Accueil | Actualités | Médias | Portrait : Thomas Sotto [rediffusion]
Pub­lié le 24 août 2015 | Éti­quettes :

Portrait : Thomas Sotto [rediffusion]

Thomas Sotto,
la force tranquille

Dans le florilège des journalistes animant les débats du matin, Thomas Sotto sort du lot. Fini les journalistes qui haussent la voix pour se faire entendre ; au placard les questions distribuées à l’avance. Par son calme, sa courtoisie et son style bien à lui, Thomas Sotto tranche avec ses confrères. Le « Gilles Bouleau de la radio », comme il est parfois surnommé, est d’une certaine manière l’opposé du journalisme façon Jean-Jacques Bourdin vociférant et coupant sans cesse la parole à son invité.

Thomas Sotto est né en juillet 1973 à Paris d’une mère infirmière dans l’Éducation Nationale et d’un père commerçant. Journaliste et animateur de télévision et radio, il présente actuellement « la matinale » sur Europe 1.

Formation

Thomas Sotto a été scolarisé au lycée Claude-Bernard dans le 16e arrondissement de Paris. Il décroche son Bac D (S-SVT) avec un an d’avance et rentre à l’Université Panthéon-Assas à Paris. Il y obtient une licence de droit et une maitrise en sciences politiques avant de s’orienter vers le journalisme en intégrant l’Institut Français de Presse (IFP) d’où il sortira diplômé en 1995 à l’âge de 22 ans.

Parcours professionnel

1995

Thomas Sotto débute sa carrière comme reporter sur les ondes de la radio RMC.

1999

Il rejoint Canal J, une chaîne pour la jeunesse, où il présentera le « JTJ » (Journal Télévisé des Jeunes) diffusé tous les soirs de la semaine à 19H50 en alternance avec Elizabeth Tchoungui.

2000

Thomas Sotto subit un grave accident de moto lui sectionnant les nerfs et paralysant son bras gauche. Il quitte alors le « JTJ » de Canal J (qui sera par ailleurs supprimé quelques mois plus tard). Mais il reprend rapidement du service sur les écrans en effectuant notamment un passage sur la chaîne Série Club avant d’intégrer France 3 Limousin-Poitou-Charentes.

2001

Il anime avec une de ses amies (Peggy Olmi) l’émission « A toi l’actu@ ! » sur la chaîne France 3. Une émission diffusée du lundi au vendredi à 17h30, qui se présente sous la forme de journal télévisé pour les jeunes de 6 à 12 ans (même si les audiences montreront que ce sont davantage les 12-15ans qui suivaient ce journal). Une émission en direct se déroulant dans un décor virtuel, qui décrypte l’actualité en une quinzaine de minutes. « A toi l’actu@ ! » sera remplacée en septembre 2002 par « Mon Kanar », un autre journal télévisé pour enfants. Dans le même temps Thomas Sotto officie également sur TV Breizh comme présentateur.

2005

Il participe au lancement de la chaîne Direct 8 sur la TNT. Sur cette même chaîne, il présentera « la matinale » avant de quitter Direct 8 pour BFMTV. Cette même année, il participe en effet également au lancement de la chaîne d’informations en continu sur laquelle il présente notamment les informations sportives.

2006

Il présente « BFM Soir » sur BFMTV, le samedi et le dimanche de 18h à 21h, en compagnie de Céline Couratin, Gaëlle Copienne, Valérie Béranger, Maxime Cogny et Simon Rodier. Lorsqu’il ne présente pas « BFM Soir », Thomas Sotto effectue des reportages pour la chaîne. Cette même année, il est en effet l’envoyé spécial de la chaîne au Liban où il couvre les attaques israéliennes. Pour la première fois Thomas Sotto se rend sur une zone de guerre.

2007

Il devient le présentateur du « QG de l’info » sur BFMTV.

2008

Thomas Sotto présente et anime l’émission « Partageons nos idées » sur BFMTV. Une émission permettant aux internautes d’interagir en direct avec les invités de la chaine à l’aide de leurs webcams.

2011

Thomas Sotto, à l'époque de Capital © photo : M6

Thomas Sotto, à l'époque de Capital © photo : M6

Il quitte BFMTV pour rejoindre M6 et succéder à Guy Lagache dans la présentation de l’émission économique phare de la chaîne, « Capital » (et « Capital Terre »). Thomas Sotto dirige alors pour la première fois une émission diffusée à des heures de grande écoute. Il parviendra à maintenir la même audience que ses prédécesseurs.

2012

À l’occasion d’un numéro de « Capital » consacré à un hypothétique retour au franc, Marine Le Pen, invitée de Thomas Sotto, s’agace des questions du journaliste qu’elle qualifie de « pénible ». Une année durant laquelle Thomas Sotto recevra sur son plateau les candidats à la présidentielle, dont François Hollande.

2013

Thomas Sotto succède à Bruce Toussaint sur Europe 1 pour présenter « la matinale ». Il restera également aux commandes du magazine « Capital » sur M6.

Cette même année Jean-Jacques Bourdin se félicite ironiquement que ses slogans « inspirent certains, comme Jean-Michel Apathie sur Canal avec "Les yeux dans les yeux", ou Thomas Sotto sur Europe 1 avec “tout savoir, tout comprendre”. Je suis heureux qu’ils reprennent mes idées, ce doit être la rançon du succès ». Une réflexion que les intéressés prendront sur le ton de l’humour : « C’est une évidence, avant Jean-Jacques Bourdin le journalisme n’existait pas… ».

Un an après l’élection de François Hollande à la présidence de la République, ce dernier revient sur le plateau de « Capital » en compagnie de Thomas Sotto sur le thème « La France en panne : comment faire sauter les verrous ? »

2014

Thomas Sotto quitte M6 et l’émission « Capital » pour se consacrer uniquement à « la matinale » d’Europe 1. Il sera remplacé sur M6 par François-Xavier Ménage qui vient lui aussi de BFMTV.

Cette même année, Thomas Sotto reçoit Bernard Tapie et revient à cette occasion sur l'affaire de l'arbitrage du Crédit Lyonnais et au rôle joué par Claude Guéant et Nicolas Sarkozy dans cette affaire. Un sujet qui n’est pas du goût de l’homme d’affaires qui achève l’interview en quittant brutalement l’émission et même tapotant la tête de Thomas Sotto pour lui signifier son ras-le-bol…

À la suite de cette séquence, le journaliste Bruno Roger-Petit écrira : « À la fin d'une interview appelée à devenir légendaire, le propriétaire du groupe de presse "La Provence", après avoir évoqué les "journalistes véreux", a quitté le studio de la rue François Ier, excédé par les questions précises et incisives de celui qui présente la tranche du matin de la station […] jouant de l'intimidation physique, tapant sur l'épaule, puis deux fois sur la tête de Thomas Sotto, chaque fois plus violemment, façon Tony Soprano des médias. »

Quelques jours auparavant c’est l’acteur de cinéma Gérard Depardieu qui s’emportait face au journaliste évoquant ses différentes nationalités et ses liens avec Vladimir Poutine. Une interview téléphonique à l’issue de laquelle l’acteur avait fini par lancer : « tu veux que je vienne à Europe 1 ? Tu veux que je t’allume ? »

En septembre de la même année, Thomas Sotto évoque la loi Alur sur l’accès au logement (aussi appelée loi Duflot) sur les ondes d’Europe 1. À cette occasion, il se fait reprendre sur le réseau social Twitter par l’ancienne ministre « Dites Thomas Sotto, faut pas dire des bêtises : la loi Alur ne fait pas augmenter les loyers bas ! […] Ce n'est pas du journalisme que de reprendre des a priori infondés comme paroles d'évangile ! »

Lire la suite : ojim.fr/portraits/thomas-sotto/

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux