Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Portrait : Charles Villeneuve [rediffusion]

25 août 2015

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Portrait : Charles Villeneuve [rediffusion]

Portrait : Charles Villeneuve [rediffusion]

Charles Villeneuve,
alias Charly Papa Tango

Né Charles Leroy en juil­let 1941 à Bey­routh, Charles Vil­leneuve a présen­té pen­dant 17 ans l’une des émis­sions phare de TF1, « Le Droit de savoir ». Jour­nal­iste, pro­duc­teur et auteur de nom­breux essais, il a été, avant sa car­rière de jour­nal­iste, sous-offici­er dans l’ar­mée française, issu de l’EN­SOA (École nationale des sous-officiers d’ac­tive) de Saint-Maix­ent-l’É­cole.

Bal­afres au vis­age, il aime par­ti­c­ulière­ment entretenir cet air de « dur à cuire », témoin et acteur de toutes les batailles, imag­i­naires ou non. Lors de son pot de départ de TF1, on lui a joué « Le salut aux caïds » ; ses col­lèges le surnom­ment « Char­ly papa tan­go ». Pour­tant, comme l’a révélé Le Parisien, Vil­leneuve ne fut jamais légion­naire (comme il a pu le laiss­er enten­dre) et n’a même jamais été au feu… Son obses­sion pour la chose mil­i­taire ne s’en est pour autant pas trou­vée affec­tée.

D’émis­sion en émis­sion, il s’est fait une spé­cial­ité dans la dénon­ci­a­tion des petites frappes, crim­inels d’en bas, pour le plus grand bon­heur du téléspec­ta­teur avide de sen­sa­tions fortes. Homme de tous les réseaux, il n’a jamais caché des opin­ions poli­tiques plutôt à droite. En 2012, il a du reste fait par­tie de l’équipe de com­mu­ni­ca­tion de Nico­las Sarkozy en vue de l’élection prési­den­tielle.

Formation

Après l’ar­mée, il reprend ses études et intè­gre Sci­ences Po à Aix en Provence en 1964, où il est le plus vieux de sa pro­mo­tion.

Parcours

Il fait ses débuts dans le jour­nal­isme à Paris-Presse l’In­tran­sigeant en 1967 (trois ans avant que le jour­nal ne soit absorbé entière­ment par France-Soir). En 1979, il se lance dans le monde de la radio quand Jean Gori­ni le recrute à Europe 1. Il cou­vre alors les con­flits au Moyen-Ori­ent, et c’est à cette occa­sion qu’il change de nom. En effet, il y avait déjà un Leroy dans la rédac­tion en la per­son­ne de son rédac­teur en chef. VSD racon­te les cir­con­stances : « Charles pro­pose Séropi­an, du nom de sa mère. Le présen­ta­teur refuse, préférant un nom plus clas­sique. Dix min­utes avant son pas­sage à l’antenne, Charles n’a tou­jours pas de pseu­do­nyme. André Arnaud cherche un jeu de mots avec “Leroy” et finit par trou­ver “Vil­leneuve-le-Roi” (nom d’une com­mune du Val-de-Marne). Il devient donc Charles Vil­leneuve. Aujourd’hui, sur son passe­port, les deux patronymes fig­urent. »

En 1987, direc­tion la télévi­sion avec la présen­ta­tion de « Le Glaive et la Bal­ance » sur M6 en guise de pre­miers pas (il en devien­dra ensuite le pro­duc­teur). La même année, il rejoint Paris Match où il crée, avec Lau­rence Masurel, les « pages jaunes », large­ment con­sacrées à la poli­tique.

En 1990, Fran­cis Bouygues lui pro­pose de rejoin­dre TF1. Il accepte et crée « Le Droit de savoir » avec Patrick Poivre d’Ar­vor, Gérard Car­rey­rou et Franz-Olivi­er Gies­bert, mag­a­zine à suc­cès qu’il présente pen­dant 17 ans. Il devient ensuite le directeur des sports de la pre­mière chaîne. En par­al­lèle, il dirige TAP (nom don­né en référence aux troupes aéro­portées), mai­son de pro­duc­tion fil­iale de TF1 avec laque­lle il pro­duit, entre autres : « Le Droit de savoir », « Le Droit de savoir faits divers », « Appels d’ur­gence », « 90 min enquêtes » sur TMC, « 50 min inside » ; ain­si que plusieurs télé­films : « La Chas­se à l’Homme », « La Véri­ta­ble His­toire de l’ar­resta­tion de Jacques Mes­rine », « L’Af­faire du Rain­bow War­rior », et le doc­u­men­taire « Ils voulaient tuer de Gaulle ».

Il quitte toutes ses fonc­tions de TF1 en avril 2008, à 67 ans, pour pren­dre le poste de prési­dent du Paris Saint-Ger­main. Pour ce départ de la pre­mière chaîne d’Eu­rope, il aurait empoché un chèque de « 3 à 4 mil­lions d’eu­ros », infor­ma­tion qu’il a cepen­dant tou­jours caté­gorique­ment démen­tie. Son entrée dans le monde du sport est très cri­tiquée. Mal­gré tout, il per­met au PSG, alors 15ème du cham­pi­onnat, de se hiss­er à la 5ème place et gagne la sym­pa­thie des sup­port­ers. Il démis­sionne le 3 févri­er 2009 suite à des ten­sions internes.

Depuis 2011, il par­ticipe régulière­ment, en tant que chroniqueur, à l’émis­sion « Les Spéci­mens » sur Canal+ (foot­ball) et au « Débat des grandes voix », présen­té par Frédéric Tad­deï sur Europe 1.

En avril 2015, il rachète, en com­pag­nie de l’homme d’af­faires libanais Iskan­dar Safa et du patron de presse Éti­enne Mougeotte, l’heb­do­madaire Valeurs Actuelles au groupe Val­monde. Aupar­a­vant, avec les mêmes asso­ciés, il avait déjà ten­té d’ac­quérir Nice-Matin et L’Ex­press, sans suc­cès.

Il est l’au­teur de plusieurs essais sur la poli­tique et le ter­ror­isme.

Lire la suite : ojim.fr/portraits/charles-villeneuve/

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.