Accueil | Actualités | Médias | Salto, l’alliance française anti-GAFAM
Pub­lié le 21 juin 2018 | Éti­quettes : , , ,

Salto, l’alliance française anti-GAFAM

Un salto, nom ignoré des dictionnaires français, c’est un saut en italien. Et c’est bien un saut que veulent faire, TF1, M6, France Télévisions en essayant d’agréger leurs contenus en ligne.

L’ombre de l’ogre Netflix

Le géant Netflix, arrivé en France en 2014, effraie tout le monde. La chaine américaine des séries comptait déjà plus de cinq cent mille abonnés en France fin 2017 et annonce vouloir dépasser les deux millions fin 2019.

L’offre de Salto

Les deux partenaires privés et l’associé public veulent créer une structure indépendante avec une équipe dédiée. Ils seront à part égale coactionnaires de la nouvelle entité et apporteront 45 M€ au total pour le lancement prévu courant 2019.

Si les tarifs ne sont pas annoncés, on sait déjà qu’un premier accès bon marché permettra l’accès intégral aux émissions des chaines y compris les archives. Un tarif supérieur permettra d’avoir accès à la vidéo à la demande.

Si la nouvelle entité programmera l’intégralité des contenus des actionnaires, les régies publicitaires seront séparées. Ce montage impliquerait que Salto n’ait pas de ressources propres, une fragilité pour la future équipe dirigeante.

Des finances limitées

45 M€ ce n’est pas rien, mais Netflix compte investir un milliard de dollars en 2018 dans de nouvelles séries. La fusion ATT/Time Warner va créer un autre géant. Au Royaume-Uni (où Netflix dépasse les trois millions d’abonnés en 2018), les chaines ITV, Channel Four, BBC s’unissent de la même manière et vont investir plus de 100 millions d’euros dans une offre commune. L’investissement initial de Salto risque de ne faire qu’un petit saut.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This