Accueil | Actualités | Médias | FN/Antisémitisme : Quand Europe 1 parle à la place de Badinter
Pub­lié le 29 mai 2014 | Éti­quettes : ,

FN/Antisémitisme : Quand Europe 1 parle à la place de Badinter

Malgré tous ses efforts pour tirer les vers du nez à Robert Badinter, Europe 1 n'est pas parvenu à lui faire dire que le FN était le responsable de la montée de l'antisémitisme.

Interrogé à l'antenne par Thomas Sotto, l'ancien garde des Sceaux, a constaté que « nous assistons à une renaissance de l’antisémitisme » face à laquelle il en appelle à « l’éducation, l’école, ne rien laisser passer, ne rien tolérer dans les classes dans lesquelles on refuse d’écouter l’enseignement de la Shoah ». « La République ne peut admettre le racisme, la République ne peut pas supporter l’antisémitisme, c’est aussi clair que cela », a-t-il déclaré, précisant qu'il en allait de « l'âme de la France ».

Mais un tel discours n’était pas assez évocateur pour Thomas Sotto, qui attendait surtout de M. Badinter qu'il montre du doigt « l'extrême-droite ». Las, malgré plusieurs perches tendues, rien n'y fit. Pour Badinter, « ce sont les valeurs de la République qui sont en question, pas tel ou tel discours politique ».

Restant sur sa faim, la stations'est alors contentée de pondre cet article sur son site : « Au-delà de la percée de plusieurs partis d’extrême-droite aux élections européennes dimanche soir, dont le FN en France, pour Robert Badinter, "nous assistons à une renaissance de l’antisémitisme." » Une belle manière de lier les deux phénomènes alors même que l'invité s'y refuse. Bref, une belle manipulation, ni plus, ni moins.


Badinter : "Cet acte de terrorisme s'inscrit... par Europe1fr

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux