Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Pascal Praud – Frédéric Fromet, le deux poids deux mesures des indignations médiatiques
Pascal Praud – Frédéric Fromet, le deux poids deux mesures des indignations médiatiques

27 mai 2019

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Pascal Praud – Frédéric Fromet, le deux poids deux mesures des indignations médiatiques

Pascal Praud – Frédéric Fromet, le deux poids deux mesures des indignations médiatiques

Pascal Praud – Frédéric Fromet, le deux poids deux mesures des indignations médiatiques

Le 6 mai 2019, dans son émission « L’Heure des pros » qu’il anime chaque lundi soir sur CNEWS, Pascal Praud recevait Claire Nouvian, une colistière de Raphaël Glucksman pour les élections européennes. Celle-ci, goûtant peu la contradiction qui lui avait été portée sur la question du dérèglement climatique lors de cette émission, s’est empressée de relayer sur les réseaux sociaux un montage vidéo pouvant laisser croire qu’elle aurait été la cible d’un acharnement de la part des chroniqueurs présents sur le plateau.

Praud au pilori

Le jour­nal­iste Pas­cal Praud n’en finit pas de subir les foudres de sa cor­po­ra­tion, comme le con­firme la paru­tion d’un nou­v­el arti­cle, le 23 mai 2019 dans Le Monde, inti­t­ulé « L’Heure des pros de Pas­cal Praud, sym­bole du dérè­gle­ment médi­a­tique ».

Se fon­dant sur le fait que 90 sig­nale­ments relat­ifs à cette émis­sion avaient été reçus par le CSA, la plu­part des rédac­tions de la presse main­stream ont mul­ti­plié des arti­cles de presse pour man­i­fester leur répro­ba­tion quant au com­porte­ment sup­posé de l’animateur. Les Inrocks, Le Parisien, Le Huf­fig­ton Post, 20 Min­utes, Libéra­tion, Ouest-France, Le Nou­v­el Obs, Telestar pour n’en citer que quelques-uns, ont très vite relayé l’évènement dans des ter­mes peu élo­gieux pour l’animateur, et cer­tains se sont com­plus à rap­pel­er qu’il avait eu le tort de pas avoir par­ticipé à la fronde anti-Bol­loré qui avait frap­pé la rédac­tion d’iTélé en 2016. Som­mé de s’expliquer, Pas­cal Praud s’est exé­cuté quelques jours plus tard sur le plateau de Cyril Hanouna en accep­tant d’être soumis à la ques­tion sur son sup­posé « cli­matoscep­ti­cisme ».

Voir aussi  La note du CSA qui assassine Numéro 23

90 signalements, puis 1500 contre 3000 pour les moqueries insultantes de Frédéric Fromet

90 sig­nale­ments immé­di­ats, deux semaines après les faits et au terme d’un déchaine­ment médi­a­tique qui a large­ment con­tribué à ampli­fi­er leur vol­ume, les sig­nale­ments au CSA ont fini par attein­dre le nom­bre de 1500 selon l’article des pages cul­ture du Monde du 23 mai, on reste très en deçà des 3000 saisines de cette autorité de l’audiovisuel for­mulées au sujet de la chan­son de l’humoriste Frédéric Fromet se félic­i­tant le 19 avril sur France-Inter de l’incendie de Notre-Dame. Voir notre arti­cle de 2017 con­sacré à l’humoriste et son por­trait.

À l’exception notable d’un arti­cle pub­lié dans Le Figaro, cette indig­na­tion des audi­teurs d’une radio du ser­vice pub­lic n’a sus­cité aucune réac­tion dans la presse quo­ti­di­enne nationale, mal­gré la teneur des pro­pos de Fromet pou­vant relever de l’atteinte à la dig­nité ou de l’incitation à la haine con­tre les chré­tiens. Libé Dés­in­tox, inter­rogé par des inter­nautes, a été con­duit le 10 mai à avouer cet écart entre le nom­bre de sig­nale­ments au CSA de ces deux inci­dents à cou­ver­ture médi­a­tique iné­gale. Le quo­ti­di­en tenait par ailleurs à rap­pel­er que cette autorité de l’audiovisuel pré­ci­sait sur son site que « les saisines, quel qu’en soit le nom­bre, ne déter­mi­nent ni l’action du CSA, ni l’instruction de votre plainte ».

Cette pré­ci­sion de pré­cau­tion est en con­tra­dic­tion com­plète avec les com­mu­ni­ca­tions régulières du CSA sur ses critères d’instruction des plaintes. Faut-il voir ici une con­stata­tion de Libé Dés­in­tox : le CSA suit le mou­ve­ment du « deux poids, deux mesures » appliqué par la presse main­stream dans le traite­ment de ces indig­na­tions médi­a­tiques ? Selon que vous serez vu, ou non, comme étant de gauche par la cor­po­ra­tion et son mentor ?

Voir aussi  David Kessler et Marie-Christine Saragosse reconduits à Public Sénat et France Médias Monde
Voir aussi

Pas­cal Praud

Frédéric Fromet

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Edward Snowden

PORTRAIT — À l’o­rig­ine des infor­ma­tions qui ont provo­qué une crise poli­tique et diplo­ma­tique d’am­pleur inter­na­tionale, Edward Snow­den, jeune infor­mati­cien et ancien employé de la NSA, est le citoyen mon­di­al qui a dom­iné la scène médi­a­tique de ces dernières années.

Guillaume Roquette

PORTRAIT — La nom­i­na­tion de Guil­laume Roquette à la tête de la rédac­tion du Figaro mag­a­zine est le couron­nement d’un par­cours dis­cret mais sans faute. Elle est aus­si le signe d’un dur­cisse­ment de la presse de « droite » du à l’al­ter­nance, avec le pas­sage du directeur de la rédac­tion de Valeurs actuelles au Figaro magazine.

Julian Assange

PORTRAIT — Avant Edward Snow­den, avant Bradley Man­ning, il y avait Julian Assange. Ancien infor­mati­cien et hack­er, fon­da­teur de la plate­forme Wik­iLeaks, Julian Assange s’est attiré les foudres du gou­verne­ment améri­cain lorsqu’il a mis en lumière les dessous de la guerre d’Irak.

Emmanuel Kessler

PORTRAIT — Né en 1963 à Paris, d’un père directeur de recherche au CNRS et d’une mère qui enseignait le judaïsme, Emmanuel Kessler a eu une for­ma­tion philosophique, avant de com­mencer à tra­vailler en 1986 pour la Gazette des Communes.

Patrick de Carolis

PORTRAIT — Dis­cret, fier de ses racines provençales, n’ayant jamais caché sa foi chré­ti­enne et réputé proche de la Droite (ten­dance chi­raqui­enne) mais au cen­tre des réseaux de pou­voir (Le Siè­cle), accusé de pla­giat et pro­mo­teur de la diver­sité à France Télévi­sions, Patrick de Car­o­lis est un OVNI médiatique.