Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
[Rediffusion] Quand Ouest-France reconnaît « filtrer » l’information

29 décembre 2016

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | [Rediffusion] Quand Ouest-France reconnaît « filtrer » l’information

[Rediffusion] Quand Ouest-France reconnaît « filtrer » l’information

[Red­if­fu­sion — arti­cle pub­lié ini­tiale­ment le 29/09/2016]

Au détour d’un article anodin où il était question de taper sur la « fachosphère », Thierry Richard, journaliste à Ouest-France, a révélé par inadvertance l’existence d’un « filtre » des médias traditionnels, rapporte Le Salon Beige.

Revenant sur La Fachos­phère, le dernier livre de Dominique Alber­ti­ni et David Doucet, le jour­nal­iste estime que grâce à inter­net, « l’ex­trême-droite la plus rad­i­cale, autre­fois mar­ginale, est sor­tie du bois » pour dif­fuser sa « pro­pa­gande au grand jour ». Ain­si, sur la toile, se retrou­vent les « iden­ti­taires, maurassiens, néo­fas­cistes et islam­o­phobes ».

Mais pourquoi sont-ils si présents sur inter­net ? Pour Thier­ry Richard, c’est tout sim­ple­ment parce qu’il s’ag­it pour eux du seul « moyen de con­tourn­er le fil­tre des médias tra­di­tion­nels ». Il exis­terait donc un fil­tre des­tiné à réduire au silence toutes les opin­ions qui ne vont pas dans le sens du vent.

Évidem­ment, ce con­stat n’est pas nou­veau. Mais le lire ain­si sous la plume décon­trac­tée d’un jour­nal­iste appar­tenant à cette même caste des « médias tra­di­tion­nels » est plus que savoureux. Non con­tent de jouir ain­si d’une expo­si­tion médi­a­tique réservée à la parole admise, Thier­ry Richard con­clut son arti­cle en déplo­rant que les ini­tia­tives peinent à voir le jour pour con­tr­er cette parole hon­nie.

Comme si, même enfer­mé à dou­ble tour dans sa cel­lule, on en viendrait à s’in­ter­roger sur la néces­sité de don­ner encore sa nour­ri­t­ure quo­ti­di­enne à un pris­on­nier poli­tique. Nous n’en sommes pas encore là, mais presque.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : première audience le 7 octobre 2020

L’Observatoire du journalisme (OJIM), créé en 2012 par Claude Chollet et quelques amis, rentre dans sa neuvième année d’existence. En 230 portraits publiés, 30 infographies et plus de 4500 articles nous n’avions eu — jusqu’à présent — aucune plainte en justice. À la suite d’un article de 2018 où nous parlions du groupe Lagardère et de manière incidente sur deux lignes du porte-parole du groupe, Monsieur Ramzi Khiroun, ce dernier a porté plainte pour « injures publiques ». La première audience est fixée au 7 octobre 2020 à 13h30. Lire la suite

 

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.