Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Passe sanitaire : remous dans les médias alternatifs et sur les réseaux sociaux

19 août 2021

Temps de lecture : 4 minutes

Accueil | Veille médias | Passe sanitaire : remous dans les médias alternatifs et sur les réseaux sociaux

Passe sanitaire : remous dans les médias alternatifs et sur les réseaux sociaux

Accueil | Veille médias | Passe sanitaire : remous dans les médias alternatifs et sur les réseaux sociaux

Passe sanitaire : remous dans les médias alternatifs et sur les réseaux sociaux

19 août 2021

Red­if­fu­sion esti­vale. Pre­mière dif­fu­sion le 19 juil­let 2021

Les déclarations du président de la République lors de son allocution lundi 12 juillet 2021 n’ont pas laissé une grande partie de l’opinion publique et des médias indifférent. La pression mise sur les Français pour qu’ils se fassent tous vacciner et les restrictions à la libre circulation ont commencé à créer de gros remous. L’avenir nous dira quelle suite y sera donnée. La présente revue de presse vise à cerner les principaux thèmes de cette actualité et leur traitement journalistique.

Les pro-vaccins déchainés sur les chaînes d’information en continu

On peut s’être fait vac­cin­er, être en faveur de la vac­ci­na­tion, être attaché à la lib­erté indi­vidu­elle et opposé aux mesures coerci­tives. François-Xavier Bel­lamy a dans une tri­bune parue le 14 juil­let dans Le Figaro exprimé ce point de vue, qui est fort peu représen­té dans les médias de grand chemin. A con­trario, nom­bre d’entre eux ont organ­isé depuis quelques semaines un véri­ta­ble lyn­chage ver­bal des Français réti­cents à la vac­ci­na­tion. Bien sou­vent, tout débat con­tra­dic­toire sur le sujet a été absent et la harangue a tenu lieu de seul procédé rhé­torique. Le plus vir­u­lent des jour­nal­istes a été Emmanuel Lechypre qui affir­mait à l’adresse des non vac­cinés le 29 juin sur les plateaux de RMC  :

« je vous ferai emmen­er par deux policiers au cen­tre de vac­ci­na­tion ».

La stratégie sanitaire du gouvernement : incohérence et contradictions à répétition

Quelques rares médias ont souligné les vicis­si­tudes de la stratégie san­i­taire du gouvernement.

Le média Brut en fait par­tie. Il a mis à dis­po­si­tion des inter­nautes sur YouTube une vidéo de 3 min­utes expli­quant « com­ment la posi­tion de Macron a évolué ». En fait d’évolution, on con­state qu’il s’agit d’un virage à 180°.

Sur la chaîne TV Lib­ertés, l’émission I>Media du 15 juil­let a ressor­ti les pro­pos de la prési­dente de la com­mis­sion des lois de l’assemblée nationale il y a quelques mois : elle affir­mait alors qu’un com­merçant qui exig­erait la présen­ta­tion du passe san­i­taire à un client …serait sus­cep­ti­ble d’être poursuivi !

Ce sera bien­tôt au con­traire une amende de 45 000 euros et une peine d’un an d’emprisonnement que ris­queront les com­merçants qui ne con­trôleraient pas le passe san­i­taire de leurs clients, nous informe factuelle­ment la radio affil­iée à l’État français France info le 14 juil­let. Qu’un com­merce puisse être acculé à la fail­lite en cas de nég­li­gence en la matière ne sus­cite de la part du jour­nal­iste aucun commentaire…

L’immigration clandestine « open bar » alors que les Français sont sous surveillance étroite

Plusieurs inter­nautes soulig­nent sur Twit­ter la con­tra­dic­tion du gou­verne­ment qui, d’un côté, apporte de fortes restric­tions à la lib­erté de cir­cu­la­tion des Français, et de l’autre, laisse entr­er et se main­tenir sur le ter­ri­toire des cen­taines de mil­liers de clandestins.

Jean-Frédéric Pois­son fait le con­stat que « ça se con­firme, si les fron­tières sont des pas­soires, les vies quo­ti­di­ennes de nom­breux Français sont des pris­ons ».  Le tweet de Sébastien Pilard con­nait un grand suc­cès sur les réseaux sociaux :

« Sur­veiller des dizaines de mil­liers de fichés S : impos­si­ble. Con­trôler des cen­taines de mil­liers de sans-papiers : impos­si­ble. Con­trôler nos fron­tières : impos­si­ble. Sur­veiller et con­trôler des dizaines de mil­lions de Pass san­i­taires : pos­si­ble ».

En écho, LCI nous apprend le 28 juin que face à l’afflux de sans-papiers dans les Hautes-Alpes, « les asso­ci­a­tions deman­dent un plan d’hébergement au plus vite ».

Le site d’information Infomi­grants a fait une série de reportages parus début juil­let sur « Bay­onne, ville étape sur la route des migrants ». On y apprend que c’est un flux con­tinu de clan­des­tins qui arrive en France par la fron­tière fran­co-espag­nole. Et eux, ils présen­tent leur pass san­i­taire ou leurs faux papiers aux douaniers qu’ils n’ont pas rencontrés ?

Le passe sanitaire illico sur les rails, les fausses cartes vitales continuent à prospérer

Le mag­is­trat Charles Prats a souligné dans son livre « Car­tel des fraudes » l’importance de la fraude sociale, qui passe notam­ment par des retraites ver­sées indu­ment et la fal­si­fi­ca­tion des cartes vitales. Sa propo­si­tion visant à lut­ter con­tre la fraude en instau­rant une carte vitale bio­métrique a été bal­ayée d’un revers de main par le gouvernement.

Par con­tre, on apprend notam­ment par France bleu le 15 juil­let que « Pour réalis­er ces QR codes (du pass san­i­taire, NDLR), les autorités ont tra­vail­lé avec des spé­cial­istes de la cryp­togra­phie. Ces élé­ments sont donc nor­male­ment infal­si­fi­ables ».

Cela amène Les Bobards d’or à soulign­er sur Twitter :

« impos­si­ble de s’occuper de 3 mil­lions de fauss­es cartes vitales qui coutent aux Français 14 mil­liards d’euros par an, mais pour le pass san­i­taire, ils te sor­tent un truc infal­si­fi­able en 2 semaines ».

Vu de l’étranger

Voir com­ment les mesures adop­tées en France sont vues de l’étranger per­met d’avoir un peu de recul. Sur le site Hei­di news, l’appréciation est peu flat­teuse : « Vu de Suisse, l’autoritarisme de Macron est sur­réal­iste ».

Le site Reopen de l’Union européenne fait un tour d’Europe des mesures pris­es par les dif­férents états mem­bres mais sa voca­tion « touris­tique » lui fait faire l’impasse sur les oblig­a­tions imposées à cer­taines caté­gories de tra­vailleurs. Le quo­ti­di­en bri­tan­nique The Guardian souligne que « la stratégie mas­sue de vac­ci­na­tion, (adop­tée par le gou­verne­ment français NDLR) va bien plus loin que celle adop­tée par la plu­part des gou­verne­ments ».

Il est dif­fi­cile de trou­ver sur la toile ou dans les médias un état de lieux des mesures restric­tives pris­es à tra­vers le monde pour lut­ter con­tre la prop­a­ga­tion du coro­n­avirus. Un arti­cle disponible sur le site de la ver­sion espag­nole de France 24 per­met de con­stater que la France fait par­tie des rares pays ayant adop­té des mesures coerci­tives très fortes.

À voir l’effervescence sur les réseaux soci­aux et l’impressionnante liste des man­i­fes­ta­tions de protes­ta­tion con­tre les mesures du gou­verne­ment qui se sont tenues same­di 17 juil­let et qui seront cer­taine­ment suiv­ies par d’autres, l’Observatoire du jour­nal­isme aura l’occasion de revenir sur la cou­ver­ture médi­a­tique de ce sujet. Avec le passe san­i­taire, le prési­dent de la République sem­ble avoir amor­cé un engrenage, dont l’avenir, et les médias, nous diront s’il l’empêchera de se représen­ter, ou s’il lui per­me­t­tra d’apparaitre comme l’homme providentiel.

L’éditorialiste Guil­laume Big­ot a rha­bil­lé Emmanuel Macron pour l’été : « Je vous présente l’énarque ter­mi­nal qui veut mar­quer l’histoire en sup­p­ri­mant les régimes spé­ci­aux ! Trop dur sur le san­i­taire et le social (le mod­èle Brux­elles-chi­nois) et trop mou sur le régalien, il fait le con­traire de ce que veu­lent les Français ! ».

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés