Accueil | Actualités | Médias | Radio Classique se diversifie pour contrer le déficit
Pub­lié le 16 septembre 2013 | Éti­quettes : , , , , ,

Radio Classique se diversifie pour contrer le déficit

Étienne Mougeotte a présenté jeudi dernier la rentrée de Radio Classique.

La station privée spécialisée dans la musique classique n’est « pas un robinet à musique », comme l’a souligné son nouveau directeur. Celle-ci, qui appartient au groupe Les Échos et qui vise les CSP+ (80% de l’audimat), garde une place pour l’économie (avec les nombreuses invitations de grands patrons) et la politique, grâce à un partenariat avec LCI autour de l’invité politique de Guillaume Durand. Aussi, de nouvelles émissions comme « Résonances » et « Des idées neuves » vont voir le jour.

Côté philosophie, le philosophe Luc Ferry animera chaque samedi et dimanche à 12h une émission intitulée « Les mots de la philo ». Par ailleurs, la radio continuera sa politique de décentralisation de son antenne en coproduisant des concerts partout en France.

Mais le problème de Radio Classique se situe plutôt du côté du portefeuille : malgré une audience cumulée de 1,134 millions d’auditeurs en 2012 (devant France Musique), la station musicale est déficitaire. 3 millions d’euros de déficit sont attendus cette année. « C'est vrai que Radio Classique perd de l'argent, mais elle a la chance de faire partie d'un grand groupe et il y a des activités où on accepte un certain montant de perte », a néanmoins voulu temporisé François Morel, PDG du groupe Les Échos.

Crédit photo : nicogenin via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This