Accueil | Actualités | Médias | Quand Zemmour critique ouvertement Canal+, son employeur
Pub­lié le 17 mars 2014 | Éti­quettes : , , , ,

Quand Zemmour critique ouvertement Canal+, son employeur

Il y a dix jours, Marine Le Pen annonçait fièrement sur son compte Twitter qu’elle se désabonnait de Canal.

Interrogée par i>Télé, elle confirmait « Ils sont insupportables (…) des bobos horribles, pleins de mépris, de morgue. » Avant d’ajouter que beaucoup, sur la chaîne cryptée, « traitent les électeurs du Front national comme des sous-citoyens, avec violence, avec mépris, avec haine. Je considère que mon rôle de citoyenne, c’est de ne pas donner d’argent à ces gens-là. » Des propos que semble partager Éric Zemmour, pourtant salarié du groupe.

Invité à donner son avis dans « Ça se dispute » sur les déclarations de la présidente du Front National, le chroniqueur a reproché à celle-ci de « découvrir » seulement aujourd’hui qu’il s’agissait d’une « chaîne ontologiquement de bobo ». Pour Zemmour, « elle a été faite par eux, pour eux, et pour mépriser le peuple français ». Et quand Nicolas Domenach, son contradicteur au sein de l’émission, lui demande pourquoi il se rend parfois à Canal, l’écrivain répond : « Pour leur dire ce qu’ils sont. »

Le débat terminé, Léa Salamé, la présentatrice, rappelle « qu'i>Télé appartient au groupe Canal », et donc que Zemmour se trouve « dans l'antre du boboïsme » ! « Je dis ce que je pense », répond-t-il, peu soucieux du fait que le groupe Canal est l’un de ses employeurs…

Gageons que cela ne risque guère d’être suivi de conséquence tant la chaîne ne peut se passer de l’un des seuls journalistes apprécié… et qui fait de l’audimat.

Voir notre portrait d’Éric Zemmour, une certaine idée du journalisme à la française

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux