Accueil | Actualités | Médias | Paris Première justifie le maintien d’Éric Zemmour
Pub­lié le 4 avril 2015 | Éti­quettes : , , , , , , ,

Paris Première justifie le maintien d’Éric Zemmour

Contrairement à Laurent Ruquier, qui a dit regretter d'avoir offert une tribune à Éric Zemmour pendant 5 ans sur France 2, le directeur général de Paris Première a quant à lui décidé de maintenir le polémiste à l'antenne. Un choix assumé.

Invité dans « La Médiasphère » sur LCI, Jonathan Curieul a ainsi évoqué les raisons de ce maintien. « Il y a peu d'émissions dans le PAF où on reçoit des gens - des intellectuels, des politiques - qu'on laisse parler pendant 20 minutes, une demi-heure. C'est une émission de grande qualité, d'un point de vue télévisuel, de débats et d'idées », a-t-il estimé.

Et de souligner, concernant la ligne d'Éric Zemmour, qu'il n'y avait « jamais eu aucun écart notable (...) L'antenne est maîtrisée, il n'y a jamais eu de dérapage ». Encore faudrait-il définir ce qu'est un dérapage... En effet, pour i>Télé, qui a licencié le journaliste pour une histoire de « déportation » imaginaire, le « dérapage » aura consisté en un mot que M. Zemmour n'a jamais prononcé.

« Ensuite, c'est une émission qui repose sur le débat. Ce n'est pas une tribune, ce n'est pas un papier libre. C'est une émission où il y a du débat avec des invités, que ce soient des intellectuels, des politiques. Il y a quelqu'un en face d'Éric Zemmour qui s'appelle Éric Naulleau et, en plus d'Éric Naulleau, il y a aussi des invités. On est toujours dans le débat, dans la confrontation d'idées », a poursuivi M. Curieul.

Il n'y avait donc, selon lui, aucune raison de l'écarter. Un choix qu'a également fait RTL, où le journaliste tient une chronique deux fois par semaine.

Voir notre portrait d'Éric Zemmour, une certaine idée du journalisme à la française

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux