Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Quand les médias deviennent les observateurs bienveillants de « l’invasion de l’Europe »

24 décembre 2020

Temps de lecture : 4 minutes

Accueil | Veille médias | Quand les médias deviennent les observateurs bienveillants de « l’invasion de l’Europe »

Quand les médias deviennent les observateurs bienveillants de « l’invasion de l’Europe »

Accueil | Veille médias | Quand les médias deviennent les observateurs bienveillants de « l’invasion de l’Europe »

Quand les médias deviennent les observateurs bienveillants de « l’invasion de l’Europe »

24 décembre 2020

Pre­mière dif­fu­sion le 25/11/2020

De nombreux pays européens connaissent depuis plusieurs décennies une immigration extra-européenne de plus en plus massive et subie. Comment en est-on arrivé là ? Quelles en sont les conséquences ? L’essai de Jean-Yves Le Gallou et de la fondation Polémia qui vient de paraitre aux éditions Via Romana présente, chiffres à l’appui, la profonde transformation de la population et de la société dans 13 pays d’Europe de l’ouest et du sud. Un ouvrage sans tabous qui met notamment en avant le rôle des médias de grand chemin dans la fabrique du consentement face à l’immigration qui nous est imposée.

Le grand remplacement en Europe

Lors de l’été et de l’automne 2019, le fon­da­tion Polémia a pub­lié sur son site 13 mono­gra­phies de pays européens dans une série inti­t­ulée « Le grand rem­place­ment en Europe ». À en juger son reten­tisse­ment en France et même à l’étranger (Cana­da, Suisse, Bel­gique, etc.), ce sujet répondait à une attente forte des lecteurs. Une attente à trou­ver des mots et surtout des faits à l’appui de cette expéri­ence que Renaud Camus décrit dans son livre « Le grand remplacement » :

« Com­bi­en sommes-nous à éprou­ver quo­ti­di­en­nement le même sen­ti­ment (…) le long des trot­toirs de nos villes, dans les trans­ports en com­mun, dans le métro parisien, face aux images ou à la réal­ité de nos écoles ou de nos uni­ver­sités ? Comme si pen­dant le temps de notre vie, et moins encore, la France était en train de chang­er de peuple ».

Évo­quer le change­ment d’un monde qui nous a été fam­i­li­er ne pose aucun prob­lème quand il s’agit de par­ler des dégâts sur l’environnement. Un philosophe aus­tralien porté au pina­cle par le clergé médi­a­tique, notam­ment par France inter, a même inven­té un mot pour décrire cette impres­sion d’étrangeté : « la solastal­gie ».

Par con­tre, la descrip­tion du change­ment de la com­po­si­tion de la pop­u­la­tion organ­isé par plusieurs gou­verne­ments européens ne béné­fi­cie pas de la même bien­veil­lance, comme s’il s’agissait d’un débat inter­dit. Il était donc indis­pens­able de pass­er en revue ce grand boule­verse­ment qui se déroule en Europe sous nos yeux. C’est ce que la fon­da­tion Polémia a ten­té de faire, avec suc­cès. La série de por­traits de pays pub­liés sur son site en 2019 sert de trame à l’essai qui vient d’être publié.

La fabrique du consentement dans les médias

L’Observatoire du jour­nal­isme a dans plusieurs arti­cles mis en relief l’extrême con­formisme des médias dans l’information sur l’immigration. Un con­formisme qui par­ticipe à la fab­rique du con­sen­te­ment de l’opinion publique en la matière.

Ain­si, en novem­bre 2016, nous soulignions que lors de ladite « crise des migrants » en 2015, les radios France Inter et France cul­ture avaient traité l’afflux de migrants sous un angle qua­si exclu­sive­ment human­i­taire. Nous con­sta­tions que la ques­tion sur les ondes publiques n’est jamais : faut-il accueil­lir des migrants ? Ou bien, com­ment frein­er l’afflux de migrants ? Au con­traire, une seule ques­tion reve­nait — et revient tou­jours — en boucle : com­ment accueil­lir plus de migrants et mieux ?

La présen­ta­tion dans l’essai de l’immigration en Espagne fait ressor­tir que, comme nous le rele­vions en août 2018, à la fron­tière his­pano-maro­caine à Ceu­ta, les vio­lences des migrants pour forcer les bar­rages sont décrites en mode light dans les médias français. En jan­vi­er 2019, nous soulignions que la présen­ta­tion de l’Espagne comme d’un pays qui aurait selon Libéra­tion «  sauvé l’honneur de l’Europe » était une nou­velle entre­prise de cul­pa­bil­i­sa­tion des Français, bien loin de la réal­ité des deman­deurs d’asile dans ce pays.

La mono­gra­phie con­sacrée aux Pays-Bas soulève la ques­tion de la chape de plomb du poli­tique­ment cor­rect et de la soumis­sion aveu­gle d’une par­tie de la classe dirigeante au mul­ti­cul­tur­al­isme et à l’immigration de masse et à ses avatars. Ain­si, la rédac­tion d’un jour­nal batave a été empêchée en mai 2019 par les autorités locales de révéler l’installation prochaine de migrants dans la com­mune d’Apeldoorn. Ce qui a provo­qué la démis­sion col­lec­tive de ses rédac­teurs. L’immigration mas­sive, oui, mais pas de bruit svp.
Si par­fois cer­tains jour­nal­istes tien­nent tête, on pour­rait mul­ti­pli­er les exem­ples du rôle des médias et des autorités vis-à-vis des médias dans la fab­rique du con­sen­te­ment à l’immigration de masse.

En 1963, le soci­o­logue Howard S. Beck­er a dévelop­pé dans le livre « Out­siders » le con­cept d’« entre­pre­neur de morale » qui peut trou­ver une réson­nance dans le débat actuel. Il donne un éclairage rétro­spec­tif sur la présen­ta­tion par cer­tains médias du phénomène migratoire.
Pour par­venir à leurs fins, les entre­pre­neurs de morale mènent une « croisade morale », des­tinée à gag­n­er l’opinion publique et éventuelle­ment faire chang­er la lég­is­la­tion. Dans le cas présent, cette « croisade » prend la forme d’informations allant toutes dans le même sens, afin de faire retourn­er l’opinion publique. Si celle-ci est, mal­gré tout, restée réservée face à ces injonc­tions en France comme ailleurs, cette offen­sive a porté ses fruits auprès des gou­ver­nants, à voir les flux tou­jours plus con­sid­érables qui arrivent dans notre pays et les moyens qui y sont dédiés.

La lec­ture du livre de l’équipe de Polemia met en lumière une poli­tique de peu­ple­ment, en France comme dans douze autres pays européens, à bas bruit médi­a­tique et sans débat pub­lic. Il con­tient aus­si des motifs d’espérer. Heureuse­ment, serait-on ten­té de dire.

« L’invasion de l’Europe, les chiffres du grand rem­place­ment » est disponible par cor­re­spon­dance, auprès de l’éditeur Via Romana ou auprès de la Nou­velle Librairie.

« L’invasion de l’Europe, les chiffres du grand rem­place­ment ». Jean-Yves Le Gal­lou et Polemia. Édi­tions Via Romana. 2020, 212p, 20 €

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés