Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Nécromancie à Rouen : qui veut réanimer Paris-Normandie ?

2 juin 2020

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Nécromancie à Rouen : qui veut réanimer Paris-Normandie ?

Nécromancie à Rouen : qui veut réanimer Paris-Normandie ?

Les intrigues autour du quotidien normand de Rouen n’en finissent pas, alors que celui-ci est en liquidation judiciaire depuis le 21 avril 2020.

Avec plusieurs mil­lions d’euros de dettes, des ventes en baisse (tirage à 41 000 exem­plaires pour l’année 2019) et en déficit régulière­ment, le plus mau­vais des marabouts pour­rait prédire, sans trop de marge d’erreur, que l’avenir de Paris-Nor­mandie est mal engagé. Et encore, ça, c’était avant la crise du Covid-19, qui l’a emmené au sep­tième cer­cle de l’enfer en faisant chuter de 90 % ses revenus pub­lic­i­taires. Les jour­nal­istes de Paris-Nor­mandie ont donc décou­vert qu’ils pou­vaient encore tomber plus bas, avaient-ils con­science de la sit­u­a­tion quelques mois plus tôt ? Ils étaient peut-être trop occupés à faire des arti­cles lar­moy­ants sur des clan­des­tins « mineurs » ayant cer­taine­ment dépassé la trentaine. Qui, évidem­ment, venaient de pays en guerre comme la Guinée, le fameux con­flit Séné­ga­lo-Guinéen…

Le jour­nal était jusqu’alors la pro­priété de l’homme d’affaires Jean-Louis Lou­v­el, prési­dent fon­da­teur de PGS (entre­prise spé­cial­isée dans la palette en bois) égale­ment prési­dent du club de rug­by rouen­nais. Toute­fois, la can­di­da­ture de ce dernier à la mairie de Rouen pour les munic­i­pales, sous l’étiquette LREM, avait créé quelques rifi­fis au sein de la rédac­tion, cer­tains des jour­nal­istes se rap­pelant leur théorique déon­tolo­gie, craig­nant un évi­dent con­flit d’intérêt. C’est peut-être l’étiquette de M. Lou­v­el qui avait accordé au jour­nal le priv­ilège d’être sélec­tion­né, avec France 3 et France Bleu, pour cou­vrir la vis­ite de Christophe Cas­tan­er en Seine-Mar­itime le 16 mai dernier. De fait, les rédac­tions nor­man­des avaient quelque peu râlé de se voir ain­si écarté de l’actualité de leur ter­ri­toire (le Cour­ri­er Cau­chois l’a mal pris) au béné­fice de seule­ment trois médias exclusifs.

L’espoir déçu du premier tour

Toute­fois, la Vox Pop­uli n’a pas été du côté de LREM : Jean-Louis Lou­v­el arrive troisième avec 16,79 % des voix. C’est la douche froide, le monde de la palette en bois n’est, sem­ble-t-il, pas le même que celui de l’arène poli­tique. Il s’est d’ailleurs retiré de la course le 28 mai. Mais cela change-t-il quelque chose pour Paris-Nor­mandie ? Oui…et non. Quand le roi de la palette était tou­jours dans la course, avant les résul­tats du pre­mier tour, il sem­blait réfléchir à ven­dre son quo­ti­di­en à l’un de ses frères nor­mands, Pierre-Antoine Cap­ton. Le sieur, en plus d’être un autre sou­tien de la macronie, a la par­tic­u­lar­ité de pro­duire l’émission C à Vous mais aus­si, et surtout, d’être l’associé de Xavier Niel et Math­ieu Pigasse dans le groupe Médi­awan. Mais, le pre­mier tour des munic­i­pales a redis­tribué les cartes, et la vente du jour­nal à Pierre-Antoine Cap­ton n’est plus d’actualité. Mon­sieur Lou­v­el à une autre idée en tête : ven­dre son quo­ti­di­en tout en restant asso­cié minori­taire, ce qui lui per­me­t­trait de garder un peu d’influence sur le jour­nal.

Un journal en état de mort clinique qui aiguise les appétits

Mal­gré le gouf­fre financier qu’est Paris-Nor­mandie, trois pré­ten­dants se pressent à la porte tels des Témoins de Jého­vah en soif de con­ver­sions ; le groupe français Health Ini­tia­tive, et deux envahisseurs venus d’outre Meuse, les groupes de presse belges IPM et Rossel.

Le Français fait fig­ure d’outsider, avec « seule­ment » six mil­lions d’euros de chiffre d’affaire, et est spé­cial­isé dans les revues médi­cales. Les belges, c’est une autre his­toire ! Si IPM ne pos­sède des médias que dans le roy­aume, dont La Libre Bel­gique, ain­si que les édi­tions belges de Paris Match et Cour­ri­er Inter­na­tion­al. Le géant Rossel fait, depuis quelques années, une véri­ta­ble razz­ia sur les médias régionaux du nord de la France.

Le groupe pos­sède ain­si dans notre beau pays des jour­naux comme : La Voix du Nord, Le Cour­ri­er Picard, Nord Eclair, Cham­pagne FM, L’Aisne Nou­velle, Direct Lille Plus, L’Ardennais, la ver­sion lil­loise du quo­ti­di­en gra­tu­it 20 min­utes, et même le mag­a­zine de ciné­ma Pre­mière.

Pourquoi donc Rossel voudrait il éten­dre son emprise à la Nor­mandie ? Ce titan appar­tient à la famille Hur­bain. Son grand représen­tant, Patrick Hur­bain, pré­side Rossel, dont il détient aus­si 33 % du cap­i­tal, ses deux sœurs Chris­tine Marchant-Hur­bain et Nathalie Hur­bain pos­sè­dent le reste. En Bel­gique, Patoche est le maître incon­testé de bon nom­bre de grands médias, cer­tains jour­naux s’en sont d’ailleurs inquiétés (comme investigaction.net et lemediapresse.fr). De là à penser qu’il voudrait encore agrandir son influ­ence sur notre ter­ri­toire nation­al, il n’y a qu’un pas.

Mais la grande per­dante de l’affaire reste, assuré­ment, La Manche Libre. Son patron, Benoît Leclerc, s’était asso­cié à Jacques Rosselin (directeur de l’Ecole Française de Jour­nal­isme) et Marc-Antoine Tro­let­ti, entre­pre­neur local, pour racheter Paris-Nor­mandie. Le pro­jet était soutenu par le Crédit Agri­cole et la Caisse d’épargne et avait rassem­blé sept mil­lions d’euros pour le rachat. Hélas (pour eux), Benoît Leclerc et Jacques Rosselin n’ont pas réus­si à s’entendre sur le partage des pou­voirs, le pre­mier exigeant les postes de prési­dent et de directeur général de Paris-Nor­mandie. Inac­cept­able, sem­ble-t-il, pour le sec­ond, puisque le pro­jet a capoté. En revanche, le jour­nal bre­ton Ouest-France, bien implan­té en Nor­mandie, est resté étrange­ment dis­cret sur les évène­ments ; il faut dire que le mal­heur de Paris-Nor­mandie pour­rait faire son bon­heur. Enfin, le prési­dent de la région Nor­mandie, Hervé Morin, doit suiv­re le dossier de près ; lui qui s’était déjà opposé au rachat du jour­nal par Rossel en 2017, sou­tien­dra cer­taine­ment le belge IPM, qui a aus­si la faveur de Jean-Louis Lou­v­el.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.