Accueil | Actualités | Médias | Pourquoi Safa s’offre Valeurs actuelles
Pub­lié le 24 avril 2015 | Éti­quettes : , , , ,

Pourquoi Safa s’offre Valeurs actuelles

Iskandar Safa, propriétaire notamment des Constructions mécaniques de Normandie (CMM) a l'intention de faire de Valeurs Actuelles (Valmonde), en cours de rachat, le porte-drapeau de la droite à deux ans de l'élection présidentielle de 2017.

À partir de la rentrée de septembre (la vente sera effective courant juin), le milliardaire franco-libanais compte ainsi investir lourdement dans l'hebdomadaire pour le hisser au niveau des autres newsmagazines, Le Point, L'Express, Le Nouvel obs, et, dans une moindre mesure, Marianne. Pour ce faire, il s'est à nouveau entouré de deux professionnels reconnus des médias, Étienne Mougeotte et Charles Villeneuve. Ils sont devenus actionnaires de la société Priminvest médias, filiale du groupe Priminvest, détenu par Iskandar Safa. Le premier, directeur de Radio classique, a été vice-président de TF1 avant de devenir directeur de la rédaction du quotidien Le Figaro (voir son portrait). Le second est lui aussi un ancien de la chaîne de Martin Bouygues. Outre leurs compétences, l'un et l'autre disposent d'épais carnets d'adresses dont Safa compte bien faire profiter à sa future acquisition.

Avec moins de réussite, il s'était déjà associé avec eux dans l'offre de reprise du groupe Nice-Matin, formulée à la rentrée de septembre 2014. Le tribunal de commerce de Nice lui avait préférée celle des salariés, réunis au sein d'une Société coopérative d'intérêt collectif. Grâce à l'entremise de Mougeotte et Villeneuve, il a pu cette fois transformer son souhait en réalité en moins de trois semaines. Le duo disposait de fait d'un solide allié dans la place : Jean-Claude Dassier. Administrateur de Valmonde, le sexagénaire est un proche de Mougeotte et de Villeneuve, qu'il a côtoyés à TF1. Dassier a terminé sa carrière sur la chaîne en 2009 comme directeur adjoint des programmes.

Désormais, Safa tient sa revanche après l'échec de Nice-Matin. Reste à savoir si la ligne offensive de l'hebdomadaire sera maintenue. Cette dernière, en sortant des sentiers battus empruntés par les autres newsmagazines, lui a permis de faire exploser ses ventes depuis 2012. Sous la houlette de son directeur, Yves de Kerdrel, la diffusion de Valeurs actuelles a encore progressé de 16% en 2014. Le titre a dépassé 110 000 exemplaires, dont près d'un quart des ventes réalisées en kiosques. Connus pour leurs idées de droite, mais aussi leur proximité de l'UMP, Mougeotte et Villeneuve, qui a annoncé leur souhait de maintenir Kerdrel à la tête du journal, pourraient être tentés d'arrondir les angles.

Crédit photo : DR

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux