Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Quand le « Petit Journal »  joue avec les faits

7 mai 2015

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Quand le « Petit Journal » joue avec les faits

Quand le « Petit Journal » joue avec les faits

Depuis les incidents en marge du défilé du premier mai du FN on attendait les preuves, les communiqués faisant état d’un « violent passage à tabac » avec plainte devant la justice. Bilan : une grosse bousculade, quelques coups, des « courbatures »… des remises en question oubliées et des faits eux aussi bousculés.

Dans son édi­tion de lun­di, le « Petit Jour­nal » est revenu sur les molesta­tions subies par ses équipes lors du rassem­ble­ment du 1er mai, organ­isé par le Front Nation­al. Dimanche déjà, BFMTV avait dif­fusé des images mon­trant Bruno Goll­nish, député européen, agacé, se saisir d’une perche son à l’aide d’un para­pluie et frap­per la caméra des jour­nal­istes de Canal avec celui-ci.

Déjà les images avaient fait le tour des médias, qui évo­quaient en chœur une « agres­sion » d’une vio­lence inouïe. Invité sur France Inter lun­di matin, Yann Barthès lâche : « Ils vont beau­coup mieux. Ils ont eu des cour­ba­tures dimanche mais ça va mieux. »

Des cour­ba­tures ? Un peu léger pour un lyn­chage… Quoi qu’il en soit, le présen­ta­teur de l’émis­sion phare du médi­a­tique­ment cor­rect est allé plus loin, pré­cisant que « c’est la pre­mière fois qu’on est agressés à ce point », et que ce genre de choses n’ar­rivaient qu’avec le FN.

Ah ? En jan­vi­er dernier, les équipes du « Petit Jour­nal » n’avaient-elles pas déjà subi agres­sions ver­bales, claques, coups de poings, de pied et jet de canettes lors du « Jour de colère » ? N’ont-elles pas été égale­ment mal­menées par les Bon­nets Rouges ? Et par le ser­vice d’ordre du Front de Gauche ? Ou encore lors des man­i­fes­ta­tions d’op­po­si­tion au mariage dit pour tous ? Même lors de la cou­ver­ture de la man­i­fes­ta­tion « Mis­tral Gagnons » (pour s’opposer à la sus­pen­sion de la livrai­son d’un navire Mis­tral à la Russie), en sep­tem­bre, les jour­nal­istes de l’émis­sion avaient dû quit­ter les lieux face à l’hos­til­ité de la foule.

Mais le « Petit Jour­nal » n’al­lait pas pass­er à côté d’une nou­velle vic­tim­i­sa­tion. Ce lun­di donc, Yann Barthès a ain­si débuté la présen­ta­tion de son émis­sion le vis­age maquil­lé de sang et de coquards. Après avoir com­plaisam­ment invité les trois Femen qui avaient per­tur­bé la man­i­fes­ta­tion (dont Sarah Con­stan­tin, jour­nal­iste de France 24), les images tant atten­dues sont arrivées.

Sur celles-ci, out­re l’ accrochage avec Bruno Goll­nish, ont peut effec­tive­ment voir que lors de leur exfil­tra­tion, les jour­nal­istes de l’émis­sion ont été mal­menés par la foule. Bous­cu­lade, coups dans le dos et insultes sont bien vis­i­bles. Mais de là à par­ler de « tabas­sage » comme le fait Yann Barthès

D’ailleurs, le présen­ta­teur man­quait, sem­ble-t-il, telle­ment d’im­ages « vio­lentes » qu’il a util­isé le même extrait pour présen­ter deux « vic­times » dif­férentes, Paul Lar­routur­ou et Clé­ment Brelet, comme le mon­trent les cap­tures d’écran ci-dessous :

Quand le « Petit Journal »  joue avec les faits

Quand le « Petit Journal »  joue avec les faitsCela n’a pas empêché cer­tains médias d’en remet­tre une couche. Ain­si, L’Obs titre-t-il : « Yann Barthès, vis­age meur­tri, exhibe la face vio­lente du FN », quand Télé Loisirs évoque « les images (choquantes) de l’a­gres­sion ».

Quant au dis­cours de vierge effarouchée de l’an­i­ma­teur, feignant de ne pas com­pren­dre ce qu’est un « micro direc­tion­nel » sus­cep­ti­ble d’en­ten­dre les chu­chote­ments, il est tout sim­ple­ment mal­hon­nête lorsqu’on sait que ses équipes se sont faites une spé­cial­ité dans l’é­coute des con­ver­sa­tions privées et le har­cèle­ment, comme en févri­er 2014 avec Béa­trice Bourges.

Par ailleurs un témoin visuel interrogé par l’Ojim nous a précisé qu’il y avait eu deux incidents et non pas un :

La perche micro de Canal essayant de capter les con­ver­sa­tions de Bruno Goll­nish celui ci a demandé (avec véhé­mence) que cela cesse tout en assur­ant être dis­posé à don­ner un entre­tien au Petit Jour­nal alors que celui avait vu son accrédi­ta­tion refusée. Le calme revient.

Quelques min­utes plus tard et mal­gré cette promesse la perche micro con­tin­ue son jeu de récupéra­tion à dis­tance des dis­cus­sions. Bruno Goll­nish s’empare de la perche et un peu plus tard les jour­nal­istes sont bous­culés par des mil­i­tants.

Mal­gré son air fausse­ment éton­né, Yann Barthès ne peut pas ignor­er que son émis­sion est dev­enue le sym­bole d’une cer­taine presse vide d’in­térêt et aux méth­odes intru­sives insup­port­a­bles. Du Front de Gauche au FN en pas­sant par les Bon­nets rouges, le « Petit Jour­nal » n’est plus le bien­venu.

Des mots que l’on a retrou­vé dans la bouche de Bruno Goll­nish d’ailleurs, qui pour jus­ti­fi­er son action a déclaré sur BFMTV : « Ce sont des gens qui utilisent des moyens que la déon­tolo­gie la plus élé­men­taire, la morale, la loi, les recom­man­da­tions du Con­seil de l’audiovisuel réprou­vent […]. J’ai sup­porté ça pen­dant un quart d’heure, une demi-heure, 20 min­utes. Et après, avec le para­pluie d’un de mes col­lègues, j’ai croché le micro et j’ai cassé le micro. »

Un con­stat qui n’empêche pas la direc­tion de l’émis­sion de con­tin­uer à envoy­er au casse-pipe des jeunes jour­nal­istes, des « goss­es » comme on a pu l’en­ten­dre le 1er mai dans la foule, facile­ment repérables grâce à leur micro rouge et lais­sés à la mer­ci de la vin­dicte crois­sante.

De là à penser que, chez Canal +, on n’at­tend que ça, il n’y a qu’un pas… Lun­di, le « Petit Jour­nal » a réal­isé un record d’au­di­ence avec près de 2 mil­lions de téléspec­ta­teurs, soit 7,6 % de part d’au­di­ence.

C’est sans doute ce qu’a voulu faire com­pren­dre Flo­ri­an Philip­pot, invité de « C à vous » sur France 5 mar­di soir. « Je con­damne toute vio­lence par principe mais il se trou­ve que Le Petit jour­nal est dans une stratégie de provo­ca­tion per­ma­nente. Ils cherchent l’in­ci­dent. Je les ai subis pen­dant tout le défilé, j’avais un micro col­lé à dix cen­timètres de moi alors que je leur dis­ais que je ne voulais pas leur par­ler », a expliqué le vice-prési­dent du FN.

Con­cer­nant le geste de Bruno Goll­nish, « cela fai­sait une demi-heure que Bruno Goll­nisch demandait au Petit jour­nal d’ar­rêter de les enreg­istr­er », a‑t-il rap­porté avant d’a­jouter : « La fois précé­dente au par­lement européen, ils avaient cap­té illé­gale­ment une con­ver­sa­tion privée de Bruno Goll­nisch et l’avaient retran­scrite à l’an­tenne. C’est totale­ment illé­gal. »

La seule ques­tion à se pos­er désor­mais, c’est de savoir jusqu’où va aller le « Petit Jour­nal » dans ses méth­odes de course à l’audience par la provo­ca­tion per­ma­nente et quelles en seront les con­séquences…

Voir notre dossier : « Le Grand Journal, ou Goebbels à Beverly Hills ». Voir notre portrait (2013, actualisation en cours) de Yann Barthès « Icône bobo de l’infotainment »

Crédit pho­to : mon­tage Ojim (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).