Accueil | Actualités | Médias | Pour Cohen, Schneidermann doit « changer de métier »
Pub­lié le 21 mars 2013 | Éti­quettes : , , ,

Pour Cohen, Schneidermann doit « changer de métier »

La semaine dernière, Patrick Cohen faisait la leçon à Frédéric Taddeï sur le plateau de « C à vous » sur France 5, lui reprochant d’inviter des « cerveaux malades ». Ce lundi, Daniel Schneidermann, patron du site @rrêt sur images, publiait une tribune dans Libération, dénonçant la « liste noire de Patrick Cohen » et considérant cela comme une « faute professionnelle ».

Interrogé par l’AFP, le journaliste de France Inter a trouvé « hallucinant que l'on considère que c'est une faute professionnelle de ne pas recevoir Dieudonné ». Et celui-ci de poursuivre : « Si le nouveau critère de la déontologie façon Schneidermann, c'est recevons tout le monde même les plus marginaux, les plus délirants, les plus condamnables --y compris du point de vue de la loi, puisque Dieudonné a été plusieurs fois condamné-- pour avoir une forme de crédibilité dans le pluralisme des idées et des expressions, alors je pense qu'il faut changer de métier. »

« On ne doit pas forcément donner libre cours au n'importe quoi et aux rumeurs les plus folles », a-t-il ajouté avant de conclure : « Je ne veux pas donner de leçons. Je parle pour ma propre antenne. Je ne dis pas qu'il faut supprimer l'émission de Taddeï ou qu'il faut censurer ses plateaux. Chacun juge et chacun fait comme il veut. »

Le débat bat son plein entre les défenseurs de la liberté d’expression et les père-la-morale s’érigeant en gardiens autoproclamés de la République en danger…

Crédit photo : Le Figaro / le.buzz.media

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This