Accueil | Actualités | Médias | Salto, l’alliance française anti-GAFAM
Pub­lié le 21 juin 2018 | Éti­quettes : , , ,

Salto, l’alliance française anti-GAFAM

Un salto, nom ignoré des dictionnaires français, c’est un saut en italien. Et c’est bien un saut que veulent faire, TF1, M6, France Télévisions en essayant d’agréger leurs contenus en ligne.

L’ombre de l’ogre Netflix

Le géant Netflix, arrivé en France en 2014, effraie tout le monde. La chaine américaine des séries comptait déjà plus de cinq cent mille abonnés en France fin 2017 et annonce vouloir dépasser les deux millions fin 2019.

L’offre de Salto

Les deux partenaires privés et l’associé public veulent créer une structure indépendante avec une équipe dédiée. Ils seront à part égale coactionnaires de la nouvelle entité et apporteront 45 M€ au total pour le lancement prévu courant 2019.

Si les tarifs ne sont pas annoncés, on sait déjà qu’un premier accès bon marché permettra l’accès intégral aux émissions des chaines y compris les archives. Un tarif supérieur permettra d’avoir accès à la vidéo à la demande.

Si la nouvelle entité programmera l’intégralité des contenus des actionnaires, les régies publicitaires seront séparées. Ce montage impliquerait que Salto n’ait pas de ressources propres, une fragilité pour la future équipe dirigeante.

Des finances limitées

45 M€ ce n’est pas rien, mais Netflix compte investir un milliard de dollars en 2018 dans de nouvelles séries. La fusion ATT/Time Warner va créer un autre géant. Au Royaume-Uni (où Netflix dépasse les trois millions d’abonnés en 2018), les chaines ITV, Channel Four, BBC s’unissent de la même manière et vont investir plus de 100 millions d’euros dans une offre commune. L’investissement initial de Salto risque de ne faire qu’un petit saut.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux