Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
France Inter : Frédéric Fromet mis en cause auprès du CSA après avoir attaqué en chanson un torero encorné

28 juin 2017

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | not_global | France Inter : Frédéric Fromet mis en cause auprès du CSA après avoir attaqué en chanson un torero encorné

France Inter : Frédéric Fromet mis en cause auprès du CSA après avoir attaqué en chanson un torero encorné

Même si le grand n’importe quoi médiatique prospère depuis des années en France, il y a des limites à ne pas franchir. Par exemple, ne pas respecter les morts. C’est ce qu’est en train d’apprendre à ses dépens « l’humoriste » autoproclamé Frédéric Fromet qui sévit régulièrement dans l’émission de Charline Vanhoenacker, temple de l’humour autorisé, « Si tu écoutes, j’annule tout »

Ce spé­cial­iste des gags vaseux, des rimes pau­vres et des blagues faciles, s’est attaqué avec vio­lence au toréador espag­nol Ivan Fandiño, mort après avoir été encorné par un tau­reau à Aire-sur-l’Adour (Lan­des) le 17 juin dernier. Sur les ondes du ser­vice pub­lic – aux frais des con­tribuables donc – le saltim­banque a lais­sé éclater sa joie et son oppo­si­tion à la cor­ri­da en une série de jeux de mots à l’e­sprit dou­teux : « Gicle, gicle tes boy­aux», «t’es par­ti comme une bouse», «le sang en gas­pa­cho», «le foie dans la pael­la», «réduit en chori­zo », sans oubli­er l’inim­itable « tu t’es bien fait encorné, fal­lait pas faire le kéké ».

Deux organ­i­sa­tions tau­rines n’ont pas du tout goûté l’hu­mour et ont saisi le CSA. L’Union des villes tau­rines de France (UVTF) et l’Observatoire nation­al des cul­tures tau­rines (ONCT) ont réclamé en out­re de Frédéric Fromet des excus­es publiques, « pour l’honneur de la radio et pour la crédi­bil­ité de ses pro­grammes ». Dans un com­mu­niqué com­mun, elles se sont demandées com­ment « l’hu­mour » pou­vait cou­vrir tant d’ig­no­minie : « com­ment peut-on per­dre à ce point le sens de l’hu­main et se vautr­er dans la méchanceté gra­tu­ite ? »

Com­ment peut-on aus­si arriv­er à tant d’in­so­lence pour impos­er son opin­ion sur les ondes du ser­vice pub­lic, aux frais des con­tribuables, que cela soit pour lut­ter con­tre des tra­di­tions cul­turelles française, faire la cam­pagne d’un futur prési­dent, marcher sur les ploucs de la France périphérique qui votent FN, ou traîn­er dans la boue un mort ? La ques­tion mérite d’être posée, et à bien d’autres que Frédéric Fromet.

Du reste, celui qui « trou­ve » pour­tant « que l’insulte est tou­jours con­tre-pro­duc­tive, donc évite d’en plac­er dans mes chan­sons » (La Vie nou­velle, 3/11/2015) a l’habi­tude des attaques bru­tales, cyniques et sou­vent gra­tu­ites. Ain­si con­tre le MEDEF, traité entre les lignes de pétain­istes : « C’est pas tes syn­di­cats qui vont me fil­er la frousse/Pas trois bolcheviks à la Bastille/C’est pas ta chien­lit qui va gou­vern­er, allez ouste !/En chœur chan­tons Tra­vail, Patrie, Famille, hop ! », en 2013, ou con­tre Marine le Pen « Maw­ine, Maw­ine, Mawine/Tu me cass­es les woustons/Fifille à papa ou coiffeuse/Tu west­es une gou­osse affoueuse/Dans ton salon, pas de p’tite bite/La fwange on l’aime ou on la quitte/L’entouée est intaidite aux Jouives/Sans l’étoile de Jean-Louis David », en 2015.

Comme un roquet en mal de recon­nais­sance, il s’est aus­si attaqué il y a cinq ans à la chan­son française et à ses fans : « Ils ont des tronch­es de profs/Ils se bran­lent sur une strophe/De Fer­ré, Brel ou Brassens/Ils se retrou­vent à douze/Dans une cave à par­touze […] Don­nez une rime en ul/J’en ai une, j’suis pas sûr qu’ils aiment/Puis j’y con­nais que dalle/En chan­son médié­vale /J’écoute pas les chanteurs morts ». Frédéric Fromet, qui reprend les tubes de la chan­son française qu’il abhorre tant, oublie qu’il est à l’im­age d’un monde dansant au bord du précipice, et qui ne con­stru­it rien, semant chaos, noirceur et tristesse. L’His­toire a retenu Brel, Fer­ré ou Brassens. Dans ses poubelles, sur­nagera Fromet.

Voir aussi : Frédéric Fromet, portrait

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision