Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil des migrants : intox et infox , sur « l’Espagne qui a sauvé l’honneur de l’Europe »

29 janvier 2019

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Accueil des migrants : intox et infox , sur « l’Espagne qui a sauvé l’honneur de l’Europe »

Accueil des migrants : intox et infox , sur « l’Espagne qui a sauvé l’honneur de l’Europe »

Durant l’été 2018, les médias nous ont tenu en haleine lorsque des bateaux d’ONG avec à leur bord des migrants africains étaient à la recherche d’un port européen pour accoster. Le gouvernement italien a en effet mis un terme au pont maritime organisé par ces associations entre la Libye et l’Italie. Heureusement, pour de nombreux médias, « l’Espagne a sauvé l’honneur de l’Europe » en accueillant des bateaux des ONG. Depuis que ces louanges ont été déclamées, quelques événements viennent en tempérer l’enthousiasme. Des événements curieusement passés sous silence dans les médias français.

Côté pile : l’honneur sauvé de l’Europe

Le 11 juin, selon L’Hu­man­ité, « seule l’Espagne a sauvé l’honneur : en annonçant sa volon­té d’offrir un point de chute aux 629 migrants (de l’Aquarius NDLR) con­damnés à l’errance ».

Le 12 juin, Libéra­tion est à l’unisson : « c’est finale­ment le nou­veau gou­verne­ment social­iste espag­nol qui a sauvé l’honneur ».

Le 19 juin, dans L’Express, le jour­nal­iste qui inter­viewe Bernard Kouch­n­er affirme : « Les Espag­nols ont finale­ment accueil­li les pas­sagers de l’Aquar­ius. Ils ont, in extrem­is, sauvé l’hon­neur de l’Eu­rope ! »

Des élé­ments de lan­gage qui sont aus­si repris dans Le Figaro par Anne Hidal­go le 29 juin : « La maire social­iste de Paris Anne Hidal­go, qui rece­vait aujour­d’hui le Pre­mier min­istre espag­nol Pedro Sanchez à l’Hô­tel de Ville, a estimé qu’il avait “sauvé l’hon­neur de l’Eu­rope” en rece­vant l’Aquar­ius, le bateau human­i­taire chargé de migrants ».

Le 14 août, Le Pro­grès et Le Dauphiné don­nent la parole à l’ancien min­istre com­mu­niste, Claude Gayssot, qui rap­pelle que « la dernière fois, il a fal­lu atten­dre des jours pour que l’Es­pagne sauve l’hon­neur de l’Eu­rope ».

Médi­a­part estime le 7 sep­tem­bre 2018 que « le chef du gou­verne­ment espag­nol Pedro Sánchez avait en quelque sorte sauvé l’honneur de l’Europe en accueil­lant dans le port de Valence l’Aquarius et les 629 migrants à son bord ».

Côté face : l’Espagne pays de transit et non de destination des migrants

Face à un tel con­cert de louanges, l’affaire sem­blerait enten­due. Néan­moins, en recoupant cer­taines infor­ma­tions, « l’honneur sauvé » de l’Europe par l’Espagne n’est pas aus­si idyllique qu’il n’y parait. Après l’accostage des bateaux des ONG, l’Espagne se mon­tre-t-elle clé­mente vis-à-vis des deman­deurs d’asile ?

L’Express nous informe le 31 octo­bre que « tous n’ont qu’un objec­tif, rejoin­dre la France ». « Parce qu’il est plus dif­fi­cile de tra­vailler dans la pénin­sule ibérique, où le taux de chô­mage reste de 15 %. Parce qu’en­fin ceux qui envis­agent de deman­der l’asile ont intérêt à effectuer les démarch­es en France, où 40 575 pro­tec­tions ont été accordées en 2017, plutôt qu’en Espagne (4 700 statuts délivrés) ». Le quo­ti­di­en El Diario nous apporte quelques infor­ma­tions sup­plé­men­taires à ce sujet : en Espagne, les délais de traite­ment sont longs, les crédits insuff­isants et les obsta­cles à l’accès à l’asile nom­breux, selon la Com­mis­sion espag­nole d’aide aux réfugiés.

Les navettes sem­blent aller bon train entre l’Espagne et le France :

Le 22 octo­bre, Le Figaro nous apprend que selon un polici­er français, les per­son­nes que son équipe vient d’interpeller à la fron­tière fran­co-espag­nole sont mali­ennes, guinéennes et maro­caines. « Les asso­ci­at­ifs côté espag­nol font miroi­ter aux migrants que la France va les accueil­lir. Ils leur don­nent 70 euros, et un bil­let de train ».

Le 26 août, le quo­ti­di­en anglais The Dai­ly Tel­graph con­sacre un arti­cle sur « l’Espagne (qui est) accusée de pouss­er les migrants vers le nord ».

Le 13 jan­vi­er 2019, le quo­ti­di­en alle­mand Die Welt développe ces infor­ma­tions : « le gou­verne­ment (espag­nol NDLR) s’affranchit des règles sur lesquelles l’Europe s’est mise d’accord. Car, dans les bus (affrétés pour trans­porter les migrants du sud vers le nord de l’Espagne, NDLR), se trou­vent des douzaines de per­son­nes qui ont atteint peu de jours aupar­a­vant le con­ti­nent européen. C’est l’Espagne qui serait com­pé­tente pour les procé­dures d’asile. Mais, en cette soirée du 5 jan­vi­er, l’un des deux bus fait le tra­jet de l’Andalousie à Barcelone, l’autre va à Bil­bao. Ces deux villes sont situées au nord du pays, la France est toute proche. L’Allemagne n’est qu’un peu plus loin. (…). L’État encour­age les migrants à quit­ter la pénin­sule ibérique pour aller vers le nord. (…). D’où les bus, payés par le gou­verne­ment, comme Madrid l’a con­fir­mé en réponse à notre demande ». (Tra­duc­tion Fdes­ouche).

Quelques jours plus tard, le jour­nal alle­mand fait état du débat poli­tique sus­cité en Alle­magne par ces pra­tiques con­tro­ver­sées.

A ce jour, pas un mot dans les médias français sur ce sujet. On attend avec impa­tience que les nom­breuses rubriques de véri­fi­ca­tion de faits (Check­news de Libéra­tion, Factuel de l’AFP, Decodex (financé par Google) du Monde, etc.) s’en empar­ent et tem­pèrent la théorie de « l’honneur sauvé de l’Europe » par l’Espagne. On risque d’attendre longtemps.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.