Accueil | Actualités | Médias | Pour Cohen, Schneidermann doit « changer de métier »
Pub­lié le 21 mars 2013 | Éti­quettes : , , ,

Pour Cohen, Schneidermann doit « changer de métier »

La semaine dernière, Patrick Cohen faisait la leçon à Frédéric Taddeï sur le plateau de « C à vous » sur France 5, lui reprochant d’inviter des « cerveaux malades ». Ce lundi, Daniel Schneidermann, patron du site @rrêt sur images, publiait une tribune dans Libération, dénonçant la « liste noire de Patrick Cohen » et considérant cela comme une « faute professionnelle ».

Interrogé par l’AFP, le journaliste de France Inter a trouvé « hallucinant que l'on considère que c'est une faute professionnelle de ne pas recevoir Dieudonné ». Et celui-ci de poursuivre : « Si le nouveau critère de la déontologie façon Schneidermann, c'est recevons tout le monde même les plus marginaux, les plus délirants, les plus condamnables --y compris du point de vue de la loi, puisque Dieudonné a été plusieurs fois condamné-- pour avoir une forme de crédibilité dans le pluralisme des idées et des expressions, alors je pense qu'il faut changer de métier. »

« On ne doit pas forcément donner libre cours au n'importe quoi et aux rumeurs les plus folles », a-t-il ajouté avant de conclure : « Je ne veux pas donner de leçons. Je parle pour ma propre antenne. Je ne dis pas qu'il faut supprimer l'émission de Taddeï ou qu'il faut censurer ses plateaux. Chacun juge et chacun fait comme il veut. »

Le débat bat son plein entre les défenseurs de la liberté d’expression et les père-la-morale s’érigeant en gardiens autoproclamés de la République en danger…

Crédit photo : Le Figaro / le.buzz.media

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux