Accueil | Actualités | Médias | Paris Première justifie le maintien d’Éric Zemmour
Pub­lié le 4 avril 2015 | Éti­quettes : , , , , , , ,

Paris Première justifie le maintien d’Éric Zemmour

Contrairement à Laurent Ruquier, qui a dit regretter d'avoir offert une tribune à Éric Zemmour pendant 5 ans sur France 2, le directeur général de Paris Première a quant à lui décidé de maintenir le polémiste à l'antenne. Un choix assumé.

Invité dans « La Médiasphère » sur LCI, Jonathan Curieul a ainsi évoqué les raisons de ce maintien. « Il y a peu d'émissions dans le PAF où on reçoit des gens - des intellectuels, des politiques - qu'on laisse parler pendant 20 minutes, une demi-heure. C'est une émission de grande qualité, d'un point de vue télévisuel, de débats et d'idées », a-t-il estimé.

Et de souligner, concernant la ligne d'Éric Zemmour, qu'il n'y avait « jamais eu aucun écart notable (...) L'antenne est maîtrisée, il n'y a jamais eu de dérapage ». Encore faudrait-il définir ce qu'est un dérapage... En effet, pour i>Télé, qui a licencié le journaliste pour une histoire de « déportation » imaginaire, le « dérapage » aura consisté en un mot que M. Zemmour n'a jamais prononcé.

« Ensuite, c'est une émission qui repose sur le débat. Ce n'est pas une tribune, ce n'est pas un papier libre. C'est une émission où il y a du débat avec des invités, que ce soient des intellectuels, des politiques. Il y a quelqu'un en face d'Éric Zemmour qui s'appelle Éric Naulleau et, en plus d'Éric Naulleau, il y a aussi des invités. On est toujours dans le débat, dans la confrontation d'idées », a poursuivi M. Curieul.

Il n'y avait donc, selon lui, aucune raison de l'écarter. Un choix qu'a également fait RTL, où le journaliste tient une chronique deux fois par semaine.

Voir notre portrait d'Éric Zemmour, une certaine idée du journalisme à la française

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This