Accueil | Actualités | Médias | Depardieu à Thomas Sotto : « Tu veux que je t’allume ? »
Pub­lié le 20 mai 2014 | Éti­quettes : ,

Depardieu à Thomas Sotto : « Tu veux que je t’allume ? »

Gérard Depardieu n'aime pas qu'on le taquine avec son départ vers la Russie et sa proximité avec Vladimir Poutine, et il le fait savoir !

Interrogé sur Europe 1 ce lundi 19 mai, l'acteur s'est vite agacé des questions qui lui était posées par Thomas Sotto, bien caractéristiques d'une certain russophobie dominante dans les médias hexagonaux.. À propos de la Coupe du Monde, l'animateur a tout d'abord voulu savoir quelle équipe Depardieu allait soutenir. Pas de chance pour le scoop, l'acteur n'a pas cité la Russie : « Qu'est-ce que tu veux que je te dise ? La Russie ? Tu veux que je te dise quoi ? »

Voulant enchaîner sur la politique de Vladimir Poutine, Thomas Sotto lui demande alors ce qu’il pense de la politique de son « copain » Poutine. Las, il se heurte à un mur. « Non, on ne va pas parler de ça, attends ! Dis-moi, on parle football, tu restes là, garde ton souffle », s'est agacé Gérard Depardieu avant d'ajouter, toujours hilare : « Tu pousses quoi là ? Tu veux quoi là ? Tu veux que je descende à Europe 1 ? Tu veux que je t'allume ? »

Et l'acteur français de dire prématurément au revoir à Thomas Sotto. « Si si, je te dis au revoir moi ! Non mais moi je te le dis. Moi, je quitte le micro, oh ! Allez, bye bye », a-t-il lancé à son interlocuteur, qui tentait de le retenir. Thomas Sotto a eu à peine le temps de caser sa question sur les réactions d'Anne Sinclair au film sur l'affaire DSK, que Depardieu interprète, que ce dernier était déjà parti.

On ne la lui fait pas, à « Gégé » !

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux