Accueil | Actualités | Médias | Béatrice Bourges poursuit le « Petit Journal » pour harcèlement
Pub­lié le 4 février 2014 | Éti­quettes : , ,

Béatrice Bourges poursuit le « Petit Journal » pour harcèlement

Alors qu’elle entamait ce lundi son 10ème jour de grève de la faim, Béatrice Bourges « ne lâche rien » et poursuit sa demande de procédure de destitution du président Hollande.

Place Édouard Herriot, la porte-parole du Printemps français reçoit de nombreux soutiens et de nombreuses visites, pas toujours bienvenues comme celle du « Petit journal » de Canal+. Samedi 1er février, elle avait tenu une conférence de presse sur son lieu de jeûne, conférence qu’elle n’a pas souhaité tenir devant l’équipe du « quenellier » Yann Barthès, les qualifiant de « faux journalistes ». Celle-ci a alors invité les gens l'entourant à ne pas « ouvrir la bouche devant le Petit Journal ».

Présente le lendemain au Champ de Mars, Béatrice Bourges a fait part à l’Agence Info Libre que les équipes du « Petit Journal » avaient reçu, la veille, un PV pour « harcèlement » de la part de policiers. Celle-ci a également confié qu’elle allait « porter plainte pour harcèlement sur personne vulnérable » et a lancé à Yann Barthès : « On ne peut pas tout se permettre. »

À propos de l’équipe qui la suit continuellement, Mme Bourges a déclaré : « Je leur ai demandé leur carte de presse, qu'ils n'ont pas pu me présenter car ils ne sont pas journalistes. » Et de conclure en affirmant que Yann Barthès était « définitivement blacklisté » car « il n'est pas un journaliste ».

Voir également notre portrait de Yann Barthès, icône bobo de l’infotainment, et notre dernier article : Les agressions contre le « Petit Journal » se généralisent

Crédit photo : ctruongngoc via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This