Accueil | Portraits | Emmanuel Lechypre

Emmanuel Lechypre

Petit soldat du néo-libéralisme

 

« Le SMIC est une véri­ta­ble machine à fab­ri­quer des chômeurs et des tra­vailleurs pau­vres »

Emmanuel Lechypre est un journaliste et économiste français né en avril 1966 dans le 12ème arrondissement de Paris d’un père cheminot et d’une mère employée de compagnie d’assurances. Il vit à Vincennes depuis 2000 et est père de deux enfants. Emmanuel Lechypre est co-auteur de plusieurs ouvrages sur l’économie et également conférencier spécialisé en économie. Il est connu pour ses positions social-démocrates, voire carrément néo-libérales : Par exemple, il a résolument pris parti pour la loi travail de Myriam El Khomri en mars 2016. Auparavant, il s’était déjà déclaré favorable au travail le dimanche et à la loi Macron. Enfin, il s’est déclaré hostile au salaire minimum dans une chronique sur BFMTV en 2014.

Formation

Sco­lar­isé tour à tour au col­lège des Boullereaux à Champigny-sur-Marne puis au col­lège de Mag­nav­ille et enfin au lycée du Val Four­ré à Mantes-la-Jolie, Emmanuel Lechypre est tit­u­laire d’une licence de sci­ences économiques et d’une maîtrise d’économétrie qu’il a obtenue à l’université Paris I-Pan­théon Sor­bonne.

Parcours professionnel

Tout d’abord écon­o­miste sta­giaire à la direc­tion des études économiques de Saint-Gob­ain de 1989 à 1990, Emmanuel Lechypre a fait une longue car­rière au jour­nal L’Expansion : con­jonc­tur­iste au cen­tre de prévi­sion de 1990 à 1998, rédac­teur de 1998 à 2002, rédac­teur en chef adjoint et chef du ser­vice économie de 2002 à 2003, directeur du cen­tre de prévi­sion de 2003 à 2005, rédac­teur en chef de 2005 à 2012. Suite à son départ de la rédac­tion de l’Expansion en 2012, il devient édi­to­ri­al­iste à BFM Busi­ness et BFMTV ain­si que directeur de l’Observatoire BFM. Ce dernier est notam­ment con­nu pour pub­li­er récem­ment un indice du bon­heur des français sur une échelle de 1 à 10 grâce à l’étude des humeurs sur les réseaux soci­aux. Sur BFM Busi­ness, il ani­me la chronique « Le chiffre de Lechypre ». Il est aus­si inter­venant à l’émission « On n’arrête pas l’éco » sur France Inter. Par ailleurs, il a été chroniqueur à i>Télé d’août 2011 à févri­er 2012. Il a égale­ment par­ticipé à des émis­sions de débats comme « C’est dans l’air » sur France 5 ou « Mots croisés » sur France 2 et a été chroniqueur sur France Musique et France Cul­ture. Emmanuel Lechypre donne régulière­ment des con­férences sur l’économie, comme par exem­ple en jan­vi­er dernier à Bor­deaux à l’Institut Cul­turel Bernard Magrez dans le cadre des « Nuits du savoir » sur le thème « Et main­tenant, la reprise ou la re-crise ? » ou encore en décem­bre 2015 lors de l’événement annuel d’une caisse régionale de banque et assur­ances du Périg­ord. Enfin, il ani­me un blog sur le site de BFMTV inti­t­ulé « La crise ou la reprise ».

Publications

  • Ecodi­gest : 50 ans de sta­tis­tiques (Eco­nom­i­ca, 1996) : ouvrage coécrit avec Philippe Lefournier, Béa­trice Math­ieu et Danièle Oliveau.
  • Gold­en Boss : Patrons ou ren­tiers (Eyrolles, 2006) : Ouvrage écrit en col­lab­o­ra­tion avec Thier­ry Aimar
  • 101 idées reçues sur l’économie (L’Express, 2007) : Ouvrage col­lec­tif coécrit avec Franck Dedieu et François De Witt
  • 150 idées reçues sur l’économie (L’Express, col­lec­tion L’Expansion, 2010) : Ouvrage col­lec­tif co-écrit avec Franck Dedieu et François De Witt
  • La Prési­den­tielle en 25 débats (L’Express, 2012) : Ouvrage co-écrit avec Béa­trice Math­ieu
  • Pré­face du livre : L’économie toute nue de James Whee­lan (Edi­tions De Boeck supérieur, sep­tem­bre 2016)

Sa nébuleuse

Emmanuel Lechypre est mem­bre de la Société d’économie poli­tique depuis 2007. Cette dernière est une société savante née en 1842. Fondée par les dis­ci­ples de Jean Bap­tiste Say (1767–1832), prin­ci­pal écon­o­miste clas­sique français, elle est actuelle­ment dirigée par Valérie Plagnol, par ailleurs direc­trice des études économiques pour d’importants étab­lisse­ments financiers en France et à l’étranger et qui a égale­ment fait par­tie du Con­seil d’analyse économique auprès du pre­mier min­istre de 2006 à 2010. En fait égale­ment par­tie l’économiste Jean-Marc Daniel qui est lui aus­si chroniqueur sur BFM Busi­ness. Organ­isant régulière­ment des dîn­ers-débats et des sémi­naires, elle fait office de think tank néo-libéral.

D’autre part, Emmanuel Lechypre a été un proche de l’économiste Bernard Maris, vic­time des atten­tats de Char­lie Heb­do en jan­vi­er 2015. Ayant débat­tu avec lui de nom­breuses fois sur France Inter, il lui a ren­du un vibrant hom­mage au moment de sa dis­pari­tion. Il a récem­ment pré­facé la tra­duc­tion du livre L’économie toute nue de l’économiste améri­cain Charles Whee­lan, proche du par­ti démoc­rate, qui a même été can­di­dat à des élec­tions du con­grès dans l’Illinois en 2009. Enfin, Emmanuel Lechypre est proche du Cer­cle des écon­o­mistes, cer­cle de réflex­ion néo-libéral fondé en 1992 par l’économiste Jean-Hervé Loren­zi, lequel avait appelé, en com­pag­nie de 42 autres écon­o­mistes, à vot­er pour François Hol­lande aux élec­tions prési­den­tielles de 2012 dans une tri­bune pub­liée dans le jour­nal Le Monde. Emmanuel Lechypre a d’ailleurs par­ticipé en juil­let dernier aux Ren­con­tres Économiques d’Aix en Provence, forum inter­na­tion­al organ­isé par ce même Cer­cle des écon­o­mistes, où il a don­né une con­férence sur le thème : « Y a-t-il plusieurs formes de cap­i­tal­isme ? ».

Ce qu’il gagne

Non ren­seigné

Il l’a dit

« (Il faut) assou­plir le con­trat de tra­vail, en finir avec la dual­ité CDD/CDI qui sur­ex­pose les pre­miers et sur­pro­tège les sec­onds ; com­bin­er les droits des salariés avec leur anci­en­neté et dévelop­per le chô­mage par­tiel.

Réduire les procé­dures admin­is­tra­tives: 1 plan social coûte 100 000 euros en moyenne par salarié, dont 70 000 de coût de ges­tion du temps.

Déré­gle­menter les pro­fes­sions pro­tégées (chauf­feurs de taxi, coif­feurs, phar­ma­ciens, trans­ports régionaux…voir le rap­port Attali)

Inciter à la mobil­ité géo­graphique en lim­i­tant pour les pro­prié­taires qui trou­vent un emploi dans une autre région le coût de l’opération revente de leur logement/achat d’un nou­veau

Créer un Smic jeune, pour atténuer l’effet bar­rière à l’entrée du Smic sur le marché du tra­vail », sur son blog « La crise ou la reprise » le 1er octo­bre 2015

« Pour le FN, la men­ace économique vient de l’hyper-concurrence de l’étranger… alors qu’elle vient du manque de con­cur­rence en France.», sur Twit­ter le 15 décem­bre 2015.

« “Lien” chômage/immigration : excep­té l’Espagne, tous les grands voisins de la France accueil­lent + d’immigrés et ont — de chô­mage qu’elle.», sur Twit­ter le 5 mai 2015.

« La Russie est une économie faible et plus dépen­dante du monde que l’inverse : nor­mal que la poli­tique de Pou­tine soit celle d’un faible.», sur Twit­ter le 3 mars 2014.

« Le SMIC est emblé­ma­tique des maux français. Il est cen­sé pro­téger les salariés mais il est en fait une véri­ta­ble machine à fab­ri­quer des chômeurset des tra­vailleurs pau­vres (…) Qui est vic­time aujourd’hui de ce SMIC trop élevé ? Les jeunes et les salariés peu qual­i­fiés » sur BFMTV, le 15 avril 2014

« Les chiffres sont implaca­bles: les immigrés ne piquent pas le boulot des Français. Ils con­cur­ren­cent les généra­tions d’immigrés précé­dentes.» sur Twit­ter, le 1er octo­bre 2013

Tant que vous êtes ici…

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et sou­vent uni­voque des médias.

Con­traire­ment à beau­coup, nous avons choisi une for­mule gra­tu­ite qui per­met de met­tre nos infor­ma­tions à la dis­po­si­tion de tous, indépen­dam­ment de leurs moyens. L’Observatoire est totale­ment indépen­dant, libre de toute pub­lic­ité, de toute sub­ven­tion, de tous action­naires. Ce qui nous per­met de don­ner une voix à ceux qui sont rarement enten­dus. Ce qui nous dif­féren­cie de nom­breux médias à un moment où la loy­auté de l’information devient cru­ciale. Votre con­tri­bu­tion, mod­este ou impor­tante, sert directe­ment à régler la par­tie tech­nique du site et à rémunér­er nos rédac­teurs. Chaque don béné­fi­cie d’un reçu fis­cal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Mer­ci de votre sou­tien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux