elle l'a été bien assez, sous Mitterrand, Jospin et Hollande – ce dernier ne craignait pas le mélange des genres en nommant son ex-compagne. Le 18 mai, dans l'émission de France 5 « C à vous », interrogée si elle voulait se reconvertir comme chroniqueuse politique, elle répondait : « Oui, beaucoup. Ah oui. J’observe tout, je vois tout », comme un avertissement sans frais pour Macron.

Daniel et Roselyne sont dans un bateau

Europe 1 rappelle le lendemain que d'autres responsables politiques ont déjà franchi le pas, notamment l'écolo gauchiste Daniel Cohn-Bendit dans la matinale de la station du lundi au vendredi de 7h56 à 7h58, Roselyne Bachelot dans le Grand 8 sur Direct 8 (avec Elisabeth Bost et Audrey Pulvar) de 2012 à 2016, puis depuis août 2016 dans 100% Bachelot, un talkshow sur RMC, avec le journaliste Rémi Barret. Qu'on le comprenne bien, « Roselyne a toujours quelque chose à dire, et n’a pas peur de le faire savoir ». Et pour cela, elle repasse les uns après les autres tous les marronniers et les bonnes causes de la bien-pensance. Sans oublier l'ex-président du Conseil Constitutionnel, ancien ministre de l'Intérieur et haut responsable de l'Etat Jean-Louis Debré, qui, après avoir animé le théâtre politique pendant des années joue depuis octobre 2016 les bateleurs télévisuels sur Paris Première dans l'émission d'animation Conseil d'indiscipline.

Isabelle aussi ?

Ségolène Royal en a inspiré d'autres. Par exemple Isabelle Attard, député sortant de la 5e circonscription du Calvados, battue dès le premier tour bien que seule élue sortante de gauche en France (elle avait été élue sous la bannière d'EELV) à avoir fait l'union des gauches autour d'elle puisqu'elle était soutenue par la France Insoumise, le PCF, EELV et le PS. La circonscription est passée à En Marche via le député Betrand Bouyx, pharmacien, ancien adhérent de l'UDI.

Elle aussi se verrait bien chroniqueuse sur les chaînes d'information, révèle-t-elle à Arrêts sur Images qui l'interroge sur sa présence hypothétique sur BFM-TV : « Je réponds présente ! J’ai été un peu journaliste il y a longtemps. J’ai été pigiste dans la presse écrite et mon père était journaliste radio. C’est un milieu qui m’intéresse ». Elle avait en effet pigé... il y a très longtemps, dans les années 1990 pour la République du Centre lorsqu'elle était étudiante. En politique, comme dans le journalisme, le renouvellement tourne à plein.

Voir aussi : [Dossier] Journalistes et politiques : la proximité jusque dans l’intime

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.